Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

Publié le 12/11/2021 à 13:30

Les titres boursiers qui ont retenu l'attention cette semaine

Publié le 12/11/2021 à 13:30

Par lesaffaires.com

(Photo: Getty Images)

BRP (DOO-T, 118,17$, DOOO-N, 94,02 $US): plein gaz
Malgré un inventaire réduit, BRP est parvenue à dépasser les attentes des analystes au cours du deuxième trimestre de son exercice de 2022, et elle compte bien poursuivre sur ce sentier malgré les embûches qui pointent à l’horizon, croit Brian Morrison de TD Securities.

Quels titres boursiers et rapports d'analystes ont retenu l'attention cette semaine? Voici une revue de presse qui regroupe divers textes boursiers.

 

8 novembre

 

Dans les Titres en action:

  • Aurora Cannabis (ACB, 9,06$) a annoncé lundi avoir signé un accord en vertu duquel il obtiendra une participation importante dans Growery B.V., une société établie aux Pays-Bas qui détient une licence pour participer à l’expérience de la chaîne d’approvisionnement contrôlée en cannabis du pays. La taille de l’investissement n’a pas immédiatement été divulguée. Le gouvernement néerlandais a recours à l’expérience de la chaîne d’approvisionnement contrôlée en cannabis pour observer comment le cannabis peut être fourni légalement aux cafés et quels seraient les effets d’un tel système. Aurora a expliqué que l’accord était structuré de telle sorte qu’elle avait l’intention d’investir une somme négligeable. Une portion de cette somme est payable à l’avance tandis que le reste dépend de l’atteint de certains objectifs par Growery. Aurora fournira en outre un prêt garanti à Growery pour construire une installation, financer ses premières activités et fournir une aide technique et opérationnelle par l’entremise de son centre de recherche des Pays-Bas pour le cannabis médical. Le chef de la direction d’Aurora, Miguel Martin, a souligné que les Pays-Bas devraient devenir le plus grand marché de cannabis récréatif réglementé à l’échelle nationale à l’extérieur du Canada.
  • La Financière Sun Life (SLF, 57,10 US$) a annoncé lundi une hausse de son dividende, après qu’un organisme de réglementation fédéral a levé la semaine dernière une suspension temporaire qu’il avait imposée aux institutions financières au début de la pandémie de COVID-19. L’assureur a annoncé le versement d’un dividende supplémentaire de 11 cents par action, qui viendra s’ajouter au dividende trimestriel de 55 cents par action annoncé le 3 novembre. En regroupant les deux dividendes, les actionnaires de la Sun Life recevront un dividende total de 66 cents par action, ce qui représente une hausse de 20% par rapport au paiement trimestriel précédent. La société a indiqué qu’elle restait engagée à offrir un ratio cible de distribution des dividendes de 40% à 50% dans le cadre de ses objectifs financiers à moyen terme.
  • Le fabricant de trains d’atterrissage Héroux-Devtek (HRX.TO, 19,10 $) vient de conclure le prolongement d’un important contrat avec Boeing (BA, 223,73 $US). L’entreprise de Longueuil a annoncé, lundi, que le contrat de fabrication des trains d’atterrissage des programmes Boeing 777 et Boeing 777x est prolongé pour une période de six ans. Le contrat avait été signé pour une première fois en 2013. Les termes financiers de l’entente n’ont pas été dévoilés. L’an dernier, Héroux-Devtek avait conclu une autre entente avec Boeing par l’entremise de sa filiale espagnole CESA, acquise en 2018. L’entente confiait à CESA la fabrication des composantes d’actionnement, le système qui déclenche la descente des trains d’atterrissage, et la livraison des pièces de rechange pour les programmes 787, 777, 777x, 767 et 747. Lors de la publication des derniers résultats en août, M. Brassard avait affirmé qu’il faudrait attendre encore deux en avant un retour à la normale du trafic aérien. Il affirmait également que Boeing produisait environ deux appareils 777 par mois. «Éventuellement, ça pourrait passer à 2,5 et monter graduellement à 4.» À l’ouverture de la Bourse de Toronto, l’action gagnait 0,08 $, ou 0,42%, à 19,25 $.
  • BMO Groupe financier (BMO.TO, 137,69 $) annonce lundi la conclusion de la vente annoncée au printemps dernier de ses activités de gestion d’actifs en Europe, au Moyen−Orient et en Afrique à Ameriprise Financial pour 1,09 milliard $. L’institution basée à Toronto avait annoncé le 12 avril que la transaction devrait être conclue d’ici la fin de l’année. Cette transaction s’inscrit dans le cadre des objectifs de BMO d’optimiser l’efficacité et à concentrer le capital et les investissements dans les secteurs comme celui de la gestion de patrimoine en Amérique du Nord. Au cours du plus récent trimestre qui s’est terminé le 30 juillet dernier, BMO Groupe financier a affiché un bénéfice de près de 2,28 milliards $, ou 3,41 $ par action diluée, comparativement à un bénéfice de 1,23 milliard $, ou 1,81 $ par action diluée un an plus tôt. Les revenus ont totalisé 7,56 milliards $, par rapport à 7,19 milliards $.
  • Le constructeur ferroviaire Alstom (ALO.PA, 31,51 €) a conclu lundi un contrat de 876 millions d'euros, financé par le gouvernement français, pour la fourniture de 55 rames de métro au Caire, en Égypte. Le contrat avait été annoncé le 13 juin lors d'une visite au Caire du ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, lequel s'était alors engagé sur 3,8 milliards d'euros de projets en Égypte. Il prévoit la fourniture par Alstom de 55 rames de métro pour la ligne 1 du métro du Caire, ainsi que la maintenance pendant huit ans. La ligne empruntée par 2,5 millions de voyageurs chaque jour est exploitée avec des rames datant des années 1980, et «les améliorations visées par ce contrat font partie de la stratégie du gouvernement égyptien pour augmenter et améliorer la capacité des transports publics, ainsi que l'expérience des passagers», a indiqué Alstom dans un communiqué. Les rames de type Metropolis seront conçues et fabriquées en France, sur le site de Valenciennes Petite-Forêt. Neuf autres projets étaient inclus dans l'accord intergouvernemental signé par Bruno Le Maire en juin dans les domaines des transports, de l'énergie ou encore du traitement de l'eau. Début mai, Le Caire avait déjà annoncé l'acquisition de 30 avions de combat Rafale, de missiles et d'autres équipements auprès de Paris pour un montant de près de 4 milliards d'euros, en s'endettant sur une dizaine d'années à l'aide d'un mécanisme de prêts en grande partie garantis par la France.
  • Le groupe suisse Alcon (ALC, 85,61 $US), spécialisé dans l'ophtalmologie, va débourser 475 millions de dollars américains (410 millions d'euros) pour s'emparer de l'américain Ivantis, afin de se renforcer dans la chirurgie du glaucome, a-t-il annoncé lundi. Des versements supplémentaires pourraient être requis en fonction de certaines étapes réglementaires et commerciales, précise le groupe suisse dans un communiqué. Il espère finaliser la transaction, sujette à approbation réglementaire, durant le premier trimestre 2022. Ce rachat va lui permettre d’élargir son portefeuille dans la chirurgie du glaucome. Ivantis fabrique une micro-endoprothèse, appelé Hydrus, qui permet de réduire la pression intraoculaire chez les patients atteints de glaucome à angle ouvert en lien avec la chirurgie de la cataracte. Selon une étude clinique intitulée Horizon, 65% des patients opérés avec cette micro-endoprothèse n'ont plus besoin de médicaments dans les cinq années suivant la pose de cet implant, souligne Alcon, ancienne filiale du géant pharmaceutique Novartis. À peu près «de la taille d'un cil», selon le groupe suisse, cette micro-endoprothèse a été approuvée par l'agence américaine des médicaments en 2018 et a depuis été autorisée au Royaume-Uni, au Canada, en Australie, à Singapour et en Allemagne.
  • Le géant japonais des investissements dans les nouvelles technologies SoftBank Group (6 161,00 $JPY) a annoncé lundi une perte nette de 397,9 milliards de yens (3 milliards d'euros) sur son deuxième trimestre 2021/22, causée par l'effondrement de la valeur de certains de ses investissements. Il s'agit de la première perte nette trimestrielle du groupe depuis début 2020, au moment de la brève chute des marchés financiers mondiaux provoquée par la pandémie. Sur le trimestre écoulé (juillet-septembre), SoftBank a été plombé par la déconfiture en Bourse de certains de ses gros investissements, comme le géant sud-coréen du commerce en ligne Coupang et le champion chinois des VTC Didi Chuxing. Au total ses pertes sur investissements ont été abyssales sur la période: 1 658,3 milliards de yens, soit 12,6 milliards d'euros, surtout du fait de son fonds Vision Fund 1, selon un communiqué. Une telle débâcle avait été anticipée par certains analystes ces derniers mois, sur fond notamment du nouveau tour de vis réglementaire mené par Pékin cet été dans le secteur chinois de la tech, auquel SoftBank Group est très exposé. Il est aussi le premier actionnaire d'Alibaba, dont le titre a fondu récemment. Comme à son habitude, SoftBank n'a pas livré de prévisions de résultats pour l'ensemble de son exercice annuel qui s'achèvera le 31 mars prochain, rappelant la difficulté de faire des projections du fait «de nombreuses incertitudes».

 

À surveiller

Saputo (SAP, 31,60 $): il faudra patienter un autre 6 à 8 mois. Les investisseurs semblent bien conscients que les résultats plus faibles du 2e trimestre de l’année financière 2022 du producteur laitier québécois sont en grande partie causés par des facteurs hors de son contrôle. Si bien que le cours de l’action a bondi de plus de 6% durant la séance de vendredi malgré ces résultats.

Québecor (QBR.B, 30,54 $): un titre bon marché comparativement à ses pairs. Depuis le mois de mars, le cours de l’action de l’entreprise de télécommunications québécoise a perdu environ 14%, ce qui confère au titre une évaluation peu dispendieuse comparativement à ses concurrents.

BCE (BCE, 63,27 $): il est trop tôt pour recommander une surpondération du titre. Jerome Dubreuil, analyse chez Desjardins, juge qu’il est trop tôt pour recommander aux investisseurs de le surpondérer compte tenu de perspectives un peu plus faibles à moyen terme en ce qui a trait à sa capacité de générer des flux de trésorerie libres et l’absence d’éléments catalyseurs à court terme.

 

Pour consulter les titres du 9 novembre, cliquez suivant.

À la une

Ce projet de loi affectera toutes les entreprises

24/05/2024 | François Normand

ANALYSE. Le projet de loi sur l’énergie que Pierre Fitzgibbon déposera d’ici le 7 juin sera structurant pour le Québec.

Électricité: un manufacturier sur trois en manque

23/05/2024 | François Normand

Près de 75% des entreprises des secteurs manufacturier et industriel retardent des projets ou des investissements.

Bourse: les résultats des 7 magnifiques au 1T

24/05/2024 | lesaffaires.com

D'Apple à Nvidia, qui a dépassé les attentes ou déçu les marchés.