À surveiller: CAE, Dollarama et General Mills

Publié le 22/03/2022 à 09:40

À surveiller: CAE, Dollarama et General Mills

Publié le 22/03/2022 à 09:40

Par Catherine Charron
Un magasin de Dollarama

La direction de Dollarama devrait donner un meilleur aperçu de ses prévisions pour l'exercice 2023 lorsqu’elle dévoilera ses résultats trimestriels le 30 mars 2022. (Photo: Roméo Mocafico)

Que faire avec les titres de CAE, Dollarama et General Mills? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

CAE (CAE, 32,24 $, 25,62 $): sa croissance est sur le point de décoller

Grâce à la reprise du trafic aérien et à la hausse des dépenses étatiques attendues en défense, la spécialiste des logiciels de simulation de vol CAE pourra regagner de l’altitude, conclut Benoît Poirier de Valeurs mobilières Desjardins après avoir discuté avec des membres de la direction de l’organisation.

Dans une note publiée le 20 mars dernier, il fait remarquer que malgré l’incertitude créée par l'invasion russe en Ukraine, les compagnies aériennes civiles ont relancé la formation de nouveaux pilotes, afin d’être fin prêtes pour répondre à la demande des voyageurs l’été venu.

La vice-présidente Finances et chef de la direction financière de la société, Sonya Branco, et le vice-président principal, Relations avec les investisseurs et Gestion du risque de l'entreprise, Andrew Arnovitz, avec qui l’analyste s'est entretenu lors de la conférence Industrials, TMT, Diversified and consumer de Desjardins, ont indiqué que la reprise est surtout observée en Amérique du Nord suivi par l’Asie et le Pacifique.

Sa division axée sur la défense est, quant à elle, parvenue à faire d’importants gains au cours du troisième trimestre de son exercice 2022. Pour la première fois depuis le début de la pandémie, qui a grandement ralenti ce secteur, le nombre d’ententes signées équivaut au nombre de services facturés, souligne Benoit Poirier.

L’analyste s’attend d’ailleurs à ce que l’invasion en Ukraine ravive les dépenses des pays membres de l’Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), ce qui devrait profiter à la société montréalaise. Cela pourrait toutefois prendre près de 18 mois avant que CAE puisse en ressentir l’effet sur ses revenus, rapporte-t-il.

Les fonds de la société seront alloués à réduire la taille de son levier financier. Il devrait passer de 3,8 x à 2,6 x au cours de l’exercice 2023, car l’entreprise devrait gagner en profitabilité et générer d’importants flux de trésorerie dont 171 millions de dollars pendant l’exercice 2022, anticipe Benoit Poirier.

La marge de son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement devrait être de 12,9% au cours de l’exercice 2022, et de 15,4% en 2023.

Malgré ses prévisions encourageantes, il maintient son cours cible à 37 $, ajoutant que les investisseurs qui misent sur le long terme devraient profiter du cours actuellement faible de son titre pour s’en procurer.

 

Dollarama (DOL, 68,82 $): la société peut surmonter les embûches

Sur le même sujet

À surveiller: Metro, Stella-Jones et CAE

11/08/2022 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Metro, Stella-Jones et CAE? Voici quelques recommandations d’analystes

CAE surprise par des difficultés pires que prévu dans le secteur de la défense

Le résultat net ajusté s’est chiffré à 17,6M$, soit 0,06$ par action.

À la une

Comment se protéger des fraudeurs en voyage?

Il y a 5 minutes | La Presse Canadienne

L’augmentation de la fraude numérique peut être attribuée à l’évolution de l’économie vers des niveaux prépandémiques.

Déconstruire les vieux mythes

BLOGUE INVITÉ. En achetant Clearwater Seafoods, les Mi’kmaq ont montré qu’ils savent brasser des affaires.

Les objectifs d’Equinor, BP et Shell «incompatibles» avec l’accord de Paris

13:30 | AFP

Les scénarios parviennent pas à limiter le réchauffement et dépasseraient largement la limite de 1,5 °C.