Bombardier: l'action chute, la pression monte

Publié le 28/01/2016 à 16:07, mis à jour le 28/01/2016 à 17:10

Bombardier: l'action chute, la pression monte

Publié le 28/01/2016 à 16:07, mis à jour le 28/01/2016 à 17:10

Par lesaffaires.com

L’action de Bombardier(Tor., BBD.B) a chuté à un creux de 25 ans jeudi, clôturant sous la barre du 1$ tandis que la société pourrait enregistrer sa pire année au chapitre des commandes depuis 2009 et qu’elle risque d’être éjectée du principal indice de la Bourse de Toronto.

Le déclin de plus de 26% du titre depuis le début de l’année pourrait en effet entraîner une éjection de la multinationale montréalaise de l’indice S&P/TSX si celle-ci se négocie en moyenne sous la barre du dollar pendant trois mois consécutifs.

Un tel scénario pourrait forcer les gestionnaires de portefeuilles qui reproduisent la performance du TSX à se départir à leur tour de leurs actions de l’entreprise.

La société pourrait-elle être contrainte de regrouper ses actions pour rester dans l’indice phare de Toronto? «Les consolidations d’actions fonctionnent rarement, ce n'est pas une stratégie gagnante», estime François Têtu, vice-président et gestionnaire de portefeuilles chez Desjardins Valeurs mobilières.

Pression sur la direction

Bombardier n'est pas la seule société du secteur aéronautique à chuter en Bourse. Le géant américain Boeing(NY, BA) a perdu près de 20% de sa valeur en 2016. La société brésilienne Embraer(NY., ERJ) a pour sa part reculé de 3% jeudi et est en repli de 7% depuis le début de l'année.

Reste que la descente aux enfers de l’action de Bombardier s’ajoute à l’absence de nouvelles commandes de CSeries et fait montrer la pression sur le président et chef de la direction de la société, Alain Bellemare.

Celui-ci a été nommé à la tête de Bombardier il y a bientôt un an et n’a pas réussi à rassurer les investisseurs, malgré les restructurations entreprises et la prise de participation du gouvernement du Québec dans le programme CSeries.

«Il y a présentement un important problème de confiance», a dit à Bloomberg David Tyerman, analyste de Canaccord Genuity. L’annonce d’une commande de CSeries pourrait changer rapidement l’opinion des investisseurs à l’égard du titre, selon lui.

Dans un commentaire publié la semaine dernière, Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, a souligné que les actions de Bombardier vont remonter lorsque les investisseurs seront rassurés à propos de la viabilité à long terme du programme CSeries. Il avait alors maintenu sa cible de 1,50$.

Les analystes ont peu réagi au nouveau déclin du titre ces derniers jours. Si bien que la cible moyenne des experts qui suivent Bombardier, qui se situe à 1,54$, offre un rendement potentiel de 71% en fonction du cours actuel.

À suivre dans cette section

À la une

Les chefs de parti donnent un dernier coup à la veille du scrutin

Mis à jour à 18:20 | La Presse Canadienne

Plusieurs chefs se sont rendus dans des circonscriptions où se déroulent des luttes serrées à la veille du scrutin.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la relève manufacturière

Édition du 21 Septembre 2022 | Catherine Charron

La question de François-Xavier Tétreault, cofondateur des équipements Ostrya.

Questions des entrepreneurs, réponses des partis: la transition énergétique

Édition du 21 Septembre 2022 | François Normand

La question de Patrick Decostre, président et chef de la direction de Boralex.