Aucune chance pour les PME!

Publié le 19/10/2021 à 11:30

Aucune chance pour les PME!

Publié le 19/10/2021 à 11:30

Les entreprises locales sont le poumon économique du Québec. Il ne suffit bien souvent que de quelques dollars, ici et là, pour leur donner l’oxygène dont ils ont tous besoin afin de traverser cette crise, écrit Nicolas Duvernois. (Photo: Cam Morin pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. C’est le rappeur et poète Manu Militari dans la chanson Esclave en fuite, qui a les meilleurs mots pour décrire la situation que l’on vit présentement: «On est les esclaves du système, c’pas la peine qu’on s’en parle, faut travailler sur soi-même vu qu’les chaînes sont mentales». 

C’est en réécoutant pour une millième fois son album Marée Humaine cette fin de semaine que j’ai finalement fait le lien entre ses paroles et la réalité du quotidien de l’immense majorité des PME du Québec et d’ailleurs. 

En effet, les conséquences de bientôt 24 mois de pandémie ont malheureusement donné naissance à la plus grande crise de la chaîne d’approvisionnement de mémoire d’humain. Pénurie de conteneurs, de bateaux, de marins, de quais de livraisons, d’espaces d’entreposage et j’en passe, nous sommes au milieu d’un ouragan qui ne semble que prendre de la vitesse. 

Depuis plusieurs mois déjà, le monde des affaires souffre. Des plus grands aux plus petits, tous sont victimes de ce bordel généralisé. 

Tristement, et pour revenir à ma comparaison d’introduction, c’est toujours les plus petits qui souffrent et qui sont à risques. Bien que les Amazon, Target et Wal-Mart de ce monde soient également touchés par cette crise, ils ont les moyens, l’influence et le pouvoir de s’adapter à cette nouvelle réalité. 

Au début du mois, Target, fort de ses 2000 magasins au sud de la frontière, annonçait qu’ils allaient engager pour la période des fêtes plus de 30 000 nouveaux employés et que dorénavant, ils loueraient leurs propres porte-conteneurs afin de minimiser l’impact de cette crise et s’assurer d’avoir leurs étagères bien remplies à l’approche du temps des fêtes. 

La chaîne d’approvisionnement est essentielle en affaires. Mieux, on gère celle-ci, mieux on peut répondre aux attentes des clients. La COVID-19 est cependant venue mettre énormément de sable dans l’engrenage. Sans vouloir être alarmiste, en rajoutant les problèmes que cause la pénurie de main-d’œuvre, l’inflation, ainsi qu’une relance économique chancelante, nous avons ici un cocktail explosif pour les années à venir… surtout pour les PME! 

Le temps des fêtes étant à notre porte, nous ne devrions pas nous inquiéter de savoir si nous allons pouvoir trouver les cadeaux que nous voulons offrir à nos proches (on s’entend que c’est le Père Noël qui coordonne le tout !), mais nous devrions plutôt nous inquiéter du sort des commerçants indépendants qui eux, ne peuvent se permettre de louer des porte-conteneurs afin de s’assurer d’avoir leur commande, passée il y a déjà plusieurs mois à temps.

Et oui, je m’excuse de le répéter, mais consommer est encore l’ultime pouvoir que nous avons tous collectivement, et que tristement, nous n’utilisons que très rarement! Cependant cette année, votre choix est encore plus qu’important, il est primordial.

Certes, il ne faut pas se mentir, nous pourrions tous opter pour ladite «facilité» et faire nos achats en ligne ou chez les géants du commerce de détail que nous connaissons tous, cependant, afin de littéralement sauver des milliers de commerces locaux, nous pourrions aussi choisir d’exprimer notre support envers notre propre économie et prendre le temps de nous déplacer (oui, ça existe encore…) et allez faire nos achats dans une boutique ou un commerce indépendant de notre rue, quartier, ville…

Pour conclure, je vous invite fortement à vous informer sur cette crise de la chaîne d’approvisionnement. Vous réaliserez très rapidement que les entreprises locales, qui sont le poumon économique du Québec et qui engagent l’immense majorité de nos parents et amis représentent la véritable fierté du Québec inc. Certains sont en mode survie depuis des mois et il ne suffit bien souvent que de quelques dollars, ici et là, pour leur donner l’oxygène dont ils ont tous besoin afin de traverser cette crise.

À propos de ce blogue

Je me suis lancé en affaires quelques jours après avoir gradué de l’Université de Montréal en science politique. Un peu par hasard, beaucoup par folie, je suis devenu entrepreneur sans trop savoir ce qui m’attendait. Bien que ma première expérience en affaires fut catastrophique, je suis tombé en amour avec l’entrepreneuriat. Aujourd’hui, je suis à la tête d’un des plus grand producteurs de spiritueux et prêt-à-boire en Amérique du Nord et ce ne sont pas les projets qui manquent! Depuis novembre 2015, je partage chaque semaine ici mes idées, mes opinions et ma vision sur le monde des affaires et les sujets de société qui m’interpellent. Bienvenu dans mon monde!

Nicolas Duvernois

Sur le même sujet

Face à la crise Evergrande, Pékin baisse les taux et soutient l'immobilier

Il y a 50 minutes | AFP

Lors d'une réunion lundi, le bureau politique du Parti communiste chinois a annoncé son soutien au secteur immobilier.

Crise des approvisionnements: une solution 3D pour les PME manufacturières

02/12/2021 | François Normand

Une entreprise veut aider les PME manufacturières à s'approvisionner en petits lots de pièces grâce à l'impression 3D.

Blogues similaires

Mourir peut attendre…

26/11/2021 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Des échecs en affaires peuvent mener à des tragédies. Voici un exemple touchant.

Recyclage du textile: un bilan à en déchirer sa chemise

BLOGUE INVITÉ. L'industrie consomme beaucoup d’eau, de produits chimiques, en plus d'émettre du CO2 et de polluer l'eau.

L’entrepreneur Big Brother?

16/11/2021 | Valérie Lesage

BLOGUE INVITÉ. Les outils informatiques qui analysent le travail des employés pourraient causer des problèmes.