À surveiller: Cogeco, Banque TD et Goodfood

Publié le 14/07/2022 à 10:00

À surveiller: Cogeco, Banque TD et Goodfood

Publié le 14/07/2022 à 10:00

Par Dominique Beauchamp

Goodfood (FOOD, 1,45$): un quatrième trimestre d’affilée d’érosion des revenus et des marges

À la suite d’un autre trimestre qu’il juge décevant, Jim Byrne d’Acumen Capital réduit ses attentes pour les revenus et abaisse l’évaluation du fournisseur de solutions de repas et de produits d’épicerie en ligne.

Au troisième trimestre, les revenus de 67 millions de dollars ont raté sa cible par 10,4%. Par contre, la perte nette de 21,1 M$ a été 17% moins que prévu.

«L’entreprise continue de voir ses revenus trimestriels décliner par rapport au sommet pandémique de 108 M$ il y a un an, au moment où elle élargit l’offre d’épicerie et de repas sur demande», indique-t-il.

Les marges brutes et d’exploitation s’érodent depuis quatre trimestres même si le nouveau plan de contrôle des coûts d’exploitation et de rationalisation de la main-d’œuvre fait des progrès depuis trois trimestres, note Jim Byrne.

À son avis, l’atteinte de la rentabilité est encore une fois repoussée de plusieurs trimestres tant que Goodfood déploiera sa stratégie de livraison sur demande.

Lancé au premier trimestre à Toronto, Montréal et Ottawa, ce service offre la livraison de produits d’épicerie, de repas prêts-à-cuisiner et de repas prêts-à-manger en aussi peu que 30 minutes.

La société estime être en mesure de renouer avec un bénéfice d’exploitation ajusté à la mi-2023, mais Jim Byrne doute que la croissance nécessaire des revenus pour y arriver soit au rendez-vous.

Goodfood a besoin de redresser son bénéfice d’exploitation de 45 M$, précise-t-il. Elle mise sur une hausse du nombre d’abonnés actifs à son nouveau service sur demande, sur le plus grand nombre de microcentres de distribution dans les quartiers résidentiels et sur de meilleurs flux de trésorerie.

La société dit aussi avoir relevé ses prix de plus de 10% au troisième trimestre sans détérioration marquée du nombre d’abonnés.

Le nouveau modèle de Jim Byrne prévoit des revenus de 331,4 M$ (13,8% de moins que ses estimations initiales), un déficit d’exploitation ajusté de 19,6 M$ (22% mieux qu’avant) et une perte inchangée de 0,66 $ par action, en 2023.

En conséquence, son cours cible passe de 3,50 à 2 $, soit 0,7 fois les revenus prévus en 2022, au lieu du multiple précédent de 0,9 fois.

À titre comparatif, le principal fournisseur de trousses de repas aux États-Unis, HelloFresh SE se négocie à un multiple de 0,7 fois ses ventes, par rapport au sommet de 2,3 fois de novembre 2021. En revanche, l’entreprise allemande devrait afficher une croissance de 15% de ses revenus et dégager une marge d’exploitation de 8%, en 2022, précise l’analyste.

À la une

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture mercredi

Mis à jour il y a 6 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Du soulagement en Europe et un léger repli attendu à Wall Street

À surveiller : Microsoft, Uni-Sélect et Goodfood

Il y a 50 minutes | Dominique Beauchamp

Que faire avec les titres de Microsoft, Uni-Sélect et Goodfood?

Pizza Salvatoré versera la moitié de ses ventes à ses employés

RHÉVEIL-MATIN. La totalité de ses ventes de pizza du 7 février 2023 sera remise à ses salariés et des organismes.