À surveiller: CAE, Bombardier et Shopify

Publié le 29/10/2021 à 10:20

À surveiller: CAE, Bombardier et Shopify

Publié le 29/10/2021 à 10:20

Par Catherine Charron

Shopify rate légèrement la cible (Photo: 123RF)

Que faire avec les titres de CAE, Bombardier, Shopify? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

 

CAE (CAE, 37,09 $): une acquisition qui élargit ses perspectives

Bien qu’il lui manque certaines données, Doug Taylor de Cannacord Genuity croit que l’acquisition de la division d’exploitation aérienne AirCentre de l'américaine Sabre par CAE de 393 millions de dollars américains (M$ US) sera rentable.

La cession de cette branche devrait avoir un effet relutif sur les résultats de l’entreprise montréalaise, si AirCentre parvient à retrouver son niveau de performance prépandémique. Ses revenus et son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) étaient alors respectivement de 150 M$ US et de 55 M$ US. En se fondant sur la performance prépandémique de Sabre's Airline, l'analyste de Canaccord Genuity croit que CAE déboursera environ 7 fois le bénéfice d'exploitation d'avant la pandémie alors que ses propres actions s'échangent à un multiple de 16 fois le sien.

Dans le communiqué de presse annonçant cette acquisition, on laisse présager une hausse du bénéfice par action de près de 5% de même que de ses flux de trésoreries dans l’année qui suivra la conclusion de cette transaction, au cours du premier trimestre de 2022.

Elle est financée à même les liquidités de CAE.

Si AirCentre sous-performe légèrement, alors que le marché de l’aviation civile reprend tranquillement des forces, la synergie de cette offre avec les clients actuels de CAE est idéale. D’autant que ça permet à l’entreprise spécialisée dans la formation de pilote de poursuivre son accompagnement au-delà de ce qu’elle offrait jusqu’à présent.

Cette ancienne division du spécialiste de logiciels de gestion de voyages et d’hébergement comprend des outils, pour gérer les vols et l’équipage notamment, principalement vendus sous forme de SaaS.

À défaut d’avoir des données plus récentes, Doug Taylor a révisé son modèle pour y inclure l’ajout de cette branche, en tablant sur des revenus qui devraient être 25% inférieurs au niveau prépandémique. Il mise sur une acquisition qui sera effective à parti du 31 mars 2022.

Malgré cet ajout, son cours cible demeure à 40 $ et il recommande toujours de garder ses titres, car l’action de CAE s’échange encore au-dessus de sa valorisation, et ce, même si l’incertitude persiste du côté des prévisions des ventes.

 

Page suivante — Bombardier (BBD.B, 2,02 $): sa dette continue sa descente

Sur le même sujet

Bombardier livre son 1000e avion Global

Le 1000e appareil a été livré à NetJets, qui détient l’une des plus importantes flottes de jets d’affaires au monde.

À surveiller: Dollarama, Uni-Sélect et Bombardier

30/11/2021 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres de Dollarama, Uni-Sélect et Bombardier? Voici quelques recommandations d’analystes.

À la une

Conflit du bois d’œuvre: le prix des maisons fera-t-il plier Biden?

15/01/2022 | François Normand

ANALYSE. Les démocrates sont en difficulté, tandis que la grogne monte contre la hausse du prix du bois et des maisons.

«J'manque de bras!» Attendez avant de vider votre portefeuille!

14/01/2022 | Catherine Charron

Votre PME peut tirer son épingle du jeu, même dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre. Voici comment.

Forte demande de bureaux en sous-location à Montréal

14/01/2022 | Charles Poulin

Premier trimestre d'absorption nette positive au pays en immobilier commercial