Les défis des chefs (1): François Legault doit maintenir ses appuis

Publié le 29/08/2022 à 10:30

Les défis des chefs (1): François Legault doit maintenir ses appuis

Publié le 29/08/2022 à 10:30

François Legault (Photo: Getty Images)

Le coup de départ est officiellement donné: le Québec vibrera au rythme des élections pour les cinq prochaines semaines. Avec cinq principaux partis sur les rangs, la dynamique de cette campagne risque d’être radicalement différente par rapport aux années précédentes. Au cours des prochains jours, à raison d’un chef par jour, nous vous présentons un tour d’horizon des forces en place et des principaux défis qui attendent les chefs de partis d’ici le scrutin du 3 octobre.  

BLOGUE INVITÉ. La plupart des stratèges vous le diront: démarrer une campagne électorale au sommet dans les sondages — 42% dans le cas de la CAQ, selon le sondage Léger de samedi dernier, donc 25 points devant son plus proche rival — est loin d’être une position idéale. Au moindre signe d’affaiblissement dans les prochains coups de sonde, le « spin » médiatique autour de la campagne caquiste pourrait devenir de plus en plus négatif. Et lorsque vous commencez à chuter dans les intentions de vote, il peut être pour le moins difficile d’infléchir la courbe en aussi peu que cinq semaines de campagne. 

En tant que meneur incontestable de cette course qui s’amorce, François Legault sera surveillé à la loupe par ses adversaires, tout comme par les journalistes qui suivent sa campagne. Ses faits et gestes, tout comme ses déclarations publiques, seront passés au peigne fin. Tout faux pas, aussi minime soit-il, pourrait faire sérieusement dérailler sa campagne et le placer sur la défensive. On l’a déjà vu dimanche lorsqu’il a maladroitement référé à la cheffe libérale comme étant «cette madame»; les réactions qui s’en sont suivies donnent le ton pour le reste de la campagne. 

Face à cette situation, l’équipe caquiste sera peut-être tentée de mener une campagne tranquille, plutôt beige, question de ne pas trop faire de vagues. Le choix du slogan « Continuons » indique que celle-ci misera beaucoup sur son bilan des quatre dernières années. Si la CAQ a certes de quoi être fière de ses réalisations depuis 2018 et malgré la pandémie — le gouvernement jouit toujours d’un très haut taux d’approbation dans les sondages — c’est néanmoins un couteau à double tranchant. On se souviendra de Denis Coderre qui, à force de faire campagne sur son excellent bilan en 2017, en est venu jusqu’à oublier d’inspirer les Montréalais pour l’avenir. On connaît la suite; l’élection « gagnée d’avance » fut finalement perdue aux mains d’une pure inconnue qui faisait rêver le public avec des promesses démesurées. Si le passé peut être garant du futur, il n’en demeure pas moins que les électeurs votent sur les quatre prochaines années, pas les quatre dernières. 

Et si jamais la CAQ réussissait miraculeusement à maintenir ses appuis au même niveau jusqu’au 3 octobre prochain, elle ferait alors face à un important défi d’abstention. Ses électeurs, convaincus que la réélection de leur parti est acquise, risqueraient alors de rester à la maison plutôt que de se rendre aux urnes. Dans un tel scénario, la sortie de vote sera déterminante dans les circonscriptions où la lutte s’annonce serrée. La puissante machine électorale caquiste, bien huilée, a déjà démontré sa force de frappe à maintes reprises par le passé, et elle sera assurément mise à contribution cette année encore.

 

À lire mardi: les défis de Dominique Anglade

 

Consultez notre dossier sur les Élections provinciales 2022.

À propos de ce blogue

Cumulant plus de 15 années d'expérience dans les domaines des médias, des relations publiques et de la politique fédérale, provinciale et municipale, Raphaël Melançon est consultant en affaires publiques et président-fondateur de Trafalgar Stratégies. Diplômé de l’Université de Montréal en communication et science politique et titulaire d’un MBA de HEC Montréal, il analyse à travers ce blogue les décisions politiques qui ont des impacts sur le monde des affaires québécois et canadien.

Raphaël Melançon

Sur le même sujet

Responsabilités confiées par Legault aux élus de la CAQ: les hommes d'abord

Ces diverses nominations sont souvent le prix de consolation offert aux députés qui n'ont pas eu un ministère.

QS prêtera serment au roi pour déposer un projet de loi abolissant l'obligation

Mis à jour le 03/11/2022 | La Presse Canadienne

Dès la rentrée au Salon Bleu, le parti déposera un nouveau projet de loi afin de rendre ce serment facultatif.

Blogues similaires

La polarisation devient un risque d’affaires au Canada

05/02/2022 |

ANALYSE. La pandémie n'a pas créé cette polarisation; elle a plutôt été un facteur aggravant de tendances.

La nouvelle socialisation de l’économie chinoise

Édition du 09 Novembre 2022 | François Normand

ZOOM SUR LE MONDE. Le 20e congrès du Parti communiste chinois marque le déclin d’un modèle économique axé sur le privé.

Hockey Canada paiera cher la perte de sa réputation

11/10/2022 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. Hockey Canada vit un cauchemar qui ne sera résolu que par l’installation d’une nouvelle gouvernance.