Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 04/08/2022 à 08:29, mis à jour le 04/08/2022 à 08:29

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Publié le 04/08/2022 à 08:29, mis à jour le 04/08/2022 à 08:29

(Photo: 123RF)

REVUES DES MARCHÉS. Les marchés boursiers confirmaient leur rebond jeudi, malgré l’annonce d’une hausse des taux directeurs de 50 points de base par la Banque d’Angleterre, qui entend ainsi lutter contre l’inflation et prévoit de plus une récession au Royaume-Uni.

Les marchés mondiaux étaient encouragés par de nouvelles données économiques et par les résultats trimestriels de grandes entreprises.

 

Les indices boursiers à 08 h 15

Les contrats à terme du Dow Jones augmentaient de 16,00 points (+0,05%) à 32 786,00 points.

Les contrats à terme du S&P 500 augmentaient de 3,25 points (+0,08%) à 4 159,50 points.

Les contrats à terme du Nasdaq affichaient une hausse de 15,25 points (+0,11%) à 13 286,75 points.

À Londres, le FTSE 100 récoltait 36,01 points (+0,48%) à 7 481,69 points.

À Paris, le CAC 40 avançait de 48,95 points (+0,76%) à 6 521,01 points.

À Francfort, le DAX gagnait 130,29 points (+0,96%) à 13 717,85 points.

En Asie, le Nikkei de Tokyo a monté de 190,30 points (+0,69%) à 27 932,20 points.

De son côté, le Hang Seng de Hong Kong a récolté 406,95 points (+2,06%) à 20 174,04 points.

Du côté du pétrole, le prix du baril de WTI américain progressait de 0,53 $US (+0,58%) à 91,19 $US.

Le baril de Brent de la mer du Nord gagnait 0,07 $US (+0,07%) à 96,85 $US.

 

Le contexte

Les indices boursiers new-yorkais s’annonçaient en hausse après avoir nettement rebondi la veille. Le contrat à terme du Dow Jones prenait 0,12%, celui du Nasdaq 0,28% et celui de l’indice élargi S&P 500 0,19%. 

Les Bourses asiatiques ont clôturé dans le vert, portées par la tendance haussière venue de Wall Street la veille et la baisse du pétrole après s’être rassurées à propos des tensions géopolitiques autour de Taïwan engendrées par la visite de la présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi. 

Les craintes concernant les tensions sino-américaines provisoirement dissipées, "l’attention des marchés se concentre sur la Banque d’Angleterre", observe Craig Erlam, analyste à Oanda.

L’institution britannique a procédé à la plus forte hausse de ses taux directeurs depuis 1995, une mesure drastique pour contrer l’inflation que la Banque centrale voit désormais dépasser 13% sur un an en octobre. 

L’autorité de contrôle de la monnaie prévoit également une récession au Royaume-Uni jusqu’à fin 2023. 

Le marché obligataire se relâchait après les tensions du début de semaine. Vers 7h30, le rendement britannique à 10 ans s’établissait à 1,86% contre 1,90% à la clôture mercredi quand celui allemand baissait à 0,84% contre 0,88% à la fermeture la veille. 

L’accélération du resserrement monétaire de la part de la banque centrale britannique était attendue par les investisseurs alors que ses homologues américaine (la Fed) et européenne (la BCE) ont annoncé en juillet remonter leurs taux directeurs de respectivement 75 points de base et 50 points de base.

Tenant jusque-là la barre face au dollar, la livre sterling baissait après les annonces de la Banque d’Angleterre (-0,27%), à 1,211 6 dollar américain vers 7h30. 

Au-delà de l’échéance britannique, "le rebond des marchés devrait encourager la Banque centrale américaine (Fed) à poursuivre son resserrement monétaire. Cette décision est toutefois plus facile à prendre quand les chiffres du chômage restent bas. Leur publication vendredi sera donc au centre de l’attention" des investisseurs, estime Stephen Innes, analyste de SPI. 

 

Hauts et bas des valeurs à Londres

La société spécialisée dans les équipements de sauvetage Ambu (AMBU-B.CO) (aides respiratoires et outils de réanimation en tête) chutait de 6,59% à Londres vers 7h30 après l’annonce de coupe dans ses effectifs et d’une révision à la baisse de ses prévisions de revenus d’activité, selon Bloomberg. 

Le groupe britannique de transport Go-Ahead (G9X) gagnait 2,67% après l’annonce d’un prix amélioré de plus de 3% pour son rachat annoncé en juin par un consortium formé par le groupe de transport australien Kinetic et le groupe d’infrastructures espagnol Globalvia Inversiones, désormais à près de 670 millions de livres.

Glencore (GLNCY), le géant suisse du négoce des matières premières, va reverser 4,5 milliards de dollars américains supplémentaires à ses actionnaires après avoir vu ses bénéfices exploser au premier semestre face à l’envolée des cours du pétrole, du gaz et charbon. Son titre prenait 1,97%. 

Le groupe industriel britannique Rolls-Royce (RYCEY) dévissait de 7,46% après avoir vu son résultat net replonger lourdement dans le rouge au premier semestre en raison d’une dévaluation de contrats de change face à l’envolée du dollar, malgré une progression de son chiffre d’affaires.

 

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, sixième baisse d'affilée pour le Dow Jones

Mis à jour le 27/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le rouge.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mardi

Mis à jour le 27/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Marché: les actions reprennent un peu de vigueur, le dollar souffle. Wall Street prévoit du vert.

À la une

Votre équipe aussi peut maîtriser l'art de l'empathie

Il y a 34 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. «Maintenant, en tant qu'employeur, on doit mériter le déplacement».

Leçon de compassion par Michelle Williams

27/09/2022 | Catherine Charron

Il est difficile de reconnaître le mal-être lorsqu’il foule le sol de nos espaces au travail.

Bourse: Wall Street termine en ordre dispersé, sixième baisse d'affilée pour le Dow Jones

Mis à jour le 27/09/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto termine dans le rouge.