Bourse: Wall Street en nette hausse prévoit un accord sur la dette américaine

Publié le 26/05/2023 à 10:13, mis à jour le 01/06/2023 à 11:49

Bourse: Wall Street en nette hausse prévoit un accord sur la dette américaine

Publié le 26/05/2023 à 10:13, mis à jour le 01/06/2023 à 11:49

(Photo: Getty Images)

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de New York a terminé en nette hausse vendredi prévoyant un accord très proche sur le plafond de la dette aux États-Unis et ignorant pour l’instant les mauvaises nouvelles du côté de l’inflation.

La Bourse de Toronto a clôturé vendredi sur un gain de près de 150 points.

 

 Pour (re)consulter les nouvelles du marché

Les indices boursiers à la fermeture

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 146,23 points pour terminer la séance avec 19 920,31 points.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a gagné 328,69 points à 33 093,34 points, tandis que l’indice élargi S&P 500 a grimpé de 54,17 points à 4205,45 points. L’indice composé du Nasdaq s’est pour sa part apprécié de 277,59 points à 12 975,69 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 73,41 cents US, en hausse par rapport à celui de 73,38 cents US de jeudi.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a gagné 84 cents US à 72,67$ US le baril, pendant que celui du gaz naturel a reculé de 6 cents US à 2,42$ US le million de BTU.

Le prix de l’or a grimpé de 60 cents US à 1944,30$ US l’once et celui du cuivre s’est apprécié de 9 cents US à 3,68$ US la livre.

Le contexte

Alors que la fenêtre de tir se rétrécit pour éviter un défaut de paiement américain, la Maison-Blanche et l’opposition républicaine ont continué vendredi à échafauder un compromis.

«Nous sommes plus proches (d’un accord), mais ce n’est pas encore fait», a confié une source proche des discussions, sceptique sur la possibilité d’une annonce dès vendredi.

L’accord gèlerait certaines dépenses, mais sans toucher aux budgets consacrés à la défense et aux anciens combattants, ont notamment rapporté le New York Times ou le Washington Post.

«Le marché a grimpé sur l’espoir» que républicains et démocrates «vont annoncer un accord très prochainement qui va permettre d’éviter le défaut de paiement», a commenté Peter Cardillo, de Spartan Capital.

Les marchés ont surfé sur cet optimisme et continué aussi d’être portés par l’enthousiasme que fait naître le développement de l’intelligence artificielle pour les actions technologiques et celles des fabricants de semi-conducteurs.

Toutefois un indicateur d’inflation aux États-Unis a créé la surprise en accélérant plus fortement que prévu en avril. L’indice PCE, la mesure préférée de la Fed pour mesurer la hausse des prix, a augmenté de 4,4% sur un an, contre 4,2% le mois précédent.

Plus inquiétant, l’indice sous-jacent, qui exclut les secteurs aux prix volatils de l’alimentation et de l’énergie, a accéléré à 4,7%.

 

La pause s’éloigne

Ces forts chiffres d’inflation atténuent considérablement la possibilité d’une pause durable dans les hausses de taux d’intérêt, comme l’escomptaient les marchés, mais les indices n’ont guère bronché, restant focalisés sur la perspective d’un accord politique sur la dette.

Les données sur l’inflation «étaient très décevantes», a estimé Peter Cardillo. «De toute évidence, la hausse des prix reste tenace et une fois qu’on aura applaudi à un accord sur le relèvement du plafond de la dette, il faudra regarder en face ces données macro-économiques et s’intéresser à ce que va faire la Fed», a ajouté l’analyste.

«Le chiffre d’inflation d’aujourd’hui déroute les idées d’une pause dans les hausses de taux», a encore estimé Peter Cardillo alors que la Fed se réunit les 13 et 14 juin. «Ce n’est pas complètement exclu, mais ce sera une courte pause et la Fed va revisiter la question en juillet», a-t-il indiqué.

Pour en rajouter sur la persistance de l’inflation, le FMI qui a relevé légèrement sa prévision de croissance des États-Unis vendredi à 1,7% en 2023, a aussi prévenu que l’inflation sous-jacente «restera sensiblement supérieure à la cible de 2% (de la Fed) en 2023 et 2024». L’institution invite ainsi à conserver les taux d’intérêt à un haut niveau entre 5,25% et 5,5% «jusqu’à la fin de l’année 2024».

À la cote, le fabricant de puces Marvell Technology (MRVL) s’est envolé de 32,42% à 65,51$ US après des commentaires positifs sur l’élan porteur de l’intelligence artificielle. Nvidia (NVDA), un des leaders du secteur, dans les processeurs consacrés à l’IA, a encore gagné 2,54% à 389,46$ US après avoir engrangé plus de 24% la veille grâce à des projections ambitieuses pour le 2e trimestre.

Dans un mouvement de sympathie avec le secteur des semi-conducteurs, le fabricant Broadcom (AVGO) a grimpé de 11,52% à 812,73$ US. Un contrat de plusieurs milliards de dollars avait été annoncé mercredi entre Apple et Broadcom pour la commande de composants servant à capter la 5G, la cinquième génération de téléphone mobile. Apple (AAPL) a gagné 1,41% à 175,43$ US.

La marque de prêt-à-porter en difficulté Gap (GPS) s’est envolée de 12,33% à 8,34 dollars après un bénéfice surprise au premier trimestre au prix de restructurations tous azimuts.

Sur le même sujet

Bourse: «Nvidia est le nouveau roi de Wall Street»

Mis à jour à 12:42 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Les télécommunications et les services publics pesaient sur le TSX jeudi.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi 23 mai

Mis à jour à 07:46 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Nvidia lance la tech, peu d'élan ailleurs.

OPINION Bourse: Wall Street termine en baisse
Mis à jour le 22/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi 22 mai
Mis à jour le 22/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne
Bourse: nouveaux records pour le Nasdaq et le S&P 500
Mis à jour le 21/05/2024 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

À la une

TotalEnergies étudie une cotation en actions à New York

13:06 | AFP

Mais pas une «cotation principale», selon le PDG du groupe pétrolier français Patrick Pouyanné.

Les bonnes (et moins bonnes) raisons de démissionner

EXPERTE INVITÉE. Avant de démissionner, il est recommandé d’en parler avec les bonnes personnes

Malade, vaut-il mieux rester chez soi ou aller au bureau?

MAUDITE JOB! «L'autre jour, j'étais malade comme un chien. Je suis quand même allé au bureau. Ai-je eu raison ou tort?»