Les 4 règles d'or pour devenir génial au travail

Publié le 02/09/2015 à 07:11

Les 4 règles d'or pour devenir génial au travail

Publié le 02/09/2015 à 07:11

> Le report du jugement. Il convient de ne surtout pas juger les idées émises, les siennes comme celles des autres. Car sinon, on risque de sombrer dans la censure, et pis, l'autocensure.

> La quantité, pas la qualité. Il convient également de viser la quantité d'idées émises, non pas leur qualité. Car, d'après M. Osborn, la qualité découle toujours de la quantité : pour trouver la perle rare, il est impératif de ramasser le plus de perles possible.

Une technique basée, du coup, sur quatre règles :

1. Non à la critique (et à l'autocritique).

2. Oui à l'expression de toutes les idées, en particulier celles qu'on pense a priori ridicules.

3. Oui à la quantité, pas à la qualité.

4. Oui aux combinaisons d'idées et à l'amélioration de celles-ci.

«N'importe qui de normal peut, grâce au brainstorming, produire deux fois plus d'idées que s'il doit plancher tout seul dans son coin», affirmait sans ciller M. Osborn à la fin des années 1950. Le hic? C'est que les expériences scientifiques visant à le vérifier, à l'image de celles menées en 1991 par Brian Mullen et ses collègues, ont prouvé... exactement le contraire!

En se plongeant dans l'histoire des recherches sur le brainstorming, les trois chercheurs des Pays-Bas ont identifié trois phases :

1. Pourquoi un groupe se montre-t-il moins productif qu'un individu en matière de créativité? Telle est l'interrogation récurrente de la première phase, à laquelle la principale réponse a été la suivante : le désavantage du groupe par rapport à l'individu réside surtout dans le fait qu'il souffre de blocages qui lui sont propres.

Lesquels? Pour commencer, un problème de communication : les idées circulent mal au sein d'un groupe, chacun devant attendre son tour de parole pour exprimer ce qu'il a en tête, une attente d'autant plus longue et usante que le nombre de participants est élevé ; alors que dans la tête d'une personne, cela file à toute allure. À cela s'en ajoutent d'autres, comme la démotivation de certains participants, due en grande partie à la crainte du jugement des autres («Que va penser mon boss de moi si je lance tout haut une idée contraire à la sienne?» et autres «C'est sûr que tout le monde va rigoler de moi pendant une semaine si jamais je dis tout haut ce que j'ai en tête, là...»).

Page suivante: les 4 règles d'or

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Delta: les vaccins ne protègent qu'à 40% de la transmission (OMS)

24/11/2021 | AFP

«Les vaccins sauvent des vies, mais ils n’empêchent pas totalement la transmission du Covid-19»

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...