Manitoba Telecom doit défier les sceptiques

Publié le 07/11/2009 à 00:00

Manitoba Telecom doit défier les sceptiques

Publié le 07/11/2009 à 00:00

Par Dominique Beauchamp

Manitoba Telecom Services (Tor., MBT, 31,41 $) aura fort à faire pour convaincre les financiers de la solidité de son dividende, à en juger par le scepticisme qu'affichent plusieurs d'entre eux.

Cinq analystes estiment que le fournisseur manitobain de services de télécommunications pourrait éventuellement réduire son dividende et ne recommandent pas l'achat du titre. Leurs cours cibles d'un an varient de 31,50 à 35 $.

Pour l'investisseur, la capacité de générer les flux de trésorerie nécessaires au versement d'un dividende régulier est le principal attrait d'un fournisseur de services de télécommunications tel que Manitoba Telecom.

" À court terme, le dividende est assuré, mais le fait que son rendement excède de 22 à 39 % ceux de ses deux rivales [BCE et Telus] montre que les investisseurs doutent qu'il puisse être maintenu à moyen terme ", indique Greg MacDonald, analyste à la Financière Banque Nationale.

Le cours de l'action reflète la crainte que la société réduise son dividende de 20 %. " Bien que Manitoba Telecom n'ait pas à payer d'impôts, elle aura besoin d'emprunter 41 millions de dollars pour verser son dividende en 2009 ", juge Dvai Ghose, analyste chez Genuity Capital.

Manitoba Telecom ne génère pas assez de flux pour couvrir le versement du dividende, si on tient compte du capital qu'elle doit injecter dans sa caisse de retraite, des frais de restructuration et du coût d'achat des appareils cellulaires dans ses dépenses récurrentes, explique Peter MacDonald, analyste chez Valeurs mobilières GMP.

Coup de barre insuffisant

M. MacDonald apprécie le coup de barre donné depuis 2005 par le président, Pierre Blouin, pour réduire les coûts et recentrer Manitoba Telecom sur ses services les plus porteurs. Cependant, il croit que l'entreprise aura besoin d'une forte reprise de la demande pour renverser le déclin de ses revenus et de son bénéfice d'exploitation.

Les analystes craignent que la baisse des revenus de sa filiale MTS Allstream perdure après la récession. Dvai Ghose remet de l'avant l'idée que Manitoba Telecom pourrait vendre Allstream, un scénario déjà envisagé par les analystes dans le passé.

La vente de MTS Allstream et le rachat de 850 millions de ses actions avec le produit de la vente serait un bon moyen de procurer un rendement aux actionnaires. L'action grimperait alors de 26 %, évalue M. Ghose. Par contre, l'analyste croit que Rogers et Telus sont peu intéressées à acheter MTS Allstream, tandis que BCE se buterait aux règles de la concurrence.

Alliance avec Globalive

Une autre spéculation a fait surface depuis que le CRTC a débouté l'aspirant du sans-fil Globalive parce qu'il ne respecte pas les règles sur la propriété étrangère. Manitoba Telecom pourrait investir dans Globalive pour " canadianiser " l'actionnariat de celle-ci et avoir une participation dans un nouveau fournisseur national de sans-fil, dit Jonathan Allen, de RBC.

Potentiel

> Ses revenus recommenceront à croître après la récession.

> Gère bien ses dépenses.

Risques

> Les revenus des services aux entreprises déclinent.

> Son dividende est fragile.

> Deviendra imposable en 2014.

Rendement

> 1 000 $ investi il y a trois ans valait 849 $ le 30 octobre 2009.

dominique.beauchamp@transcontinental.ca

À la une

Aidez votre personnel noir à prendre soin de sa santé mentale

Mis à jour il y a 26 minutes | Camille Robillard

LA BOÎTE À EDI. Saviez-vous que vos employés noirs n’utilisent probablement pas vos en santé mentale?

Les salaires des patrons américains grimpent, avec la bénédiction des actionnaires

Mis à jour il y a 17 minutes | AFP

Entre 2017 et 2023, la rémunération médiane d'un dirigeant du S&P 500 a progressé de près de 40%.

Adidas: enquête «approfondie» sur des allégations de corruption en Chine

Il y a 46 minutes | AFP

Une vaste affaire de corruption présumée en Chine est évaluée à plusieurs millions d'euros et implique des employés.