À surveiller: Target, Alithya et TJX

Publié le 21/11/2018 à 09:53

À surveiller: Target, Alithya et TJX

Publié le 21/11/2018 à 09:53

Que faire avec les titres de Target, Alithya et The TJX Companies (Winners)? Voici quelques recommandations qui pourraient influencer les cours prochainement. Note: l'auteur peut avoir une opinion différente de celle des analystes.

Target (TGT, 69,03$ US): moyen, baisse de cible

BMO Marchés des capitaux renouvelle une recommandation "performance de marché".

Au troisième trimestre, le détaillant américain rapporte un bénéfice de 1,09$ US par action, comparativement à une attente maison à 1,10$ US et un consensus à 1,11$ US.

Kelly Bania note que ce n'est que parce que le taux d'imposition est plus faible que les attentes sont atteintes. Celui-ci contribue pour environ 0,06$ US de bénéfice supplémentaire.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Elle note que les ventes sont en croissance de 5,7% année sur année, mais que la marge bénéficiaire est plus faible que ce qui était attendu (4,6% contre 4,8%).

La direction réitère son aperçu pour un bénéfice se situant dans une fourchette 5,30$-5,50$ US par action pour 2019 (janvier).

L'analyste dit voir dans le trimestre une illustration de sa préoccupation à l'effet que les ventes e-commerce ne procurent pas le levier auquel on pourrait s'attendre.

Même si la croissance des ventes demeure solide et témoigne de gains de parts de marché, les marges demeurent sous pression et elles devraient le demeurer pour quelques années. Notamment en raison de la hausse des salaires et des coûts du numérique.

L'anticipation de bénéfice 2019 est ramenée de 5,40$ à 5,34$ US.

La cible est abaissée de 88$ US à 70$ US.

À la une

Bourse: Wall Street finit la semaine en hausse, moins anxieuse d'une récession et de l'inflation

Mis à jour à 17:10 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse de près de 350 points.

Bourse: un parallèle avec le début des années 2000

EXPERT INVITÉ. Je suis en train de lire «No Rules Rules» écrit par Reed Hastings, le cofondateur de Netflix.

Le français, notre langue d'affaires

BLOGUE INVITÉ. Soyons fiers de cette langue rassembleuse qui rythme nos vies depuis des générations.