Découvrez la phénoménale puissance de l'optimisme!

Publié le 18/01/2016 à 06:06

Découvrez la phénoménale puissance de l'optimisme!

Publié le 18/01/2016 à 06:06

Le cerf, les lièvres et la force de l'optimisme

«Je vais maintenant raconter une histoire que le philosophe français Jean-Jacques Rousseau a écrite il y a trois siècles.

«Imaginez-vous un groupe de chasseurs dans la jungle amazonienne ou en Afrique. Équipés simplement de filets, d'arcs et de flèches, ils traquent un grand cerf qu'ils espèrent rapporter à leur campement pour nourrir leur famille. Ils le repèrent dans une clairière et décident de le cerner, tout doucement, pour ne pas l'effrayer. Leur tactique est de former un cercle autour de lui, de le capturer avec leurs filets et de le tuer, ainsi piégé, avec leurs flèches - qui ne suffiraient pas à abattre de loin un animal aussi fier et puissant.

«Le problème est que la manoeuvre leur prendra toute la journée et que, s'ils n'arrivent pas à abattre le cerf avant la tombée de la nuit, ils auront faim, eux et leur famille. Ils savent aussi qu'ils échoueront si l'un d'entre eux n'est pas à la hauteur - s'il est distrait et laisse le cerf s'échapper par son côté du cercle -, qu'un maillon faible dans la chaîne suffira à anéantir le travail du groupe et à le condamner au jeûne jusqu'au lendemain.

«Par ailleurs, il y a beaucoup de lièvres dans les environs, qui courent de-ci de-là. Les lièvres, les chasseurs peuvent les tuer avec leurs flèches sans trop de difficulté. mais il suffit qu'un seul chasseur quitte son poste et se mette à chasser le lièvre pour que la manoeuvre d'encerclement du cerf échoue. Et dans ce cas, personne dans le groupe ne mangera à sa faim parce qu'un lièvre, c'est trop peu pour nourrir tout le monde.

«Voilà donc le dilemme des chasseurs : ils voudraient bien prendre le cerf tous ensemble et faire un bon dîner accompagné de chansons et de rires, avant de s'endormir heureux et rassasiés ; ils se concentreront sur sur la chasse au cerf s'ils sont sûrs que personne dans le groupe ne leur fera défaut.

«En revanche, s'ils craignent que certains d'entre eux ne gardent pas fidèlement leur poste, ils se laisseront gagner par le pessimisme (concernant leurs chances de prendre le cerf) et finiront par chasser des lièvres, chacun pour son compte - uniquement pour ne pas rentrer bredouilles au campement. Mais le groupe n'aura dès lors aucune chance d'attraper le cerf, qui aurait pourtant mis tout le monde à l'abri de la faim.

«Ce qu'il est important de retenir ici, c'est que :

> Tous les chasseurs préfèrent participer à la chasse au cerf, plutôt que de chasser des lièvres, chacun de son côté;

> Tous les chasseurs se concentreront sur le cerf s'ils sont sûrs que les autres en feront autant (autrement dit, aucun d'eux ne s'occupera des lièvres s'il est certain que le groupe est soudé et déterminé à chasser le cerf);

> La manoeuvre ne réussira en fin de compte que si les chasseurs sont optimistes, confiants dans leur succès!

À propos de ce blogue

EN TÊTE est le blogue management d'Olivier Schmouker. Sa mission : aider chacun à s'épanouir dans son travail. Olivier Schmouker est chroniqueur pour le journal Les affaires, conférencier et auteur du bestseller «Le Cheval et l'Äne au bureau» (Éd. Transcontinental), qui montre comment combiner plaisir et performance au travail. Il a été le rédacteur en chef du magazine Premium, la référence au management au Québec.

Olivier Schmouker

Blogues similaires

Les mises en chantier de logements seront inférieures aux cibles de 2030, dit la SCHL

L’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique devront doubler le nombre de mises en chantier.

Les salutations de Jacques Ménard... ainsi que les miennes

Édition du 30 Juin 2018 | René Vézina

CHRONIQUE. C'est vraiment la fin d'une époque chez BMO Groupe financier, Québec... et le début d'une nouvelle. ...