Utiliser des restes alimentaires pour faire des nettoyants biologiques

Publié le 09/06/2022 à 17:05

Utiliser des restes alimentaires pour faire des nettoyants biologiques

Publié le 09/06/2022 à 17:05

(Photo: Mélissa Jeanty pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. Vous êtes-vous déjà demandé si la composition chimique vos produits nettoyants est écoresponsable? Fondée par Nivatha Balendra en 2018, Dispersa utilise les déchets alimentaires pour développer une gamme de biosurfactants naturels qui remplacent les surfactants synthétiques. L’entreprise de Laval se donne la mission d’offrir un moyen économique aux marques d’atteindre leurs objectifs de développement durable en intégrant des composantes sans sulfate, sans huile de palme, biodégradable et non toxique à leur recette.

Nivatha Balendra a fondé Dispersa en 2018. (Photo: courtoisie)

Très sommairement, un surfactant a la fonction de disperser les particules d’huile et est généralement dérivé du pétrole ou de produits chimiques synthétiques. Les biosurfactants, eux, sont des surfactants à base biologique. En moyenne, la production mondiale de surfactants s’élève à 20 millions de tonnes et on les retrouve dans une multitude de produits comme les produits nettoyants, les cosmétiques et les produits d’hygiène personnelle. Plus simplement, ce sont les surfactants qui permettent l’émulsion du savon et des détergents au contact de l’eau. Les biosurfactants développés par Dispersa présentent donc une solution à très haut potentiel pour une grande variété d’industries, mais elle se concentre d’abord sur les produits nettoyants et les soins personnels.

Nivatha Balendra a toujours été passionnée par la science et son application aux enjeux de la société. Ses recherches sur les surfactants ont débuté à la suite du tragique accident ferroviaire de Lac-Mégantic en 2013. Elle était âgée de 17 ans, étudiante au cégep et la question de l’assainissement des sites contaminés par des déversements d’hydrocarbures la rendait perplexe. Alliant sa passion pour la science à son désir d’aider, elle s’est penchée sur la question et en a fait le sujet d’un projet dans le cadre d’une foire scientifique étudiante. Avec l’appui de nombreux professeurs, elle a pu étendre sa portée à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et a découvert comment des microbes pouvaient se nourrir de résidus alimentaires pour créer des biosurfactants. Cette découverte lui a permis de développer des partenariats avec des entreprises du secteur agroalimentaire pour valoriser leurs résidus et donc faire de Dispersa la première entreprise manufacturière de biosurfactants au Canada! Sans fournisseurs locaux, les entreprises canadiennes qui utilisaient des biosurfactants devaient se tourner vers les États-Unis ou l’Europe pour s’approvisionner. Ainsi, Dispersa offre une alternative intéressante qui réduit les coûts d’exploitation, en plus de réduire énormément l’empreinte écologique causée par le transport de ces biosurfactants.

Aujourd’hui, Dispersa occupe des locaux à Laval dans la Cité de la biotech. Elle compte sur une équipe grandissante de sept personnes et s’apprête à conclure d’importants partenariats qui élargiront considérablement sa portée. Elle est d’ailleurs toujours à la recherche d’entreprises agroalimentaires et de restaurants voulant revaloriser leurs déchets alimentaires et éviter ultimement qu’ils se retrouvent dans des sites d’enfouissement. Nivatha  a été lauréate du prix Jeune entrepreneur en démarrage du Québec au Gala Arista en 2020 et récipiendaire de plusieurs prix scientifiques tant au Canada qu’à l’étranger. Elle a été conférencière pour TEDx, reconnue comme leader en matière de durabilité par Pollution Probe Award et figure sur la liste des 30 jeunes de moins de 30 ans de Corporate Knights. Et dire que tout a commencé par un projet étudiant! Comme quoi les implications sociales et activités parascolaires doivent continuer d’être encouragées parce qu’ils permettent aux jeunes de découvrir des passions qui sauront les guider tout au long de leur vie.

 

 


À propos de ce blogue

Mona-Lisa Prosper est la directrice du programme de démarrage pour entrepreneur.e.s noir.e.s de Futurpreneur. Elle est aussi reporter à l’émission «Mise à Jour Montréal» de MAtv. Avocate de formation, elle cumule également de l’expérience en entrepreneuriat, en ressources humaines ainsi qu’en développement économique. Très impliquée dans sa communauté, elle est la présidente de la Jeune Chambre de Commerce des Femmes du Québec et siège à plusieurs autres conseils d’administration. Une fière ambassadrice de l’importance de la gouvernance inclusive, elle est aussi impliquée avec différentes organisations qui mettent en avant la diversité, l’équité et l’inclusion.

Mona-Lisa Prosper
Sujets liés

Entrepreneuriat

Sur le même sujet

Innovation Jugaad ou comment innover avec les moyens du bord

15/08/2022 | Olivier Laquinte

BLOGUE INVITÉ. Le mot hindi jugaad signifie savoir se débrouiller et trouver des solutions dans des conditions hostiles.

Vers une identification des entreprises détenues majoritairement par des femmes?

Des discussions sont en cours entre le gouvernement caquiste et le Réseau des femmes d’affaires du Québec.

Blogues similaires

Laisser toute sa place à l'audace

Édition du 15 Juin 2022 | Marine Thomas

BILLET. «Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.»

Décortiquer la dépendance à l'auto solo, un moteur de changement

27/07/2022 | Éliane Brisebois

BLOGUE INVITÉ. Anne-Sophie Gousse-Lessard et son équipe ont identifié trois profils d'automobilistes.

Arrêtez de jouer à la mascotte!

11/08/2022 | Dominic Gagnon

BLOGUE INVITÉ. Mieux vaut se départir d'employés qui ne sont pas motivés plutôt que trop tenter de leur plaire.