À surveiller: Air Canada, Suncor et Rogers Sugar

Publié le 26/11/2021 à 09:34

À surveiller: Air Canada, Suncor et Rogers Sugar

Publié le 26/11/2021 à 09:34

Par Catherine Charron
Un dépanneur Couche-Tard

(Photo: 123RF)

Que faire avec les titres d'Air Canada, Suncor Énergie et Rogers Sugar? Voici quelques recommandations d’analystes susceptibles de faire bouger les cours prochainement. Note: l’auteur peut avoir une opinion totalement différente de celle exprimée.

 

Air Canada (AC, 23,24 $): les investisseurs patients seront récompensés

Alors que le reconfinement européen fait piquer légèrement du nez le titre d'Air Canada, il est temps d’en profiter, laisse entendre l’analyste Konark Gupta, de la Banque Scotia.

Bien qu’il n’ait pas eu droit à un aperçu des prévisions pour l’exercice 2022-2024 de la société aérienne lors de sa rencontre organisée avec son vice-président directeur et chef de la direction financière Amos Kazzaz et la responsable des relations avec les investisseurs Valérie Durand, il est persuadé que ceux qui resteront de marbre devant un peu de turbulence seront récompensés.

Tout comme s’y attendait l’analyste, l’entreprise pense se rétablir d’ici les quelques prochaines années. Air Canada n’a toujours pas subi de baisse d’achalandage malgré le reconfinement de certaines régions en Europe, mais ça ne saurait tarder. Dans l’ensemble, la reprise canadienne se porte bien, alors qu’elle se trouve entre 6 à 9 mois derrière celle des États-Unis.

Konark Gupta dévoilera ses propres prévisions en amont de la prochaine journée des investisseurs qui devrait se tenir le 30 mars 2022, en s’appuyant en partie sur celles de 2019-2021. Il s’attend à ce que les flux de trésorerie soient meilleurs, mais les marges plus faibles que ces projections faites avant la pandémie.

L’entreprise avait alors prévu que ses flux de trésoreries s’établiraient dans une fourchette de 4 à 4,5 milliards de dollars et des marges de son bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement entre 19 à 22%, rappelle l'analyste de la CIBC.

Air Canada ne s’inquiète pas outre mesure de la hausse du prix du carburant ni de la reprise plus menue du voyage d’affaires. En effet, «son ratio coût/dépenses en capitaux investis est de 1,7 milliard de dollars en 2020. Ses résultats s’appuient sur la performance de ses activités de cargo et d’Aeroplan. Elle a un nouveau système de réservation, a automatisé certaines opérations et a remplacé une partie de sa flotte», énumère Konark Gupta.

Le transporteur aérien s’attend aussi à ce que ses revenus tirés de ses opérations de cargo, qui ont déjà doublé par rapport à avant la pandémie, augmentent encore, grâce au décollage en 2023, de ses huit nouveaux appareils qui y seront dédiés. L’analyste note que cette division permettrait de gommer en partie l’effet des baisses d’achalandage et aura un effet bénéfique sur les marges de l’entreprise.

Le rendement de cette division devrait aussi retrouver une vitesse de croisière plus normale, à mesure que le trafic aérien reprendra, tandis que les revenus devraient continuer de croître selon l’organisation, rapporte Konark Gupta.

Ce dernier estime que l’entreprise, disposant d’environ 10,5 milliards de dollars en liquidités, a les coudées franches pour acheter des appareils, et réduire la taille de sa dette.

Ses coffres bien garnis et sa position enviable par rapport à la compétition devraient donc lui permettre de bien récupérer de cette récession qu’a subie l’industrie, d’autant que sa stratégie de renouvellement de sa flotte devrait prendre fin en 2023.

L’analyste réitère sa recommandation de «performance de secteur», et son cours cible de 31 $, ce qui pourrait toutefois s’avérer prudent, prévient-il.

Suncor Énergie (SU, 33,74 $): un avenir prometteur 

Sur le même sujet

COVID: Air Canada suspend des vols vers les destinations soleil

Air Canada s’est engagé à rembourser intégralement les voyageurs touchés par la suspension temporaire de ces vols.

Lettre à Michael Rousseau: le langage est une habileté de direction

Édition du 24 Novembre 2021 | Robert Dutton

CHRONIQUE. Apprendre une langue, c’est d’abord apprendre. On a toujours du temps pour ça.

À la une

«J'manque de bras!» Attendez avant de vider votre portefeuille!

14/01/2022 | Catherine Charron

Votre PME peut tirer son épingle du jeu, même dans un contexte de pénurie de main-d'oeuvre. Voici comment.

Bourse: Wall Street fermée, Toronto termine en hausse

Mis à jour il y a 19 minutes | lesaffaires.com, AFP et Presse canadienne

REVUE DES MARCHÉS. Wall Street était fermée ce lundi pour le jour férié du Martin Luther King Day.

À surveiller: Pfizer, Cogeco et Fiera

08:52 | Jean Gagnon

Que faire avec les titres de Pfizer, Cogeco et Fiera? Voici quelques recommandations d’analystes.