À surveiller: Boralex, Pfizer et Alimentation Couche-Tard

Publié le 18/06/2021 à 09:28

À surveiller: Boralex, Pfizer et Alimentation Couche-Tard

Publié le 18/06/2021 à 09:28

Par Denis Lalonde

Pfizer (PFE, 39,30$US) : le vaccin contre la COVID servira de catalyseur, mais pour combien de temps?

La pharmaceutique Pfizer et sa partenaire BioNTech continueront de bénéficier d’immenses commandes à moyen terme.

C’est du moins l’opinion de l’analyste Daniel Busby, de RBC Marchés des capitaux, qui se questionne toutefois à savoir si la tendance peut se maintenir à plus long terme. «Nous ne croyons pas que le débat sera réglé sous peu, mais les données qui doivent être publiées cet été pourraient fournir des indices importants», écrit-il.

L’analyste concède toutefois que le vaccin contre la COVID-19 contribuera davantage aux revenus de la pharmaceutique américaine pour les exercices 2021-2023. Il fait passer ses prévisions de revenus du vaccin à 34 milliards de dollars US (G$US) en 2021, 19G$US en 2022 et 16G$US en 2023, elles qui étaient respectivement de 26G$US, 15G$US et 11G$US.

«Le meilleur exemple qui supporte la thèse d’un impact à la hausse sur les revenus pour plusieurs années est l’immense commande de 1,8 milliard de doses provenant de l’Union européenne, dont les livraisons s’étaleront jusqu’en 2023, et qui couvre un potentiel vaccin adapté aux variants», écrit l’analyste.

Ce dernier ajoute que les États-Unis, le Canada et Israël ont aussi passé des commandes au-delà de 2021. «Cela indique que les pays évaluent sérieusement la possibilité de devoir donner des vaccins de rappel, ce qui résulterait en une hausse des revenus pour les pharmaceutiques qui fabriquent le vaccin», dit-il.

De plus, selon les modèles de M. Busby, Pfizer et BioNTech ont une capacité de production inutilisée de 850 millions de doses d’ici la fin de 2021, ce qui donne une marge de manœuvre aux deux partenaires si de nouvelles ententes devaient être signées prochainement.

À plus long terme, l’analyste cite quelques facteurs qui pourraient influencer grandement le potentiel à long terme des vaccins, comme la durée de la protection contre le virus de la COVID-19, l’apparition de nouveaux variants et l’évolution de la concurrence.

Daniel Busby réitère sa recommandation de «performance égale au secteur» sur le titre, mais relève son cours cible sur un an de 1$US pour le porter à 44$US.

 

 

Alimentation Couche-Tard (ATD.B, 44,44$): les marges sur les ventes d’essence rétrécissent aux États-Unis

Sur le même sujet

À surveiller: Alimentation Couche-Tard, Boralex et Lion Électrique

16/11/2021 | Denis Lalonde

Que faire avec les titres d'Alimentation Couche-Tard, Boralex et Lion Électrique? Voici des recommandations d’analystes.

Boralex veut obtenir un important contrat de 800 MW à New York

L’État américain veut que les énergies renouvelables représentent 70% de sa consommation d’énergie d’ici 2030.

À la une

Les nouvelles du marché

08:33 | Refinitiv

Résultats encourageants pour les Banques canadiennes, Coronavirus, Enbridge, Cyberlundi, les télécoms européennes.

Identifier la maltraitance financière

Édition du 10 Novembre 2021 | Jean-François Venne

COMPTABLE ET LITTÉRATIE FINANCIÈRE. L'Ordre des CPA croit qu'il faudrait améliorer les conditions de détections...

Bourse: ce qui bouge sur les marchés avant l'ouverture lundi

Mis à jour à 07:59 | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

Rebond des marchés, mais des incertitudes sanitaires et monétaires demeurent. Wall Street prévue en hausse.