Produits forestiers Résolu va conserver son siège social à Montréal, assure son PDG

Publié le 06/07/2022 à 07:55, mis à jour le 06/07/2022 à 13:51

Produits forestiers Résolu va conserver son siège social à Montréal, assure son PDG

Publié le 06/07/2022 à 07:55, mis à jour le 06/07/2022 à 13:51

Par La Presse Canadienne

L’histoire de Produits forestiers Résolu au Québec remonte à plus de 200 ans, selon la société. (Photo: La Presse Canadienne)

Produits forestiers Résolu va demeurer un joueur important au Québec, même si elle passe aux mains de Groupe Papier Excellence, basée en Colombie-Britannique, assure le président et chef de la direction de la société montréalaise, Rémi G. Lalonde.

L’acquéreur a pris l’engagement que Résolu continuera d’exercer ses activités sous la même dénomination et l’équipe de direction de Résolu demeurera au siège social de Montréal, souligne M. Lalonde, en entrevue.

«Papier Excellence a pris l’engagement que Montréal deviendrait un carrefour important de ses opérations en Amérique du Nord, dit le dirigeant. Je pense que c’est une nouvelle qui reconnaît la compétence des gens à Montréal, le talent qui est disponible et le rôle que le Québec peut jouer dans l’économie mondiale en lui donnant une place avec une entreprise qui va être plus grosse, plus concurrentielle pour le futur.»

En tant que filiale, Résolu continuerait ses opérations dans «le cours normal de ses activités», précise le dirigeant. «On ne parle pas de fermeture d’usine ou de compression de postes. Il va peut-être y avoir dans le temps quelques synergies ici et là, mais je soulignerais qu’aujourd’hui au siège social, sur les 450 employés, on a peut-être une trentaine de postes vacants. L’idée, c’est de maintenir les emplois actuels et de préserver les opérations de nos usines.»

Résolu a annoncé, mercredi, qu’elle avait accepté une offre d’acquisition de 2,7 milliards de dollars US de la part de Papier Excellence. Résolu deviendra une filiale du Groupe Domtar, qui est passé, lui aussi, dans le giron de l’entreprise britanno-colombienne l’an dernier. La transaction est conditionnelle à l’appui des actionnaires, qui se prononceront au début de l’automne, et à l’approbation des autorités réglementaires.

Le prix offert de 20,50$ US par action représente une prime de 64% par rapport au prix de clôture du 5 juillet sur le titre coté à la Bourse de New York.

En faisant partie d’une entreprise privée de plus grande taille (Papier Excellence n’est pas cotée en Bourse), Résolu aura accès à davantage de ressources financières pour développer ses activités, répond M. Lalonde.

Il donne en exemple l’usine de papier journal de Résolu à Gatineau. L’entente prévoit la réalisation d’une étude de faisabilité pour la conversion de l’usine vers une usine de production de papier d’emballage.

«C’est un projet de quelques centaines de millions. Comme compagnie publique qui n’est pas dans le secteur du carton, c’est plus difficile de convaincre des investisseurs publics d’investir un 200-300 millions pour un projet comme celui-là.»

Sur le même sujet

Le lanceur d'alerte de Twitter détaille ses accusations devant les sénateurs

Mis à jour le 13/09/2022 | AFP

«La direction de Twitter trompe les élus, les régulateurs et même son propre conseil d'administration.»

Twitter: Musk autorisé à modifier sa plainte avec le lanceur d'alerte

Mis à jour le 07/09/2022 | AFP

Elon Musk pourra ajouter les accusations du lanceur d'alerte dans ses arguments, mais le procès ne sera pas repoussé.

À la une

Et si François Legault s'inspirait de l'autre modèle allemand?

ANALYSE. L'Allemagne a non seulement un secteur manufacturier très dynamique, mais aussi un mode de scrutin exemplaire.

Le PQ fait peu de cas de la perte de l’appui éditorial du journal «Le Devoir»

Mis à jour à 12:08 | La Presse Canadienne

S’il a perdu le soutien du quotidien, Paul St-Pierre Plamondon espère convaincre les indécis.

Nadeau-Dubois invite à «une grande jase politique» pour convaincre les indécis

Mis à jour à 12:04 | La Presse Canadienne

«Là c'est important de parler à vos parents, grands-parents, de leur dire ce qui vous inquiète pour l'avenir.»