Que faire des tours à bureaux vides?

Publié le 03/05/2022 à 12:30

Que faire des tours à bureaux vides?

Publié le 03/05/2022 à 12:30

«À mes yeux, nous devons attaquer le problème sur deux fronts. Le premier est de revoir les espaces existants afin de répondre aux besoins actuels, le deuxième est d’imaginer un nouveau centre-ville… rien de moins!» écrit Nicolas Duvernois. (Photo: Sophie Marieke pour Unsplash)

 

Avec une nouvelle réalité du travail se précisant de plus en plus, la question mérite d’être posée. Que faire des immenses tours de bureaux désertées du centre-ville de Montréal?
Aujourd’hui, une bonne majorité des employés n’y sont toujours pas retournés et préfèrent travailler en télétravail ou s’y rendre, bien souvent à reculons, à peine quelques jours par mois. En effet, au fil des différentes vagues et d’un espoir de « retour à la normale », le centre-ville de Montréal, surtout ses commerçants, avait hâte de revoir la clientèle remplir les foires alimentaires et faire quelques emplettes à l’heure du lunch!
Cet espoir semble aujourd’hui de plus en plus mince. Il est difficile de prévoir l’avenir, mais il serait très surprenant de revoir, ne serait-ce que dans les prochaines années, ces tours remplis à nouveau.
Bien que je comprenne entièrement cette nouvelle réalité, le constat m’attriste. Je pense ici aux milliers de commerçants, restaurateurs ainsi qu’à leurs employés qui perdent une bonne partie de leurs revenus ou de leurs salaires vu la baisse drastique de l’achalandage.
Il n’existe aucune grande ville dans le monde sans un centre-ville bouillonnant d’activités, sans vitalité économique, sans une foule qui remplit les commerces, les restaurants et les salles de spectacles.
Éternel positif de nature, je ne déclare pas le centre-ville de Montréal mort, mais disons qu’il faille réfléchir et surtout agir le plus rapidement possible afin de lui redonner l’oxygène nécessaire.
Maintenant les tours. Certes, mille et une idées fusent de toute part, cependant, elles ressemblent beaucoup plus à un rêve qu’à un projet concret en voie de se réaliser. Certains proposent de les transformer en tours d’habitation, en espaces de travail partagé, en hôtels, en lieux multifonctionnels, en locaux pour accueillir les startups et même, pourquoi pas, en hôpital!
Mais bien que toutes idées méritent d’être partagées, il ne faut jamais oublier les coûts pharaoniques et le temps qu’il faudrait pour transformer la Place Ville-Marie, pour n’en nommer qu’une, en tour à condo!
À mes yeux, nous devons attaquer le problème sur deux fronts. Le premier est de revoir les espaces existants afin de répondre aux besoins actuels, le deuxième est d’imaginer un nouveau centre-ville...rien de moins!
Le cubicule d’hier doit faire place à l’espace innovant et créatif d’aujourd’hui. Bien que plusieurs entreprises offraient déjà avant la pandémie de superbes bureaux à leurs employés, ces espaces doivent se transformer afin d’offrir beaucoup plus que de simples lieux où l’on se déplace pour travailler.
Lieux de rencontres informelles incitant la collaboration et la communication, incluant tous les équipements technologiques essentiels, ainsi que des espaces réfléchis afin de réduire le son, le stress et l’anxiété avec comme objectif de favoriser la concentration, le bureau post-pandémie doit être un environnement misant beaucoup plus sur le bien-être global de l’employé que sur la productivité. Ceci est d’autant plus vrai connaissant très bien l’importante corrélation entre ces deux derniers concepts.
De l’autre côté, on a beau offrir les plus beaux bureaux, si l’environnement avoisinant n’offre aucune expérience parallèle ni aucun bonheur pour s’y rendre, la bataille est perdue d’avance! Il est primordial que l’offre commerciale, culinaire, artistique expérientielle et tout ce qui tourne autour soit également au rendez-vous afin de donner à tous le goût de revenir travailler dans ces fameuses tours de bureaux.
Cela étant dit, la patience sera de mise. Il faudra certainement plusieurs années avant d’évaluer l’impact de ces changements, mais une chose est certaine, plus on agira rapidement et intelligemment, plus on donnera une chance au centre-ville de renaître de cette pandémie qui lui a presque été fatale.

 

BLOGUE INVITÉ. Avec une nouvelle réalité du travail se précisant de plus en plus, la question mérite d’être posée. Que faire des immenses tours de bureaux désertées du centre-ville de Montréal?

Aujourd’hui, une bonne majorité des employés n’y sont toujours pas retournés et préfèrent travailler en télétravail ou s’y rendre, bien souvent à reculons, à peine quelques jours par mois. En effet, au fil des différentes vagues et d’un espoir de « retour à la normale », le centre-ville de Montréal, surtout ses commerçants, avait hâte de revoir la clientèle remplir les foires alimentaires et faire quelques emplettes à l’heure du lunch!

Cet espoir semble aujourd’hui de plus en plus mince. Il est difficile de prévoir l’avenir, mais il serait très surprenant de revoir, ne serait-ce que dans les prochaines années, ces tours remplis à nouveau.

Bien que je comprenne entièrement cette nouvelle réalité, le constat m’attriste. Je pense ici aux milliers de commerçants, restaurateurs ainsi qu’à leurs employés qui perdent une bonne partie de leurs revenus ou de leurs salaires vu la baisse drastique de l’achalandage.

Il n’existe aucune grande ville dans le monde sans un centre-ville bouillonnant d’activités, sans vitalité économique, sans une foule qui remplit les commerces, les restaurants et les salles de spectacles.

Éternel positif de nature, je ne déclare pas le centre-ville de Montréal mort, mais disons qu’il faille réfléchir et surtout agir le plus rapidement possible afin de lui redonner l’oxygène nécessaire.

Maintenant les tours. Certes, mille et une idées fusent de toute part, cependant, elles ressemblent beaucoup plus à un rêve qu’à un projet concret en voie de se réaliser. Certains proposent de les transformer en tours d’habitation, en espaces de travail partagé, en hôtels, en lieux multifonctionnels, en locaux pour accueillir les startups et même, pourquoi pas, en hôpital!

Mais bien que toutes idées méritent d’être partagées, il ne faut jamais oublier les coûts pharaoniques et le temps qu’il faudrait pour transformer la Place Ville-Marie, pour n’en nommer qu’une, en tour à condo!

À mes yeux, nous devons attaquer le problème sur deux fronts. Le premier est de revoir les espaces existants afin de répondre aux besoins actuels, le deuxième est d’imaginer un nouveau centre-ville...rien de moins!

Le cubicule d’hier doit faire place à l’espace innovant et créatif d’aujourd’hui. Bien que plusieurs entreprises offraient déjà avant la pandémie de superbes bureaux à leurs employés, ces espaces doivent se transformer afin d’offrir beaucoup plus que de simples lieux où l’on se déplace pour travailler.

Lieux de rencontres informelles incitant la collaboration et la communication, incluant tous les équipements technologiques essentiels, ainsi que des espaces réfléchis afin de réduire le son, le stress et l’anxiété avec comme objectif de favoriser la concentration, le bureau post-pandémie doit être un environnement misant beaucoup plus sur le bien-être global de l’employé que sur la productivité. Ceci est d’autant plus vrai connaissant très bien l’importante corrélation entre ces deux derniers concepts.

De l’autre côté, on a beau offrir les plus beaux bureaux, si l’environnement avoisinant n’offre aucune expérience parallèle ni aucun bonheur pour s’y rendre, la bataille est perdue d’avance! Il est primordial que l’offre commerciale, culinaire, artistique expérientielle et tout ce qui tourne autour soit également au rendez-vous afin de donner à tous le goût de revenir travailler dans ces fameuses tours de bureaux.

Cela étant dit, la patience sera de mise. Il faudra certainement plusieurs années avant d’évaluer l’impact de ces changements, mais une chose est certaine, plus on agira rapidement et intelligemment, plus on donnera une chance au centre-ville de renaître de cette pandémie qui lui a presque été fatale.

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

Les ventes d'habitations au Canada ont diminué en avril, selon l'ACI

Le nombre de maisons vendues le mois dernier a diminué de 25,7% par rapport à l’an dernier.

Hausse de la tendance des mises en chantier en avril, selon la SCHL

L’agence indique que le nombre annuel désaisonnalisé des mises en chantier en avril a été de 267 330 unités.

Blogues similaires

Cinq secondes pour un destin

27/04/2022 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Même en temps de crise, on devrait toujours aller de l’avant en ne s’éloignant jamais de l’essentiel.

Serez-vous sobre en 2022?

BLOGUE INVITÉ. Avez-vous déjà réfléchi à l’impact environnemental de votre comportement numérique?

L’entrepreneur Big Brother?

16/11/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Les outils informatiques qui analysent le travail des employés pourraient causer des problèmes.