Bourse: Wall Street déstabilisée par le variant, plus forte chute de l'année pour le Dow Jones

Publié le 26/11/2021 à 09:38, mis à jour le 26/11/2021 à 17:24

Bourse: Wall Street déstabilisée par le variant, plus forte chute de l'année pour le Dow Jones

Publié le 26/11/2021 à 09:38, mis à jour le 26/11/2021 à 17:24

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a clôturé en net recul vendredi, déstabilisée par la découverte d’un nouveau variant du coronavirus, qui a provoqué la plus forte chute du Dow Jones cette année.

 La Bourse de Toronto chutait de plus de 500 points, alors que le cours du pétrole brut plongeait de plus de 13% et que les marchés boursiers américains retraitaient avec les craintes liées à la découverte d’un nouveau variant de la COVID en Afrique du Sud


 

Les indices boursiers

À Toronto, le S&P/TSX a rendu 487,28 points à 21 125,90 points

À New York, le S&P 500 a reculé de 106,84 points (-2,27%) à 4 594,62 points.

Le Nasdaq a terminé en baisse de 353,57 points (-2,23%) à 15 491,66 points.

Le DOW a descendu de 905,04 points (-2,53%) à 34 899,34 points.

Le huard a reculé de 0,008 5 $ US (-1.07%) à 0,782 0 $ US.

Le pétrole a terminé en baisse de 10.24 $ US (-13.06%) à 68.15 $ US.

L’or a avancé de 1.20 $ US (+0.07%) à 1 785,50 $ US.

Le bitcoin a retraité de 4 409,75 $ US (-7.51%) à 54 288,89 $ US.

 

 

Le contexte

B.1.1.529, tout le marché n’avait que ces initiales barbares à la bouche vendredi, celles du nouveau variant du coronavirus, identifié pour la première fois en Afrique du Sud.

Considéré comme très contagieux, il a été classé « préoccupant » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui l’a baptisé, vendredi, «Omicron».

«Le marché n’a eu qu’une idée en tête aujourd’hui», a commenté Ross Mayfield, analyste chez Baird.

«Il y a des raisons de penser qu’il est plus contagieux et plus problématique que ne l’était Delta», a-t-il ajouté, au sujet du variant. «Donc la réaction du marché au degré d’incertitude actuel fait sens, en particulier sachant qu’on était proche de niveaux records» pour les indices.

Loin d’être limitée aux marchés actions, la crispation s’est aussi propagée au marché obligataire.

Le taux moyen des emprunts d’État américains à 10 ans s’est ainsi violemment tendu, effaçant 16 points de base (0,16 point de pourcentage) en 24 heures, ce qui est considérable sur une période aussi courte.

Il ressortait à 1,48%, contre 1,64% mercredi soir (le marché était fermé jeudi pour cause de jour férié de Thanksgiving).

Ordinairement, la séance du vendredi de Thanksgiving, prise en sandwich entre le jour férié le plus important de l’année aux États-Unis et un week-end, est l’une des plus calmes de l’année, avec des volumes faméliques.

Mais l’irruption du variant a porté vendredi les volumes à un niveau supérieur à la moitié des séances du mois de novembre.

En accéléré, Wall Street a rejoué un refrain bien connu depuis que cette pandémie a bouleversé la planète, il y a 18 mois.

Tout ce qui touche, de près ou de loin, au tourisme, aux loisirs hors du foyer, a été lynché par les investisseurs.

Sans surprise, les compagnies aériennes américaines ont dévissé face à ce nouveau variant menaçant de pénaliser le transport aérien mondial.

American Airlines (AAL) (-8,79%), Delta Air Lines (DAL) (-8,34%) ou United Airlines (UAL) (-9,57%) se sont enfoncées loin dans le rouge.

Toujours au rayon tourisme, pire encore a été la chute pour les croisiéristes Norwegian (NCLH) (-11,36%), Carnival (CCL) (-10,96%) et Royal Caribbean (RCL) (-13,22%).

Même Disney (DIS) (-2,13% à 148,11 $US), exposé avec ses parcs d’attractions, n’a pas été épargné.

Menacées par un possible ralentissement de l’activité, et donc du crédit, mais aussi par un éventuel report de hausses de taux d’intérêt pour ménager l’économie, les valeurs bancaires ont souffert elles aussi.

Bank of America (BAC) a perdu 3,93%, JPMorgan Chase (JPM), 3,01%, et Wells Fargo (WFC), 5,61%.

Dans la foulée du dérapage des cours du pétrole, Exxon Mobil (XOM) (-3,51%) ou ConocoPhillips (COP) (-4,48%) ont également été punis.

À l’inverse, les fabricants de vaccins anti-Covid Moderna (MRNA) (+20,57%), Pfizer (PFE) (+6,11%) ou Novavax (NVAX) (+8,95%) étaient parés au décollage.

Même chose pour les révélations de la pandémie grâce aux confinements et au télétravail, la plateforme de conférence vidéo Zoom (ZM) (+5,72%) et le spécialiste des vélos connectés Peloton (PTON) (+5,67%).

En ce jour de grand-messe du commerce de détail, le désormais fameux « Black Friday », plusieurs géants de la distribution ont été pénalisés.

Déjà, pilonnées ces derniers jours, les chaînes de grands magasins Macy’s (M) (-5,16%) ou la chaîne de vêtements Gap (GPS) (-2,86%), car moins bien positionnés que leurs concurrents.

Boeing (BA) a plongé (-5,41% à 199,21 $US) après que les autorités canadiennes ont notifié au constructeur aéronautique américain que sa candidature pour le renouvellement des avions de chasse de l’armée canadienne ne répondait pas au cahier des charges, selon plusieurs médias nord-américains.

Sur le même sujet

Bourse: Wall Street finit en ordre dispersé, les bancaires chutent, la tech rebondit

Mis à jour le 14/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. L'indice phare de la Bourse de Toronto rebondit et clôture en hausse.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture vendredi

Mis à jour le 14/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Les Bourses mondiales baissent, anticipant des hausses de taux. New York se dirigeait vers une ouverture en baisse.

OPINION Le bitcoin à la croisée des chemins en 2022
Bourse: Wall Street termine en net repli, à nouveau plombée par la technologie
Mis à jour le 13/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi
Mis à jour le 13/01/2022 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

Conflit du bois d’œuvre: le prix des maisons fera-t-il plier Biden?

15/01/2022 | François Normand

ANALYSE. Les démocrates sont en difficulté, tandis que la grogne monte contre la hausse du prix du bois et des maisons.

«J'manque de bras!» Attendez avant de vider votre portefeuille!

14/01/2022 | Catherine Charron

Votre PME peut tirer son épingle du jeu, même dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre. Voici comment.

Forte demande de bureaux en sous-location à Montréal

14/01/2022 | Charles Poulin

Premier trimestre d'absorption nette positive au pays en immobilier commercial