Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

Publié le 18/02/2022 à 13:45

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

Publié le 18/02/2022 à 13:45

Par lesaffaires.com

17 février

 

Dans les Titres en action:

  • Chorus Aviation (CHR.TO, 4,36 $) a dégagé un profit pour son plus récent trimestre, affichant des résultats supérieurs aux attentes malgré les ravages causés par le variant Omicron en décembre. Selon le chef de la direction, Joe Randell, le taux d’utilisation des avions de Chorus sera d’environ 60% pour le trimestre en cours, mais il s’attend à ce que la demande augmente avec l’assouplissement des restrictions de voyage. Le bénéfice net de Chorus, qui loue des avions à travers le monde et fournit des services régionaux à Air Canada, a grimpé à 10,2 millions $, ou 6 cents par action, pour le 4e trimestre. En comparaison, la société avait gagné 9,2 millions $, ou 6 cents par action, lors de la même période un an plus tôt. Les revenus d’exploitation de la société établie à Halifax ont bondi à 346,5 millions $ au cours du trimestre clos le 31 décembre, en hausse par rapport à ceux de 218,2 millions $ récoltés pendant les trois derniers mois de 2020. Sur une base ajustée, le bénéfice s’est chiffré à 12 cents par action, en regard de celui de 5 cents par action du même trimestre un an plus tôt. Les analystes s’attendaient en moyenne à un profit de 9 cents par action pour le trimestre, selon les prévisions recueillies par la firme de données financières Refinitiv. 
  • iA Groupe financier (IAG.TO, 80,71 $) a dévoilé des résultats inférieurs aux attentes tandis que les dépenses de l’assureur de Québec ont été plus élevées que prévu. La société a dévoilé un bénéfice net attribuable aux actionnaires ordinaires en hausse de 22% à 209 millions $ au 4e trimestre. La rentabilité est toutefois inférieure aux prévisions. L’assureur a dévoilé un bénéfice ajusté par action de 2,01 $. Avant la publication des résultats, les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 2,13 $, selon la firme de données financières Refinitiv. iA Groupe financier a souligné que les bonis, les salaires et les avantages sociaux ; les investissements numériques et la mise en application des normes comptables IFRS 17 expliquent les dépenses supérieures. Meny Grauman, de Banque Scotia, admet qu’il s’agit d’un trimestre «embrouillé». Il croit que la déception est liée à des éléments non récurrents. Il souligne que les prévisions de la direction pour 2022 laissent croire que l’entreprise est sur une bonne lancée. «Nous profiterions de toute baisse de l’action» pour en acheter, suggère l’analyste financier. La direction prévoit réaliser un bénéfice par action ordinaire d’entre 8,70 $ et 9,30 $ en 2022, ce qui représenterait une augmentation d’environ 8% au milieu de la fourchette. Elle a aussi bonifié sa prévision à l’égard du rendement des capitaux propres, qui se situe désormais dans une fourchette d’entre 13% et 15%, plutôt que la précédente fourchette d’entre 12,5% et 14%. 
  • Canadian Tire (CTC-A.TO, 194,40 $) a surpassé les attentes jeudi en dévoilant un profit et des revenus du quatrième trimestre en hausse par rapport à la même période un an plus tôt, aidé par de plus fortes ventes dans ses magasins ouverts depuis au moins un an. Le détaillant a fait état d’un profit net attribuable aux actionnaires de 508,5 millions $, soit 8,34 $ par action, pour son plus récent trimestre, en hausse par rapport à celui de 488,8 millions $, ou 7,97 $ par action, pour les trois derniers mois de 2020. Les revenus du trimestre clos le 1er janvier ont totalisé 5,14 milliards $, comparativement à ceux de 4,87 milliards $ amassés un an plus tôt. Les ventes des magasins Canadian Tire ont progressé de 3,4% et celles des magasins ouverts depuis au moins un an ont bondi de 9,8%, tandis que les ventes de l’enseigne SportChek ont gagné 5,8%, ou 15,9% sur une base comparable. Les ventes des magasins l’Équipeur ont avancé de 9,6% et celles des établissements ouverts depuis au moins un an ont pris 15,0%. Sur une base normalisée, Canadian a indiqué avoir gagné 8,42 $ par action, par rapport à un bénéfice normalisé de 8,40 $ un an plus tôt. Les analystes s’attendaient en moyenne à un profit de 6,70 $ par action et à des revenus de 4,76 milliards $, selon les prévisions recueillies par la firme de recherche Refinitiv.  
  • Groupe d’alimentation MTY (MTY.TO, 55,43 $), franchiseur et exploitant de concepts de restaurants, rapporte une progression du résultat net attribuable aux propriétaires qui est passé au 4e trimestre de 2021 à 24,87 M$ comparativement à 20,07 M$ au trimestre de 2020. L’entreprise basée à Montréal signale que 164 restaurants étaient temporairement fermés à l’ouverture du trimestre qui a pris fin le 30 novembre dernier et que 82 l’étaient à sa clôture. Environ 9500 jours d’activité ont été perdus au total lors du trimestre. Malgré une augmentation des fermetures temporaires au cours du premier trimestre de 2022 en raison des restrictions supplémentaires imposées par les gouvernements, au 16 février dernier, 71 établissements étaient toujours temporairement fermés, soit 11 de moins qu’au 30 novembre dernier. Dans l’ensemble, le chiffre d’affaires réseau a augmenté de 5% par rapport à l’année précédente pour s’établir à 3,63 G$. À la fin du 4e trimestre, le réseau MTY comptait 6719 établissements en activité, dont 93 exploités par la compagnie, 6603 par des franchisés et 23 en coentreprise. MTY affirme que les ventes sont revenues aux niveaux d’avant la pandémie pour plusieurs des enseignes et progressent dans la bonne direction pour les autres. Cependant, les pénuries de main-d’œuvre et les perturbations de la chaîne d’approvisionnement se font déjà sentir à travers le réseau.
  • Walmart (WMT, 133,53 $US) a dévoilé jeudi des résultats et des prévisions meilleurs que prévu, le géant américain parvenant à gérer les problèmes de chaîne d'approvisionnement et les dépenses liées à la pandémie tout en tentant de limiter les hausses de prix. Le groupe dit continuer à se concentrer sur les prix compétitifs, ce qui lui a notamment permis de gagner des parts de marché dans la partie alimentation aux États-Unis au 4e trimestre de son année comptable se terminant fin janvier. Ses dépenses salariales ont augmenté aux États-Unis, en raison notamment de la hausse des congés maladie liée au variant Omicron. Le chiffre d'affaires des magasins Walmart aux États-Unis a progressé de 6%. Le chiffre d'affaires du groupe en dehors du pays s'est replié de 23%, en raison principalement de la cession de magasins au Royaume-Uni, au Japon et en Argentine. Dans les magasins Sam's Club, le chiffre d'affaires a augmenté de 17%, tiré par une hausse du nombre de transactions et du prix moyen du caddie, ainsi que par l'inflation et certaines aides du gouvernement. Au 4e trimestre de son année comptable se terminant fin janvier, le chiffre d'affaires total de Walmart a progressé de 0,5% à 152,9 milliards de dollars américains, avec un bénéfice net de 3,6 G$ US. Sur l'ensemble de l'année, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 572,8 G$ US, en hausse de 2,4%, assorti d'un bénéfice net de 13,7 G$ US. Pour l'année en cours, Walmart prévoit une hausse de ses ventes de 3% et une progression de son bénéfice par action de 5% à 6%, au-dessus des anticipations des analystes.
  • Le géant suisse de l'alimentation Nestlé (NESN.SW, 117,74 $CHF) a vu son chiffre d'affaires progresser en 2021 grâce à son recentrage sur des segments porteurs comme les produits végétariens, mais aussi en raison de hausses de prix décidées face à l'augmentation «significative» des coûts. Ses ventes annuelles ont augmenté de 3,3% à 87,1 milliards de francs suisses (83,1 milliards d'euros), portées par la bonne tenue de la consommation à domicile et le redressement des ventes dans la restauration, mais aussi par des hausses de prix qui ont encore accéléré au dernier trimestre face aux pressions inflationnistes. Sa croissance organique a grimpé de son côté à 7,5%, contre 3,6% un an plus tôt, dépassant son objectif. Le bénéfice net du groupe a pour sa part augmenté de 38,2% en 2021, à 16,9 milliards de francs suisses. Dans les marchés développés, sa croissance a atteint 7,2%. Elle reste cependant plus forte dans les marchés émergents (7,8%). La croissance a été portée par le café, par les aliments pour animaux de compagnies ainsi que par les produits végétariens, en pleine expansion. Sa marge opérationnelle s'est cependant située légèrement en deçà de ses prévisions, à 17,4%, contre 17,5% visée, en raison de la hausse «significative» des coûts des matières premières, emballages, coûts de transport et de l'énergie. Pour 2022, Nestlé s'est montré moins optimiste dans ses prévisions, ramenant la barre pour son objectif de croissance organique à 5% (contre 6 à 7% en 2021). Il table également sur une marge opérationnelle de 17% à 17,5% (contre 17,5% l'an passé). Son dividende pour l'année écoulée va être augmenté de 5 centimes à 2,80 francs suisses par action. 

 

À surveiller

Restaurant Brands (QSR, 59,21 $US): en bonne position pour le redémarrage de l'économie. Le rebond des performances de Tim Hortons et la bonne tenue de Burger King, dont les ventes comparables sont en avance sur les projections, positionnent de belle façon la maison-mère des deux bannières Restaurant Brands pour profiter du redémarrage prochain de l’économie canadienne, estime la CIBC.

Barrick Gold (ABX, 26,33 $): fin d'année au-dessus des attentes. Les revenus de Barrick Gold dans ses résultats de fin d’année sont au-dessus des attentes du marché et de celles de Banque Nationale Marchés financiers, mais ce n’est pas suffisant pour que l’institution financière revoie ses prévisions.

SNC-Lavalin (SNC, 29,56 $): trafic routier bénéfique. La participation de 6,76% de SNC-Lavalin dans l’autoroute 407 ETR conjuguée à la fin des restrictions sanitaires en Ontario pourrait profiter à l’entreprise d’ingénierie québécoise, croit la RBC.

 

Pour consulter les titres du 18 février, cliquez suivant.

À la une

Bourse: Wall Street finit dans le vert: records pour le Nasdaq et le S&P 500

Mis à jour à 17:18 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Le TSX chute de plus de 50 points et Wall Street est en hausse.

À surveiller: Adobe, Cargojet et OceanaGold

09:18 | Gagnon, Jean

Que faire avec les titres de Adobe, Cargojet et OceanaGold ? Voici quelques recommandations d’analystes.

Le président du Conseil du patronat, Karl Blackburn, atteint d'un cancer

17:26 | Les Affaires

«Je devrai prioriser ma santé dans les prochains mois pour combattre cette maladie.»