Congé de sac pour l'impôt!

Publié le 22/03/2023 à 08:46

Congé de sac pour l'impôt!

Publié le 22/03/2023 à 08:46

En décidant diminuer le taux d’imposition sur le premier et deuxième palier, on vise tous les Québécois et Québécois, soit les riches comme les pauvres. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Dans mon jeune temps, lorsque j’étais jeune et fringuant, j’avais une professeure qui me récompensait de différentes façons. Elle pouvait m’amener à la crèmerie du coin, elle pouvait mettre des collants sur notre copie lorsque la note était plus haute que 85%, elle me permettait de partir plus tôt pour la récréation ou encore elle me donnait un congé de sac.

En français, ça voulait dire, tu es épargné de devoirs et de leçon pour un certain temps. Inutile de vous dire que mon sac prenait le bord! Il était laissé de côté comme un joueur d’hockey qui a oublié de se mettre un cadran le matin.

Le congé de sac était un super avantage, une super carotte au bout du bâton. Le gouvernement provincial vient de faire la même chose, excepté qu’il a utilisé la fiscalité comme moyen pour vous transmettre la carotte.

 

Annonce du budget provincial

Essentiellement, le gouvernement caquiste a joué la carte de la baisse des impôts. Le gouvernement a fait passer le taux d’impôt de 15% à 14% sur le premier pallier, soit celui concernant la tranche de revenu imposable allant jusqu’à 49 275$. Il a fait de même avec le deuxième palier d’imposition pour les revenus imposables allant de 49 275$ à 98 540$. En d’autres termes, le gouvernement donne un congé de sac fiscal à tous les Québécois et Québécoises. C’est bien beau tout ça, mais quel est l’impact monétaire pour une personne seule et pour un couple?

Selon le ministère des Finances, une personne seule qui gagne 60 000$ par an va voir sa facture fiscale être diminuée de 428$, tandis qu’un couple avec un revenu-ménage de 150 000$, paiera 1156$ en moins. Ces montants sont substantiels et amélioreront la paie nette de tous les Québécois. Même Nick Suzuki et Alain Bouchard profiteront de cette économie d’impôts. C’est à se demander s’ils en ont vraiment besoin.

 

Contrecoup de cette politique fiscale

Premièrement, toutes choses étant égales par ailleurs, à court terme, l’économie pourra être dopée, car on donne des munitions supplémentaires aux contribuables pour dépenser et investir dans l’économie. C’est un peu contradictoire avec le discours de la Banque du Canada, qui a décidé récemment de maintenir son taux directeur à 4,5%. L’idée rationnelle actuelle serait de freiner l’inflation et ça passe malheureusement par le maintien du taux directeur. Le gouvernement caquiste vient contrecarrer les plans de la Banque du Canada. Il faudrait que ces deux joueurs politiques accordent leurs flutes.

Deuxièmement, les cotisations REER & du CELIAPP seront moins payantes, qui dit baisse de l’impôts dit baisse également du retour d’impôts potentiels lors d’une cotisation REER ou d’une cotisation au nouveau-né le CELIAPP.

Troisièmement, en décidant diminuer le taux d’imposition sur le premier et deuxième palier, tu viens d’encourager tous les Québécois et Québécois, soit les riches comme les pauvres, car le contribuable qui gagne 200 000$ par année doit inévitablement passer dans le tordeur de l’imposition du premier palier, du deuxième palier et ainsi de suite. Est-ce vraiment l’objectif ou l’idée était de cibler certains contribuables qui ont maille à partir compte tenu de leur faible salaire?

Si le but était d’aider les moins bien nantis, la bonification substantielle du crédit de solidarité, l’augmentation du supplément de revenus garantis présentaient des alternatives pertinentes dans le contexte actuel.

Quatrièmement, la baisse des impôts se reconduit dans le temps, dans le sens où cette mesure sera permanente jusqu’à que le gouvernement en décide autrement.

Contrairement au montant ponctuel octroyé aux contribuables en mars 2022 pour lutter contre l’inflation, la baisse des impôts est verrouillée et sera reconduite dans le futur. C’est un peu comme lorsque votre boss vous donne un boni au lieu d’une augmentation salariale: il vous aime, mais juste un petit moins que la personne à laquelle il a donné une augmentation de salaire.

La baisse d’impôts agit à titre de fondation pour les années futures. Est-ce qu’il sera facile pour le gouvernement provincial de maintenir et de financer cette baisse dans les années futures? Nul ne le sait.

Mais comme je me plais souvent à dire, un budget provincial n’est rien d’autre qu’un jeu de vases communicants : ce que tu peux donner à pitou, tu ne peux peut-être pas le donner à minou. Qui dit baisses d’impôts dit baisse des services ou possiblement hausse de la taxe de bienvenue ou hausse de la taxe à la consommation.

Bon congé de sac fiscal!

À propos de ce blogue

Thomas Gaudet est CPA de formation, mais sa véritable passion est de démocratiser les finances personnelles. L’homme «aux bas bruns» adore tout ce qui touche la planification financière. Il travaille actuellement pour le cabinet de gestion de patrimoine Altitude conseils financiers. Il rencontre chaque jour des entrepreneurs, des professionnels des affaires et de la santé pour discuter de leurs enjeux et leurs besoins financiers. Il s’implique également beaucoup dans sa communauté. Il siège sur les conseils d’administration du Cégep de Drummondville et de la Jeune Chambre de Drummond.

Thomas Gaudet

Sur le même sujet

Tout le monde en veut plus pour son argent

10/04/2024 | Sophie Chartier

RÉMUNÉRATION GLOBALE. Les organisations devraient être flexibles et à l'écoute de leurs équipes.

Urgence! Il faut investir dans les PME

Édition du 10 Avril 2024 | Philippe Jean Poirier

PME. «La situation est pire qu’avant le budget!», estime François Vincent, VP de la FCEI.

Blogues similaires

35 ans d'existence (4)

12/04/2024 | Philippe Leblanc

Le modèle «gagnant-gagnant-gagnant».

Encore trop tôt pour sauter dans l’arène

Édition du 14 Juin 2023 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Les banques canadiennes pourraient rester sur le banc des pénalités quelque temps encore.

Investir dans les grands crus et les objets de collection

Édition du 20 Mars 2024 | Martin Lalonde

EXPERT INVITÉ. Le vin et les objets de collection font partie d’une stratégie d’investissement alternative.