À surveiller: Xebec, Chorus Aviation et Disney

Publié le 12/11/2021 à 11:54

À surveiller: Xebec, Chorus Aviation et Disney

Publié le 12/11/2021 à 11:54

Par Catherine Charron

Walt Disney (DIS, 174,45 $): des résultats décevants

Le pire de la crise semblant être bientôt derrière elle, Disney devrait reprendre du galon au cours de la deuxième moitié de l’exercice 2022, mais les commentaires concernant les deux prochains trimestres, et les résultats de ce dernier son de bien mauvais augure selon Jessica Reif Ehrlich de Bank of America Securities.

Les revenus de Disney ont augmenté de 26% pour atteindre 18,5 milliards de dollars américains (G$ US), alors que son bénéfice d’exploitation a atteint 1587 millions de dollars américains (M$ US). Dans les deux cas, l’entreprise n’a pas atteint les attentes de l’analyste, qui tablait sur 19,3 G$ US et 1837 M$ US respectivement.

Du côté de sa division de distribution de contenu médiatique, son bénéfice d’exploitation a été meilleur que prévu, à 947 M$ US, bien qu’il ait été légèrement affecté par sa division de contenu à la demande, souligne Jessica Reif Ehrlich.

Le nombre d’abonnés à son service Disney + a atteint son objectif de 118 millions, revu à la baisse un peu plus tôt au cours du trimestre, précise l’analyste. L’entreprise s’attend toutefois à voir une augmentation de ses abonnements au cours de la deuxième moitié de l’exercice 2022.

Le bénéfice d’exploitation de ses installations a été plombé par la hausse des prix de la nourriture, des coûts associés au 50e anniversaire de Walt Disney World, et les restrictions sanitaires. Il s’est donc établi à 640 M$ US, alors que l’analyste tablait du 1000 M$.

Alors que la demande grimpe déjà du côté de ses parcs d’attractions et de ses croisières, Disney s’attend à ce que le retour des voyageurs étrangers et la demande pour ses croisières dépassent ses niveaux historiques, ce qui devrait bonifier la deuxième moitié de 2022.

Néanmoins son bénéfice par action ajusté a atteint 0,37 $US, et non 0,47 $US, fait remarquer Jessica Reif Ehrlich.

L’analyste revoit donc à la baisse son bénéfice par action pour l’ensemble de l’exercice 2022, le faisant passer à 3,34 $US, alors qu’il se trouvait à 5,32 $US. Non seulement la reprise de l’achalandage devrait être plus lente, mais les pertes liées au contenu à la demande devraient continuer d’augmenter. La hausse des dépenses marketing liée aux entrées en salle et la hausse des coûts de production du contenu sportif devraient freiner son bénéfice d’exploitation.

Puisque de nombreux facteurs devraient plomber les résultats de l’entreprise à court terme, Jessica Reif Ehrlich revoit à la baisse son cours cible à 191 $.

 

Sur le même sujet

Disney va lancer une version de sa plateforme Disney+ avec publicité

04/03/2022 | AFP

Disney n'a pas communiqué de prix concernant cette nouvelle offre, qui sera lancée «fin 2022» aux États-Unis.

Washington va imposer de nouvelles sanctions à des oligarques russes

Mis à jour le 03/03/2022 | AFP et La Presse Canadienne

Europe: accord pour une «protection temporaire» aux réfugiés ; Loukoïl appelle à arrêter la guerre en Ukraine.

À la une

À la une: les 300 plus grandes entreprises

Édition du 25 Mai 2022 | Les Affaires

Découvrez notre classement et les meilleures stratégies de recrutement.

Prospérer malgré l'adversité

Édition du 25 Mai 2022 | Marine Thomas

BILLET. Les grandes entreprises font face à des défis sans précédent et elles s’en tirent brillamment!

Recrutement: les grandes entreprises ont su tirer leur épingle du jeu malgré la pandémie

Édition du 25 Mai 2022 | Catherine Charron

SPÉCIAL GRANDES ENTREPRISES. La gestion des ressources humaines a connu une période d’ébullition incroyable.