Stephen Poloz: la «forte inflation est transitoire»

Publié le 22/09/2022 à 21:20, mis à jour le 22/09/2022 à 21:24

Stephen Poloz: la «forte inflation est transitoire»

Publié le 22/09/2022 à 21:20, mis à jour le 22/09/2022 à 21:24

Par La Presse Canadienne

Stephen Poloz a déclaré que l’un des plus grands risques est en fait les attentes du public. (Photo: La Presse Canadienne)

Banff — Empêcher les niveaux élevés d’inflation actuels de s’intégrer dans les attentes du public est essentiel si le pays veut éviter de tomber en récession, a déclaré jeudi l’ancien gouverneur de la Banque du Canada, Stephen Poloz. 

Stephen Poloz, qui a été à la tête de la banque centrale pendant sept ans jusqu’à l’expiration de son mandat en juin 2020, a fait ces commentaires lors d’une entrevue à Banff, en Alberta, où il a été conférencier au Global Business Forum, une conférence annuelle qui attire des cadres et des chefs d’entreprise du monde entier. 

Stephen Poloz a déclaré qu’il croyait que le cycle actuel d’une forte inflation est transitoire, soulignant la dernière lecture mensuelle de Statistique Canada montrant que l’inflation commençait déjà à se calmer – malgré le fait, a déclaré Stephen Poloz, que les hausses de taux d’intérêt déjà mises en œuvre par les banquiers centraux ont à peine eu le temps de faire son effet. 

«Cela signifie qu’elle [l’inflation] va disparaître plus ou moins d’elle-même avec le temps. Mais s’il faut un an pour qu’elle grimpe, il faut une année complète pour qu’elle s’aplatisse et une autre année complète pour qu’elle disparaisse», a-t-il déclaré. 

Il a dit qu’il est possible que l’inflation revienne au taux cible de 2% de la Banque du Canada sans une récession grave ou même légère. Il a souligné que l’économie canadienne est en position de force, avec un marché du travail vigoureux, des niveaux élevés de revenu et d’épargne des ménages, et des niveaux encourageants d’investissement des entreprises. 

Cependant, il a également déclaré qu’il n’y avait aucune garantie d’atterrissage en douceur. Un événement géopolitique majeur qui provoque une flambée spectaculaire du prix du pétrole, par exemple, pourrait à lui seul provoquer une récession, quels que soient les taux d’intérêt ou tout autre facteur. 

Stephen Poloz a déclaré que l’un des plus grands risques est en fait les attentes du public. Si les gens deviennent convaincus que l’inflation élevée est là pour rester, a-t-il dit, cela pourrait conduire à des accords de salaires plus élevés difficiles à inverser. 

La montée en flèche des salaires pourrait à son tour entraîner une inflation encore plus élevée, obligeant à une contraction économique plus difficile pour maîtriser le coût de la vie. 

«Le risque est que (l’inflation) infecte notre économie, elle s’incruste et y reste, dans une certaine mesure, a dit Stephen Poloz. Bien sûr, ce ne serait jamais près de 100%, mais cela pourrait être significatif.» 

Plus tôt ce mois-ci, la Banque du Canada a relevé son taux d’intérêt directeur de trois quarts de point de pourcentage et a signalé que ce ne serait pas la dernière hausse alors qu’elle poursuit sa lutte contre une inflation élevée. 

Jeudi à Banff, Stephen Poloz a déclaré que personne ne savait vraiment ce qui allait se passer alors que les banquiers centraux du monde entier cherchent à rétrograder une économie en surchauffe. 

«C’est comme faire atterrir un avion dans le brouillard, a déclaré Stephen Poloz. Vous ne le saurez pas vraiment tant que vous ne sentirez pas les roues toucher le sol, et vous espérez que ce sera doux.»

 

Par Amanda Stephenson, avec des informations de l’Associated Press

À la une

Après les États-Unis, cette PME veut imposer ses standards en Europe

Il y a 12 minutes | François Normand

Aux États-Unis, son Safety Arm System (SAS), le bras jaune installé sur les civières, est devenu la norme.

Bourse: le pour et le contre des ventes à perte à des fins fiscales

Il y a 42 minutes | Denis Lalonde

BALADO. Après une année difficile, le moment est peut-être venu de procéder à des ventes à perte à des fins fiscales.

Les cinq trucs d'une patronne de Google pour gravir les échelons de votre organisation

Il y a 41 minutes | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. La première suggestion qu’elle fait semble aller de soi. Et pourtant.