À surveiller: Metro, Rogers et TFI

Publié le 23/04/2020 à 09:21

À surveiller: Metro, Rogers et TFI

Publié le 23/04/2020 à 09:21

Par Dominique Beauchamp

Photo : 123rf.com

Que faire avec les titres de Metro, Rogers et TFI? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

Metro (MRU, 60,02$): l’épicier gagne des parts de marché, mais son titre est pleinement évalué

Même avant l’effet de la COVID-19, Metro gagnait des parts de marché.

C’est ce que révèle la hausse de 4,6% des ventes par magasins comparables au deuxième trimestre , avant le plein impact de l’accumulation de provisions au début de la pandémie et du décalage des achats des Fêtes.

Cela se traduit par une augmentation de 2,6% du volume des ventes, sans l’effet des prix, une mesure de «tonnage» qui correspond à des gains de parts de marché, explique Chris Li, de Desjardins Marchés des capitaux.

La stabilité de la marge brute indique que ces gains proviennent d’une mise en marché efficace et non pas de promotions accrues, dit-il.

Metro est d’ailleurs assez confiante que les revenus additionnels compenseront entièrement pour la hausse des coûts qu’elle renouvelle son programme de rachat d’actions.

M. Li salue tous ces bons coups et juge que Metro mérite sa plus-value en Bourse.

En revanche, le titre offre peu de potentiel d’appréciation au cours actuel, à moins que l’économie ne se dégrade plus sérieusement que prévu et incite les investisseurs à s’y réfugier.

L’action s’échange à un multiple de 19 fois les bénéfices prévus, une évaluation qui se compare à la pointe de 20 fois et à la moyenne historiques de 15 fois.

«Après la COVID-19, son évaluation pourrait exercer un frein sur le titre en Bourse, une fois que la croissance annuelle des bénéfices ralentira de 14% en 2020 à moins de 10%», entrevoit-il.

Certains coûts additionnels des mesures instaurées pour la pandémie risquent aussi de persister alors que la dernière phase des synergies de l’intégration du centre de distribution de Varennes de Jean Coutu est retardée.

Metro devra aussi en faire plus pour muscler ses services d’épicerie en ligne afin de répondre à l’adoption permanente de ce mode d’achat pour certains clients, dit-il.

Bien que la position concurrentielle, la constance de son exécution et la répartition judicieuse du capital soutiennent l’évaluation élevée du titre, «nous préférons atteindre un meilleur point d’entrée (plus près de 50$) avant d’en recommander l’achat», explique M. Li.

L’analyste hausse son cours cible de 60 à 61$ et propose à ses clients de conserver le titre de l’épicier.

 

Rogers (RCI.B, 57,79$): la pub et le sport pincent, mais le sans-fil résiste bien

À la une

Bourse: quelques bonnes nouvelles, pas de mauvaise, Wall Street clôture en forte hausse

Mis à jour à 17:09 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. La Bourse de Toronto clôture en hausse pour une 5e séance consécutive.

À surveiller: Bombardier, Pfizer et BMO

Que faire avec les titres Bombardier, Pfizer et BMO? Voici quelques recommandations d’analystes.

Le patron de la Banque Royale évalue à «50-50» la probabilité d'une récession

La Banque Royale a affiché des revenus de 11,22 milliards de dollars pour le deuxième trimestre.