«Des propos contradictoires du ministre Flaherty»

Publié le 22/12/2009 à 12:11

«Des propos contradictoires du ministre Flaherty»

Publié le 22/12/2009 à 12:11

Les propos qu’a tenus le ministre des Finances Jim Flaherty hier, en entrevue au réseau télévisé CTV, sont contradictoires et auraient peu d’effet, croit Michel Beauséjour, chef de la direction à la Chambre immobilière du Grand Montréal.

«D’un côté, l’augmentation de la mise de fonds minimale réduit les paiements mensuels de l’hypothèque. D’un autre côté, si on diminue le nombre d’années pour le remboursement hypothécaire, on augmente les paiements mensuels. Ce qui vient, par conséquent, annuler la hausse de la mise de fonds minimale», soutient M. Beauséjour.

Selon le chef de la direction, les propos du ministre Flaherty sont un avertissement. «Il faut faire preuve de prudence quant au niveau d’endettement. Il est vrai que le niveau d’endettement moyen est passé de 91 % en 1990 à 145 % en 2009, mais c’est principalement de l’endettement de consommation. Au Canada, nous avons une attitude de consommation, mais l’immobilier n’est pas de la consommation, mais bien un investissement. Présentement, on voit une reprise du secteur immobilier et non une surchauffe, car rappelons que les transactions immobilières étaient en baisse de 38 % en janvier 2009.»

S’il prend les deux mesures, et considérant que les taux d’intérêt vont augmenter en 2010, on s’enligne droit vers une deuxième récession, croit M. Beauséjour. «Il faudrait plutôt attaquer le secteur des cartes de crédit», ajoute-t-il.

Dommageable pour les premiers acheteurs

Malgré le fait que ces mesures s’annuleraient, ce serait dommageable pour les premiers acheteurs, estime Michel Beauséjour. «Cela aurait évidemment un impact direct sur eux et réduirait l’accession à la propriété.»

« À Montréal, la proportion des propriétaires est de 55 %. À Toronto, la proportion est de 66,6 %. Il faut continuer à mettre en place des mesures incitatives pour encourager l’accession à la propriété.»

Toutefois, M. Beauséjour demeure positif. «Le coût moyen d’une maison à Montréal est de 282 000 $, tandis qu’à Toronto le prix moyen est de 418 500 $ et à Vancouver 622 500 $. Les prix, à Montréal, ont augmenté, en moyenne, de 7,6 % sur deux ans, donc depuis novembre 2007. C’est une augmentation normale.»

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour à 17:10 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.