États-Unis: l'inflation ralentit en avril, à 3,4% sur un an, première baisse depuis janvier

Publié le 15/05/2024 à 09:05, mis à jour le 15/05/2024 à 10:11

États-Unis: l'inflation ralentit en avril, à 3,4% sur un an, première baisse depuis janvier

Publié le 15/05/2024 à 09:05, mis à jour le 15/05/2024 à 10:11

Par AFP

La hausse des prix à la consommation a également été moins forte sur un mois. (Photo: 123RF)

L'inflation a repris sa trajectoire à la baisse en avril aux États-Unis, après trois mois de rebond, une bonne nouvelle pour le président Joe Biden, la hausse des prix étant un enjeu crucial de son duel avec Donald Trump pour l'élection présidentielle.

L'inflation est repartie à la baisse en avril pour la première fois depuis janvier, à 3,4% sur un an contre 3,5% en mars, selon l'indice CPI sur lequel sont indexées les retraites, publié mercredi par le département du Travail.

Cette évolution est conforme aux attentes des analystes, selon le consensus de Market Watch.

La hausse des prix à la consommation a également été moins forte sur un mois seulement, à 0,3% contre 0,4% le mois précédent. Ce sont notamment les prix du logement et de l'essence à la pompe qui ont tiré l'inflation en avril, représentant plus de 70% de la hausse.

La hausse des prix à la consommation s'était de nouveau accélérée début 2024, après avoir largement ralenti au cours des derniers mois de 2023.

«Les pressions sur les prix restent élevées mais évoluent dans la bonne direction», relève Rubeela Farooqi, cheffe économiste pour High Frequency Economics.

Le président démocrate Joe Biden devrait saluer cette amélioration. Le sujet est au coeur de la campagne électorale, tant l'inflation a réduit le pouvoir d'achat des Américains.

Or l'opposition républicaine, et notamment son concurrent dans la course à la Maison-Blanche, Donald Trump, lui imputent largement la responsabilité de la flambée des prix.

Pour les consommateurs, le ralentissement de l'inflation redonne du pouvoir d'achat. Et cela signifie aussi que la banque centrale américaine (Fed) pourra baisser les taux, lorsqu'elle considèrera que la hausse des prix ralentit durablement.

 

Patience à la Fed

Cette baisse des taux aura pour effet de rendre le crédit moins onéreux pour les ménages, qui pourront plus facilement acheter un logement ou une voiture, par exemple.

La Fed veut ramener l'inflation à 2%, et privilégie pour cela une autre mesure, l'indice PCE, qui avait aussi accéléré en mars, à 2,7% sur un an. Les données d'avril seront publiées le 31 mai.

Le président de la Fed, Jerome Powell a estimé mardi que la persistance d'une inflation toujours élevée avait réduit son niveau de confiance quant au fait qu'elle puisse se rapprocher de l'objectif de 2%.

«Les chiffres ont été plus élevés que tout ce que n'importe qui anticipait», a-t-il déclaré.

«Ce que cela nous apprend est que nous devons nous montrer plus patients et laisser la politique restrictive faire son effet», a-t-il souligné, ne jugeant cependant pas nécessaire de monter de nouveau les taux, qui sont déjà à des niveaux «restrictifs».

La Fed avait, le 1er mai à l'issue de sa réunion, acté l'«absence de progrès» récents sur le front de l'inflation.

Par conséquent, afin d'empêcher les prix de continuer à flamber, elle avait maintenu ses taux d'intérêt inchangés, au plus haut depuis plus de vingt ans, entre 5,25% et 5,50%.

L'indice des prix de gros, qui mesure la hausse des prix côté producteurs, a lui continué a grimper en avril, plus rapidement même que ne l'anticipaient les marchés. 

Sur le même sujet

Le gouvernement américain poursuit Ticketmaster pour monopole illégal

Ticketmaster et son propriétaire, Live Nation Entertainment, ont un long passé de conflits avec des artistes majeurs.

Droits de douane et baisse d’impôts sous Trump: quels seraient les effets?

Mis à jour le 23/05/2024 | AFP

Un programme économique qui n’est pas sans risque, alors que le pays est confronté à une inflation persistante.

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.