mdf perd 9%, mais l’achat record enthousiasme un financier

Publié le 12/08/2021 à 16:00

mdf perd 9%, mais l’achat record enthousiasme un financier

Publié le 12/08/2021 à 16:00

Par Dominique Beauchamp

(Photo : lesaffaires.com)

Le premier verdict du marché est négatif, mais un actionnaire spécialiste du commerce électronique se réjouit de l’achat historique de l’américaine Periscope par mdf commerce (MDF.TO, 7,85 $).

Stephen Takacsy de Gestion d’actifs Lester est si enthousiaste au sujet du potentiel de la transaction de 260 millions de dollars qu’il participe à l’émission d’actions de 67,9 millions de dollars à 8 $ chacune qui la financera afin de préserver son actionnariat.

Pour donner une idée de l’envergure de cet achat, la valeur boursière de mdf s’établissait à 248 M$ avant cette annonce.

«Ensemble, mdf et Periscope auront à peine 2% d’un marché gigantesque d’approvisionnement gouvernemental encore très fragmenté qui est appelé à connaître une forte croissance. On le sait bien, les gouvernements sont toujours les derniers à se numériser», évoque-t-il.

Au cours actuel, ajoute-t-il, mdf se négocie à moins d’une fois les revenus par rapport à des multiples de 7 à 8 fois pour ses plus proches comparables, la Norvégienne Mercell Holdings (MMCLF, 1,03 $US ; 7,9 fois) et l’Américaine GTY Technology (GTYN, 7,29 $US ; 7,1 fois).

Le gestionnaire de portefeuille de Montréal se dit aussi confiant que mdf surpassera les revenus additionnels (15 M$) et les synergies de coûts (5 M$) prévus d’ici trois ans étant donné la hausse des dépenses gouvernementale et l’adoption de l’approvisionnement électronique.

50% plus d'actions

En Bourse toutefois, l’action de mdf chute de 9% en après-midi le 12 août alors que les investisseurs digèrent la transaction d’envergure et la hausse de plus de 50% du nombre d’actions en circulation en raison des placements public et privé auprès du Fonds de la FTQ et d’investissement Québec qui achètent 52,6 millions d’actions.

Le PDG de mdf, Luc Filiatreault attribue ce plongeon au changement de la garde des actionnaires qui «apprécient peut-être moins le recentrage sur l’approvisionnement stratégique des appels d’offres gouvernementaux», a -t-il expliqué en entrevue.

Les plateformes transactionnelles de mdf qui lient les gouvernements et les fournisseurs représenteront dorénavant plus de la moitié des revenus de la société de Longueuil, diminuant à environ 30% la contribution des solutions de commerce en ligne.

Le dirigeant se formalise peu de ces secousses à court terme parce que les nouveaux actionnaires réalisent que «cet achat transformationnel confirme que nous ne sommes plus l’entreprise poussiéreuse du passé, avec des plateformes en déclin, mais un fournisseur de solutions infonuagiques à forte croissance», a renchéri le président et chef de la direction.

Les capitaux frais fournis par les actionnaires existants, soit le Fonds de la FTQ et Investissement Québec, ainsi que l’emprunt élargi fourni par la Banque Scotia, sont des «votes de confiance» dans notre nouvelle «place de marché».

Periscope Intermediate du Texas était la transaction dont rêvait mdf bien avant que Luc Filiatreault ne prenne la barre de l’entreprise, mais les conditions n’étaient pas réunies jusqu’ici. «Depuis 18 mois, les démarches de l’équipe dédiées aux acquisitions se sont intensifiées. Puis, tout a déboulé cet été lorsque le fonds privé Parthenon Capital a lancé un processus de vente», raconte le dirigeant.

L’intérêt de mdf s’est accru l’an dernier parce que l’adoption d’une nouvelle solution de tarification conçue par Periscope a commencé à augmenter. «Nous pourrons l’offrir rapidement à de nouveaux états et aux provinces».

Cette solution est attrayante pour les fournisseurs et les gouvernements et devient une nouvelle source de revenus transactionnels pour mdf en plus des frais de logiciels-services pour l’accès aux plateformes électroniques d’appels d’offres.

Lorsqu’un contrat pour l’achat de biens ou de services est attribué en ligne, le fournisseur paie des frais d’un pour cent de sa valeur, un montant que la plateforme partage ensuite avec l’agence gouvernementale. «Tout le monde y trouve son compte. Le gouvernement obtient un processus compétitif pour sa commande tandis que le fournisseur qui remporte la mise est prêt à verser un petit montant», explique Luc Filiatreault.

Ensemble, Merx, BidNet et Periscope relieront 6000 agences gouvernementales et plus de 500 000 fournisseurs actifs en Amérique du Nord. Periscope estime que sa plateforme permet à ses utilisateurs de décrocher 2 milliards de dollars américains de nouveaux contrats publics, chaque mois.

Initialement, Periscope ajoutera 37% aux revenus de mdf, mais la croissance annualisée de 43% du chiffre d’affaires en 2021 de cette dernière est soutenable, croit le dirigeant.

Sur le même sujet

À la une

Mini-budget Girard: un exercice d'équilibriste

Mis à jour à 13:06 | Jean-Paul Gagné

CHRONIQUE. Éric Girard avait raison d’afficher un large sourire quand il a présenté son mini-budget.

Négocions un Buy North American, ça presse!

ANALYSE. Le nationalisme économique et le protectionnisme aux É.-U. sont là pour de bon. Il faut un «game changer».

Que la politique s'occupe mieux de nous!

COURRIER DES LECTEURS. Le taux de participation, je l’ai aussi en travers de la gorge! Mais pas pour les mêmes raisons…