Le syndrome du dinosaure

Publié le 20/10/2021 à 13:00

Le syndrome du dinosaure

Publié le 20/10/2021 à 13:00

Crédit photo : Markus Spiske pour Unsplash

BLOGUE INVITÉ. Vivre avec la peur d’être dépassé, c’est un moteur pour avancer tout autant qu’un état d’âme énergivore. Quel entrepreneur n’a pas un jour (ou même plusieurs jours!) vécu cette anxiété de ne plus suivre le rythme et de disparaître comme les dinosaures? La technologie avance si rapidement que c’en est affolant.

Il y a quelques années, je discutais avec Dominique Brown, l’actuel président de Chocolats Favoris, alors qu’il venait de vendre son entreprise précédente, Beenox, dans le secteur des technos. Dominique m’avait dit une phrase qui m’a marquée et dont je me souviens à peu près comme ceci : la seule raison pour laquelle ça ne change pas plus vite, c’est parce que la capacité des consommateurs à absorber de nouvelles technologies n’est pas aussi rapide que l’avancement de la technologie.

En d’autres mots, les développeurs courent sur la route de l’innovation tandis que les consommateurs marchent. Et moi qui avais l’impression que tout allait trop vite ! En quelques décennies seulement, j’aurai eu le temps de connaître le téléphone à cadran, le téléphone à touches, le gros cellulaire format brique, la pagette, le sans-fil, les cabines téléphoniques… toutes des technologies rendues obsolètes par les téléphones intelligents. Et ce n’est qu’un exemple parmi tous les autres pour illustrer la cadence effrénée du changement, toujours en accélération.

Effet de la pandémie

Pourtant, il a fallu l’électrochoc de la pandémie pour amener nombre d’entreprises à l’ère numérique. Le Master Card Economic Institute nous apprend qu’après les confinements, le nombre d’entreprises qui ont fait leur entrée en ligne a triplé chaque mois par rapport au niveau prépandémique, atteignant un sommet en juillet 2020. On naviguait sur Internet depuis les années 1990, on magasinait en ligne depuis presque aussi longtemps, mais il a fallu 2020 et un satané virus pour que des commerçants se convertissent à cette tendance de fond de la consommation. Pourquoi? Sans doute parce que le déni est un remède efficace contre l’anxiété, comme si ne pas avoir peur de devenir un dinosaure allait nous empêcher d’en devenir un. On a tous la capacité de devenir son propre ennemi, n’est-ce pas?

Les technologies disruptives sont légion depuis quelques années et nous n’avons touché sans doute que la pointe de l’iceberg puisque l’intelligence artificielle va créer des bouleversements majeurs dans l’économie et la société plus largement. Tous les secteurs d’activités seront touchés. Open AI vient par exemple de présenter une innovation qui changera la donne dans bien des secteurs : une application capable de résumer un livre en quelques pages. Elle le fait tout aussi bien qu’un humain moyen. Imaginez seulement les impacts sur les secteurs du livre, de l’éducation, de la formation, de la recherche et des communications…

Se libérer du syndrome du dinosaure est essentiel à la survie, même si l’anxiété est le prix à payer. Le vrai remède à l’anxiété n’est pas de se faire croire qu’on peut vivre sans évoluer, il est plutôt dans la recherche des opportunités liées aux changements technologiques. Cela suppose d’ouvrir son esprit, de s’informer, de se former, de s’entourer de curieux et de créatifs, de se projeter et de s’adapter.

Comment pouvez-vous faire de la technologie votre alliée plutôt que votre menace? Même si l’envie vous prend d’aller faire pousser des choux en campagne pour vous reposer la tête et cesser la course folle à l’adaptation aux nouvelles technologies, vous n’allez pas faire sans elles. Alors qu’attendez-vous pour devenir un peu geek plutôt qu’un peu ou complètement out?

À propos de ce blogue

ENTREPRENEURS ÉCLAIRÉS est le blogue de Valérie Lesage, collaboratrice au Centre de l'intelligence entrepreneuriale à l’École d’entrepreneurship de Beauce, dont la mission est de stimuler l'intelligence entrepreneuriale, à l'école et à l'extérieur de l'école. Ex-journaliste, tête de communication, formée aussi en coaching de gestion, Valérie baigne dans le monde de l'entrepreneuriat depuis plusieurs années. Elle se sert des histoires pour créer un monde meilleur - un mot à la fois. Moins de préjugés, plus de solidarité, plus d'inspiration, plus de réflexions: voilà vers où ce blogue veut vous amener!

Sur le même sujet

Un fonds régional pour soutenir l’innovation

Édition du 10 Novembre 2021 | Alexandre D’Astous

FOCUS RÉGIONAL: BAS-SAINT-LAURENT. Le Fonds régional d’innovation a autorisé 118 750 $ pour soutenir cinq projets.

Merci Carey!

25/10/2021 | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Protégez-vous et votre entreprise en imaginant comment un concurrent pourrait exploiter vos faiblesses.

Blogues similaires

Le temps, ce nouvel eldorado

30/11/2021 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Le temps a un bassin de clients immense avec près de 8 milliards d'êtres humains sur Terre.

Mourir peut attendre…

26/11/2021 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Des échecs en affaires peuvent mener à des tragédies. Voici un exemple touchant.

Lettre à Michael Rousseau: le langage est une habileté de direction

Édition du 24 Novembre 2021 | Robert Dutton

CHRONIQUE. Apprendre une langue, c’est d’abord apprendre. On a toujours du temps pour ça.