Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 17/05/2022 à 08:21, mis à jour le 17/05/2022 à 08:24

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Publié le 17/05/2022 à 08:21, mis à jour le 17/05/2022 à 08:24

(Photo: 123RF)

REVUE DES MARCHÉS. Les Bourses mondiales montaient avec vigueur mardi, aidées par l'allégement en vue des restrictions sanitaires en Chine et par un sursaut des valeurs de la technologie.

L'Asie a donné le ton, avec un gain à Hong Kong, à forte composante technologique. Shanghai et la Bourse de Tokyo ont aussi haussé.

En Europe, le vert était de mise alors que Wall Street s'acheminait aussi vers une nette hausse à l'ouverture.

 

Les indices boursiers à 8h17

Aux États-Unis, les contrats à terme du Dow Jones haussaient de 381,00 points (+1,18%) à 32 540,00 points. Les contrats à terme du S&P 500 affichaient une hausse de 61,75 points (+1,54%) à 4 066,50 points. Les contrats à terme du Nasdaq avançaient de 239,50 points (+1,96%) à 12 484,25 points.

À Londres, le FTSE 100 récoltait 59,21 points (+0,79%) à 7 524,01 points. À Paris, le CAC 40 gagnait 83,87 points (+1,32%) à 6 431,64 points. À Francfort, le DAX haussait de 221,74 points (+1,59%) à 14 186,12 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a haussé de 112,70 points (+0,42%) à 26 659,75 points. De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a récolté 652,31 points (+3,27%) à 20 602,52 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain gagnait 0,73 $ US (+0,64%) à 114,93 $ US. Le baril de Brent de la mer du Nord augmentait de 0,89 $ US (+0,78%) à 115,13 $ US.

 

Le contexte

«L'amélioration de la situation en Chine fait souffler un vent de soulagement dans l'esprit des investisseurs», confirme Pierre Veyret, analyste d'ActivTrade.

Shanghai a déclaré mardi qu'elle avait atteint le «zéro-COVID» dans tous ses quartiers, c'est-à-dire que les quelque 1 000 nouveaux cas détectés lors des 24 dernières heures l'ont tous été au sein des établissements de quarantaine et non dans la population générale.

Malgré de premiers signes d'allègement des mesures, des millions de personnes ne peuvent toujours pas sortir de leur quartier.

Les mesures sanitaires en Chine ont non seulement porté un coup d'arrêt à l'économie nationale, mais aussi à tout l'écosystème d'approvisionnement mondial. 

Par ailleurs, si l'inflation et la croissance dans le monde inquiètent, les investisseurs ont pu être rassurés par la solidité des marchés de l'emploi, avec les chiffres publiés dans la matinée en France et au Royaume-Uni.

Ils attendent encore des prises de parole du président de la Fed Jerome Powell et de celle de la Banque centrale européenne Christine Lagarde dans la soirée. 

Les valeurs technologiques, qui souffrent depuis plusieurs mois, retrouvaient un peu les faveurs des investisseurs. 

En Europe, les livreurs Delivery Hero (+7,48%) et Just Eat Takeaway (+4,96%) progressaient fortement, tout comme le fonds spécialisé Prosus (+6,46%).

À Wall Street, Apple (+1,77%), Amazon (+1,91%) Tesla (+2,45%) et Alibaba (+7,85%) reprenaient des couleurs dans les échanges électroniques d'avant-séance, au lendemain d'une nette baisse.

L'action du groupe suisse de chimie Clariant décollait de 7,63%, avant l'expiration fin juin de son accord de gouvernance avec son actionnaire saoudien Sabic. 

Clariant est «la cible d'acquisition la plus évidente» de son secteur, selon les analystes de Baader Helvea, qui jugent sa valorisation en Bourse «bien trop bon marché».

Dans les fusions/acquisitions, le groupe énergétique ContourGlobal s'envolait de plus de 32% à la Bourse de Londres après l'annonce de son rachat par le fonds américain KKR pour 1,75 milliard de livres. KKR avait également annoncé fin avril le rachat du producteur français d'énergies renouvelables Albioma.

La hausse du prix de l'énergie a permis à Engie (+5,66%) de revoir en hausse ses prévisions financières annuelles avec un résultat net récurrent pour 2022 situé entre 3,8 et 4,4 milliards d'euros, contre 3,1 à 3,3 milliards auparavant.

Le constructeur de poids lourds Daimler (+7,66%) a réévalué à la hausse ses prévisions, tablant sur un B.A.I.I. à «un niveau comparable à celui de l'année précédente», contre «en légère baisse» anticipé précédemment.

La livre britannique grimpait mardi de 1,44% face au dollar américain, à 1,2497 $ US vers 7h45, heure du Québec, galvanisée par une nouvelle baisse du taux de chômage au Royaume-Uni qui ouvre la porte à un resserrement de la politique monétaire.

L'euro suivait et prenait aussi 1,12% à 1,0551 $ US. 

Le bitcoin montait de 1,44%, repassant au-dessus des 30 000 $ US (30 340 $ US). 


Sur le même sujet

Bourse: Toronto clôture en hausse de plus de 150 points, Wall Street fermée

Mis à jour le 04/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. À Wall Street, les marchés étaient fermés en raison de la fête nationale des États-Unis.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Mis à jour le 04/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Marchés: répit sur les actions, tension sur les taux. Wall Street était fermée.

OPINION Bourse: Wall Street termine en hausse, coup de rein avant le week-end férié
Mis à jour le 01/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi
Mis à jour le 01/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: Wall Street conclut dans le rouge son pire semestre depuis 1970
Mis à jour le 30/06/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Bourse: Toronto clôture en hausse de plus de 150 points, Wall Street fermée

Mis à jour le 04/07/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. À Wall Street, les marchés étaient fermés en raison de la fête nationale des États-Unis.

À surveiller: Alimentation Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu

04/07/2022 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Shopify et Quincaillerie Richelieu ? Voici quelques recommandations.

Les fondations doivent-elles planifier leur disparition?

Édition du 11 Mai 2022 | Maxime Bilodeau

PHILANTHROPIE. «Est-ce qu’on y gagnerait davantage collectivement si les fondations acceptaient de mourir?»