Voici un indice que le PDG travaillera pour ses actionnaires

Publié le 23/04/2021 à 08:45

Voici un indice que le PDG travaillera pour ses actionnaires

Publié le 23/04/2021 à 08:45

Un dépanneur Couche-Tard au centre-ville de Montréal.

(Photo: Charles Desgroseilliers)

BLOGUE INVITÉ. Bien sûr, il y a un grand nombre de dirigeants honnêtes et compétents qui travailleront sans relâche à l’enrichissement de leurs actionnaires. Mais, soyons franc: quelle est, selon vous, la meilleure façon pour un actionnaire de s’assurer que les dirigeants travaillent réellement pour lui?

La réponse est claire: qu’ils soient eux-mêmes propriétaires d’un nombre substantiel d’actions de la société. C’est, selon moi, la meilleure manière d’aligner les intérêts des dirigeants de sociétés sur ceux de leurs actionnaires.

À ce sujet, je crois que les options d’achat d’actions que l’on verse couramment aux dirigeants d’entreprises ne répondent pas aux mêmes objectifs que l’achat pur et simple d’actions sur le marché par ces derniers. Si on veut que les intérêts soient parfaitement alignés, il faut que les dirigeants soient en tout temps influencés par les deux forces qui guident les décisions de tout investisseur: le potentiel d’appréciation à long terme et le risque de baisse. Les options permettent aux dirigeants de profiter pleinement du potentiel d’appréciation du titre de la société qu’ils dirigent, mais ils n’encourent aucun risque réel – si le cours du titre baisse sous le prix d’exercice de leurs options, ils ne les exerceront tout simplement pas (et s’en feront verser de nouvelles à un prix inférieur).

Le dirigeant qui possède beaucoup d’actions profite directement de l’appréciation du titre, mais il souffre tout autant de sa baisse ou de sa sous-performance à long terme.

Pour dénicher, l’information concernant l’actionnariat des dirigeants de vos entreprises, la meilleure source d’information est la circulaire de sollicitation de procurations annuelles déposées par les entreprises canadiennes (aux États-Unis, le document correspondant est le «proxy statement»).

Par ailleurs, il ne faut pas se fier uniquement au pourcentage des actions d’une entreprise détenues par les dirigeants. L’important n’est pas le pourcentage détenu, mais que les dirigeants aient une somme substantielle et une part importante de leur avoir investie dans l’entreprise qu’ils dirigent.

J’estime que les investisseurs québécois ont la chance de pouvoir investir dans de nombreuses sociétés en Bourse dont les dirigeants possèdent beaucoup d’actions. En voici quelques-unes:

Un tableau.

(Tableau: courtoisie)

Le fait que les dirigeants de vos entreprises possèdent beaucoup d’actions n’est pas un gage de succès boursier (tous les titres du tableau ci-haut n’ont pas bien performé en Bourse au cours des dernières années). Je crois toutefois qu’il s’agit du critère qui nous rapproche le plus d’une garantie qu’ils travailleront pour l’ensemble de leurs actionnaires.

Philippe Le Blanc, CFA, MBA

Chef des placements, COTE 100

Sur le même sujet

L'encaisse de son portefeuille et le «coût d'opportunité»

Édition du 27 Octobre 2021 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Le « coût d’opportunité » représente la valeur de la meilleure occasion que l’on rate en choisissant...

Les enseignements du modèle de Yale

Édition du 27 Octobre 2021 | Martin Lalonde

EXPERT INVITÉ. On peut définir un actif comme étant alternatif lorsque sa courbe de rendement espérée est différente...

Blogues similaires

Le rallye de fin d'année est déjà enclenché

Édition du 27 Octobre 2021 | Dominique Beauchamp

ANALYSE. Rien ne semble arrêter le mouvement haussier.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?