La force du huard, un gros problème pour le Canadien National

Publié le 21/10/2009 à 14:52

La force du huard, un gros problème pour le Canadien National

Publié le 21/10/2009 à 14:52

Le CN est qualifié d'entreprise «extrêmement bien gérée». Photo: Bloomberg

Le secteur des trains devrait profiter dans l’ensemble de la reprise économique, mais cela n’empêche pas le fait que le Canadien National fait face à des défis considérables au prochain trimestre.

C’est ce qu’affirme un expert de BMO Marché des Capitaux en réaction aux résultats trimestriels de la compagnie parus hier qui, bien qu'en baisse, se sont avérés conformes aux prévisions des analystes.

Même s’il affirme que le CN est une entreprise « extrêmement bien gérée » dont l’évaluation demeure attrayante pour un investisseur à long terme, l’analyste Randy Cousins, de BMO, souligne que l’entreprise sera affectée par des facteurs externes sur lesquels elle a peu de contrôle.

Le principal élément négatif est l’appréciation notable du dollar canadien depuis le début de l’année. M. Cousins rappelle qu’il y a un an le huard s’échangeait à 83 cents US et qu’il approche maintenant la parité avec le billet vert.

Or, mentionne-t-il, « une appréciation d’un cent du dollar canadien retranche environ deux cents au bénéfice net par action annuel du CN. » Un prix plus bas payé pour le transport des céréales au Canada affecte aussi l’entreprise, note M. Cousins.

Cela découle d’une décision datant de 2008 de l’Agence canadienne du transport qui a réduit le plafond des revenus maximum que peuvent tirer les transporteurs ferroviaires d’une telle activité.

Pour M. Cousins, les meilleures occasions de placement dans le secteur ferroviaire se retrouvent donc en ce moment de l’autre côté de la frontière, sur la côte est américaine où le transport par chemin de fer gagne du terrain sur le transport par camion.

M. Cousins applique la mention « Performance du marché » sur le titre du CN.

Optimisme chez UBS

Plus optimiste que son collègue, Fadi Chamoun, de la banque UBS, avance, lui, que le CN devrait profiter d’une hausse du volume de transport dans la foulée de la reprise économique.

Une hausse de la productivité, de même que des prix relativement élevés pour le transport de nombreux produits, devraient aussi améliorer les résultats de l’entreprise, selon lui. « Le CN est bien placé pour capitaliser sur la reprise », écrit-il.

M. Chamoun recommande l’achat du titre du CN en fixant sa cible à 62$.

À la une

N'attendez pas l'entrevue de départ, faites en une de rétention

RHÉVEIL-MATIN. Cette pratique gagne des adeptes en pleine pénurie de main-d'oeuvre.

Le CELI de Guillaume Roy-Gagné: commencer tôt, préserver la cagnotte

Édition du 19 Janvier 2022 | Jean Décary

C’est à la coquette somme de 19 000$ que s’élève la valeur du CELI de ce jeune homme originaire de Saint-Hyacinthe.

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture jeudi

Mis à jour il y a 27 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Marchés: l'Europe reste prudente avant l'ouverture à Wall Street qui s'annonce en hausse selon les contrats à terme.