Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

Publié le 25/02/2022 à 13:45

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

Publié le 25/02/2022 à 13:45

Par lesaffaires.com

25 février

 

Dans les Titres en action:

Nestlé

Le géant suisse de l'agroalimentaire Nestlé (NSRGY, 125,88 $US) a suspendu temporairement l'activité de ses usines et entrepôts en Ukraine, a-t-il indiqué vendredi. «Assurer la sécurité et la protection de nos employés est notre priorité numéro un. Pour cette raison, nous avons temporairement fermé nos usines, entrepôts et notre chaîne d'approvisionnement», a précisé le groupe suisse dans un communiqué.

Nestlé a recommandé à ses employés de rester chez eux et de suivre les directives des autorités gouvernementales et locales, assurant être en contact constant avec ses employés. Le groupe propriétaire des dosettes de café Nespresso, bouillons Maggi et confiseries Smarties, emploie 5 000 personnes dans le pays et dispose de trois usines, notamment pour les plats préparés et aides culinaires ainsi que pour la confiserie.

Nestlé dispose d'un plan d'urgence pour pouvoir redémarrer la production «dès que les conditions de sécurité le permettront» afin de pouvoir assurer la production alimentaire pour la population locale, a-t-il ajouté.

 

Banque Nationale

La Banque Nationale du Canada (NA.TO, 100,83$) déclare un résultat net de 932 millions de dollars au premier trimestre de 2022 comparativement à 761 M$ au trimestre correspondant de l’exercice 2021. Le résultat dilué par action a lui aussi progressé pendant la même période ; il est passé de 2,15 $ à 2,65 $. Dans un communiqué, la Banque Nationale explique la croissance par la hausse du revenu total de tous les secteurs d’exploitation par rapport au premier trimestre de 2021 ainsi que par des renversements de provisions pour pertes de crédit sur prêts non dépréciés.

La banque fait état de l’amélioration des perspectives macroéconomiques et des conditions de crédit et d’une réduction des dotations aux pertes de crédit sur prêts dépréciés. Le résultat avant dotations aux pertes de crédit et charge d’impôts a atteint 1,189 G$ au premier trimestre de 2022 comparativement à 1,044 G$ un an plus tôt, une hausse de 14% que la banque attribue à la bonne performance de tous les secteurs d’exploitation.

Le revenu total de la Banque Nationale s’est élevé à 958 M$ au premier trimestre de 2022, une hausse de 77 M$ ou de 9% par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent. Le conseil d’administration a déclaré les dividendes réguliers sur les diverses séries d’actions privilégiées de premier rang, ainsi qu’un dividende de 0,87 $ par action ordinaire payable le 1er mai prochain.

 

CIBC

La Banque CIBC (CM-PQ.TO, 24,04 $) rapporte une amélioration de ses résultats nets au premier trimestre de l’exercice financier 2022 par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. Le résultat net s’est élevé à 1,869 milliard de dollars, ou 4,03 $ par action diluée, alors qu’il avait été un an plus tôt de 1,625 G$, ou 3,55 $ par action diluée. Au cours de la même période, le résultat net ajusté a lui aussi progressé, de 1,64 milliard $, ou 3,58 $ par action diluée ajustée, à 1,894 milliard $, ou 4,08 $ par action diluée ajustée.

Le secteur Services bancaires personnels et PME, région du Canada, a enregistré un résultat net de 687 M$, en hausse en un an de 5%. La progression de Groupe Entreprises et Gestion des avoirs, région du Canada, a été de 31% en vertu d’un résultat net de 462 M$ au premier trimestre de 2022 alors que le secteur Marché des capitaux a déclaré un résultat net de 543 M$, 10% de plus qu’un an plus tôt.

Le conseil d’administration de la Banque CIBC a déclaré un dividende de 1,61 $ par action ordinaire pour le trimestre se terminant le 30 avril 2022.

 

IAG

Le groupe aérien IAG (IAG.MC, 1,81 €), maison mère de British Airways et Iberia, a annoncé vendredi avoir divisé par plus de deux sa perte nette en 2021, à 2,9 milliards d'euros, porté par la reprise progressive du trafic au cours de l'année. Le groupe avait subi un an plus tôt une énorme perte de 6,9 G€ à cause de la pandémie de COVID-19, qui avait paralysé le trafic aérien dans le monde entier.

IAG indique avoir tourné en 2021 à 36% de sa capacité de passagers 2019, un chiffre qui monte à 58% pour le seul quatrième trimestre. L’apparition du variant Omicron à la fin de l'année a eu «un impact négatif de court terme» sur le résultat d'exploitation, les réservations et les annulations qui se sont encore fait sentir début 2022, mais «n'a eu qu'un impact minime sur les réservations pour Pâques et l'été 2022», selon l'entreprise.

L'impact du variant s'est ajouté début 2022 à une demande traditionnellement faible à cette période de l'année, et le groupe s'attend pour son premier trimestre à «une perte d'exploitation significative». IAG, qui a affiché l'an dernier un chiffre d'affaires en hausse de 8,3% à 8,5 G€, espère cependant renouer avec un bénéfice d'exploitation à partir du deuxième trimestre. Le groupe compte retrouver 65% de sa capacité de passagers de 2019 au premier trimestre, environ 85% pour l'année complète.

L’entreprise garde un œil sur l'évolution de la pandémie et sur la crise ukrainienne qui pourraient peser sur ses perspectives. Les compagnies espagnoles Iberia et Vueling ont affiché les plus hauts niveaux de capacité de passagers au dernier trimestre 2021, ayant retrouvé respectivement 75,3% et 79,4% de leurs niveaux de 2019.

 

À surveiller

Gildan (GIL-N, 39,84$US, GIL-T 50,75$): son nouveau plan lui sied bien. Le détaillant montréalais de vêtements Gildan a dévoilé des résultats qui ont largement dépassé les attentes au quatrième trimestre, en gage de sa bonne gestion et de la solidité de son plan stratégique «Back to basics» qui tire à sa fin, selon Patricia A. Baker de la Banque Scotia.

Cascades (CAS, 12,25 $): elle doit faire ses preuves. Si Cascades parvient bel et bien à atteindre ses nouvelles cibles, ça signifierait que la société est «profondément sous-évaluée», estime Paul C. Quinn, de RBC Marchés des capitaux, à l’issue du dévoilement des résultats de l’entreprise le 24 février 2022.

Redevances aurifères Osisko (OR-T, 15,68 $, OR-N, 12,25 $US): une croissance à court terme au rabais. Selon l'évaluation qu'en fait présentement Shane Nagle de la Financière Banque Nationale, le titre de Redevances aurifères Osisko est bien peu cher pour la croissance qu’elle anticipe, l’escompte étant plutôt attrayant.

À la une

Trois stratégies pour rendre son commerce plus attrayant

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Voici trois commerces qui ont élaborer de nouvelles stratégies pour se démarquer.

La main-d'oeuvre reste un défi pour les détaillants

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Plus d'un poste vacant sur dix au Québec se trouve dans le secteur du commerce de détail.

Des clients avides de rabais

Édition du 22 Mai 2024 | Jean-François Venne

COMMERCE DE DÉTAIL. Les détaillants doivent s'ajuster aux nouvelles attentes des consommateurs.