À surveiller: Savaria, AutoCanada et Fiera Capital

Publié le 13/08/2021 à 09:15

À surveiller: Savaria, AutoCanada et Fiera Capital

Publié le 13/08/2021 à 09:15

Par Dominique Beauchamp

Fiera Capital (FSZ, 11,10$): le dernier remaniement commence à rapporter

Jaeme Gloyn de la Financière Banque Nationale perçoit dans les résultats deuxième trimestre des indices que le dernier remaniement interne commence à rapporter.

Les revenus de 167 millions de dollars ont dépassé le consensus de 161 M$, le bénéfice d’exploitation de 52,7 millions de dollars a surpassé les prévisions de 49,2M$ de l’analyste, la croissance interne des revenus s’est accélérée de 11 à 20% sans l’effet des dispositions tandis que le bénéfice par action de 0,36$ a dépassé le consensus de 0,31$.

Surtout, les flux de trésorerie excédentaires de 112 M$ dégagés au cours des 12 derniers mois sont supérieurs aux dividendes versés de 90 M$ et ils ont augmenté de 3%.

Jaeme Gloyn note aussi que les honoraires moyens de gestion des mandats conservés sont supérieurs à ceux des mandats perdus, ce qui est de bon augure pour la croissance future.

Les perspectives de croissance interne s’améliorent grâce à la performance récente des portefeuilles, l’acquisition de Fiera Atlas Global Companies et de nouvelles ententes de distribution avec Mitsui au Japon et Ironbark en Australie et en Nouvelle-Zélande.

La réorganisation de juin 2020 avait vu Fiera Capital éliminer certains chevauchements et se recentrer autour de trois spécialités mondialement, soit les marchés publics, les marchés privés et la gestion de fortunes privées. Les gains d’efficacité visés devaient améliorer le bénéfice d’exploitation annuel de 5 à 10 M$, à partir de 2021, rappelle l’analyste.

En résumé, les marges se sont améliorées de 130 points de base depuis depuis 12 mois parce que la croissance interne de 18,2% des revenus surpasse la hausse des dépenses de 16,7%, sans les dispositions.

L’endettement diminue aussi. La dette est passée de 3 à 2,4 fois le bénéfice d’exploitation.

En ce qui a trait à l’annonce que le gestionnaire vedette Nadim Rizk se lance en affaires, mais continuera de gérer les populaires portefeuilles d’actions mondiales et américaines pour Fiera, l’analyste estime que Fiera a mis en place plusieurs clauses pour protéger les actifs de 60 milliards qu’il gère pour Fiera.

Malgré tout, à long terme, il reste un risque que Nadim Rizk puisse rompre son entente de gestion avec Fiera. Jaeme Gloyn estime que les clauses de protection donnent le temps à la firme de concevoir de nouveaux fonds d’actions mondiales et américaines, comme ceux qu’offrent Fiera Atlas Global Companies.

Les futurs honoraires de gestion que Fiera versera à StonePine Asset Management, au lieu de la rémunération précédente par actions reçue par l’équipe de Nadim Rizk, diminueront toutefois le bénéfice d’exploitation. Il estime que cela ampute environ 0,50$ à la valeur de l’action.

Au final, l’analyste reste neutre envers le titre pour lequel il prévoit un rendement total potentiel de 15,7%, incluant le dividende de 7,6%.

 

Sur le même sujet

À surveiller: BCE, AutoCanada et Toromont

Que faire avec les titres de BCE, AutoCanada et Toromont? Voici quelques recommandations d'analystes.

À surveiller: Couche-Tard, Stantec et AutoCanada

Que faire avec les titres de Couche-Tard, Stantec et AutoCanada? Voici quelques recommandations d'analystes.

À la une

Montréal, bientôt la capitale mondiale des taxis aériens?

Il y a 6 minutes | Olivier Schmouker

C'est le «rêve ambitieux» que chérit le président de CAE, Marc Parent.

Les États-Unis annoncent un boycott diplomatique des JO de Pékin

15:49 | AFP

Avec ce boycott, aucun représentant du gouvernement des États-Unis n’assistera aux Jeux olympiques ou paralympiques.

Relance du tourisme d'affaires: Québec confie un mandat provincial à Tourisme Laval

Ceux qui ont besoin d’un coup de main pour financer leur prochain événement d’affaires peuvent voir Tourisme Laval.