À surveiller: RBC, TSO3 et BRP

Publié le 26/08/2015 à 09:55

À surveiller: RBC, TSO3 et BRP

Publié le 26/08/2015 à 09:55

Par Stéphane Rolland

Photo Bloomberg.

Que faire avec les titres de la Banque RBC, de TSO3 et de BRP? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note : l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Banque RBC : (Tor., RY, 72,36$) : pas de quoi s’enthousiasmer

Même si le bénéfice de la Banque Royale du Canada (RBC) a légèrement dépassé le consensus des analystes, le marché risque d’interpréter les résultats comme une simple atteinte des attentes, croit John Aiken, de Barclay’s, dans une note publiée peu de temps après la publication des résultats de la première banque du pays.

Après les «forts » résultats de la Banque de Montréal publiés hier, « il est difficile de s’enthousiasmer pour ceux de la Royale », affirme l’analyste de la maison de courtage britannique. La qualité des dettes détenues par la RBC risque d’inquiéter certains investisseurs. Ses prêts dans le secteur énergétique et sa division de gestion de patrimoine à l’étranger sont sous la loupe, précise-t-il.

Il note que les résultats des activités de la division de banque de détail sont solides, mais que la division marchés des capitaux « revient sur terre » avec une baisse de 24% des échanges et une diminution de 5% des frais de gestion.

Il ne mentionne pas l’augmentation de 0,02$ du dividende trimestriel.

L’analyste révisera sa recommandation après avoir entendu les commentaires de la direction. Avant le dévoilement des résultats, sa recommandation était de « sous-performance » et sa cible de 76 $.

À la une

À surveiller: Dollarama, MTY, et Magna

Il y a 20 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de Dollarama, MTY et Magna?

Votre équipe aussi peut maîtriser l'art de l'empathie

RHÉVEIL-MATIN. «Maintenant, en tant qu'employeur, on doit mériter le déplacement».

La Banque d'Angleterre intervient face aux turbulences financières au Royaume-Uni

Il y a 36 minutes | AFP

Avec un taux d’inflation de quasiment 10% sur un an, le plus élevé du G7, le Royaume-Uni est déjà en récession.