À surveiller: Canadien National, Alphabet, et Amazon

Publié le 26/10/2022 à 10:21

À surveiller: Canadien National, Alphabet, et Amazon

Publié le 26/10/2022 à 10:21

Par Dominique Beauchamp

Amazon (AMZN, 115,23$ US): un titre solide à conserver jusqu’à la reprise

Justin Post de Bank of America Securities est plus prudent que ses collègues dans ses prévisions pour le prochain trimestre et 2023, mais il juge que les avantages concurrentiels du géant du commerce en ligne en font un titre de choix à conserver jusqu’à ce que la reprise du commerce en ligne se manifeste.

«Je crois que les investisseurs resteront loyaux au titre pendant le ralentissement économique parce que la société est bien positionnée pour la future reprise», résume l’analyste.

Bien qu’il prévoit des revenus de 8% inférieurs au consensus au troisième trimestre attendu le 27 octobre (soit 125,9 milliards de dollars américains), ce sont les perspectives de la société pour son quatrième trimestre qui pourraient de décevoir ceux qui n’ont pas ajusté leurs prévisions à la modération des ventes en ligne depuis septembre et à la décision de tenir une promotion de 48 heures (Prime Early Access Sale) six semaines avant le Vendredi fou afin de mieux répartir ses coûts.

Justin Post s’attend à ce que les ventes de marchandises brutes de la promotion d’octobre aient été inférieures de 25% à celles de juillet.

L’analyste prévoit aussi une marge de 26% au troisième trimestre par rapport au consensus de 29%.

L’appréciation du dollar américain devrait aussi avoir amputé 385 points de pourcentage des revenus totaux au troisième trimestre. L’analyste prévoit un impact du même ordre au quatrième trimestre.

L’embauche de 150 000 travailleurs saisonniers est encourageante pour le prochain trimestre, mais Amazon pourrait ajouter une dose de prudence aux prévisions à cause de l’effet de l’inflation sur les dépenses des consommateurs. L’analyste s’attend à une fourchette de 147 à 157 G$ US pour les revenus et à une autre de 0,5 à 4,5 G$US pour les profits du quatrième trimestre. Le milieu de ces deux fourchettes est inférieur au consensus, dit-il.

Justin Post croit aussi possible que la demande pour les services infonuagiques AWS montre des signes de modération parce que les entreprises coupent leurs dépenses, après un solide troisième trimestre. L’analyste se dit en terrain inconnu à cet égard parce que AWS n’a jamais connu une période de ralentissement prolongée de l’économie auparavant.

«Les prévisions misent encore sur une hausse importante des marges en 2023. Si le quatrième trimestre ne montre aucune amélioration des profits par rapport au troisième, cela affectera les projections pour l’an prochain», explique l’analyste.

Malgré l’effet encore incertain de l’inflation et de la récession sur la trajectoire des revenus et des profits, Amazon reste le titre favori de l’analyste dans le club des GAFA (Meta-Facebook, Amazon, Apple, Netflix et Aphabet-Google) dans un horizon de 12 mois.

Au final, sa recommandation d’achat est accompagnée d’un cours cible de 157$ US, ce qui offre un rendement potentiel de 36%.

Ses arguments: la taille du marché potentiel, la possibilité de gains de parts de marché, le fait que dans une cassure boursière l’action trouverait un ultime point d’appui en Bourse à un multiple de 10 fois le bénéfice d’exploitation et enfin le retour éventuel des investisseurs aux bénéficiaires de marchés en croissance structurelle du commerce en ligne et l’infonuagique.

«Au multiple actuel de 14 fois le bénéfice d’exploitation prévu en 2023 (selon le consensus colligé par Bloomberg), l’évaluation d’Amazon est attrayante par rapport à son historique», renchérit Justin Post.

Sur le même sujet

À la une

L'actif de la Caisse de dépôt et placement du Québec en hausse de 32 milliards de dollars

Mis à jour il y a 52 minutes | Dominique Talbot

Selon la direction, l’année 2023 a été marquée par une forte volatilité.

Charles Emond: «Si on investit uniquement dans les actifs verts, on ne pourra pas améliorer les actifs polluants.»

Édition du 24 Janvier 2024 | François Normand

Il partage sa vision et ses perspectives économiques en 2024, en incluant les occasions et les risques pour la CDPQ.

Le mandat de Charles Emond renouvelé pour cinq ans

07/02/2024 | Dominique Talbot

Le mandat prend effet aujourd’hui et se terminera le 6 février 2029.