ESG: le facteur E a-t-il encore sa place?

Publié le 04/10/2022 à 15:00

ESG: le facteur E a-t-il encore sa place?

Publié le 04/10/2022 à 15:00

Bien souvent, le facteur environnemental éclipse le facteur social et le facteur de gouvernance. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Au sein des facteurs environnementaux et sociaux, ainsi que ceux liés à la gouvernance (ESG), le facteur E est sûrement celui qui possède la plus grande notoriété de la triade. Souvent associé aux changements climatiques, on pourrait même avancer que le facteur environnemental éclipse les deux autres.

Le facteur E comprend les différents éléments qui permettent de mesurer l’impact direct ou indirect de l’activité d’une entreprise sur l’environnement par le biais notamment des émissions de gaz à effet de serre (GES) et comment l’on tend vers la carboneutralité, la quantité d’énergie renouvelable, l’utilisation de l’eau dans les processus de production, le recyclage des déchets, le recours à l’économie circulaire, le respect de la biodiversité, son empiètement sur des écosystèmes terrestres ou marins sensibles et la prévention des risques (marées noires, contamination des nappes phréatiques, déchets toxiques, etc.). Loin de faire référence uniquement aux changements climatiques, ce facteur couvre quantité d’éléments dont l’importance variera selon les secteurs industriels ou les pays dans lesquels les entreprises exploitent leurs activités.

L’exigence de divulgation

Selon une étude effectuée par Millani sur la divulgation des données ESG par les sociétés de l’indice S&P/TSX, 81% des sociétés nommaient les changements climatiques dans au moins un de leurs documents réglementaires.

L’autre élément clé figurant dans les divulgations de données est la consommation d’eau et la gestion des eaux usées: 45% des rapports ESG traitaient de cet élément en 2019, soit une hausse marquée par rapport aux années précédentes. Un autre élément appelé à prendre plus de place dans les divulgations est certainement celui de la biodiversité. Parmi les émetteurs ayant publié un rapport ESG en 2020, 38% abordaient cette question.

Ce même rapport de Millani souligne par ailleurs que la majorité des entreprises de l’indice S&P/TSX ne présentaient pas d’information suffisante pour déterminer comment elles prévoient atteindre les nouveaux objectifs gouvernementaux de réduction des gaz à effet de serre de 40% à 45% d’ici 2030, par rapport au niveau de 2005, ou encore la hausse de la tarification du carbone à 170$ la tonne.

Force est de constater que les divulgations demeurent donc au stade d’un projet évolutif et qu’il reste encore beaucoup de chemin à parcourir.

Un facteur capital aux yeux des petits actionnaires

Si les investisseurs institutionnels expriment leurs vives préoccupations en ce qui concerne le facteur environnemental, on constate que les petits actionnaires emboîtent le pas. Au cours des dernières années, les propositions d’actionnaires qui abordent les questions environnementales ont été de plus en plus nombreuses et ont connu du succès sur les thèmes suivants: la biodiversité, le zéro déchet, l’économie circulaire et le vote consultatif sur le climat.

À cet égard, mentionnons que l’entreprise ferroviaire Canadien National a choisi d’implanter, après le dépôt d’une proposition d’actionnaire, un vote consultatif annuel non contraignant sur son plan d’action en matière de changement climatique en 2021. La même décision fut prise par le Canadien Pacifique. Le CA a en effet consenti à la tenue d’un vote consultatif sur l’approche en matière de changements climatiques à l’assemblée annuelle et extraordinaire des actionnaires de l’entreprise en 2021. Les actionnaires ont approuvé à 85% la résolution visant à tenir annuellement un tel vote, à compter de 2022. La Banque Laurentienne devrait également emprunter une voie similaire dans un avenir rapproché, à la suite également du dépôt d’une proposition d’actionnaire.

Le facteur E porte-t-il ombrage aux autres?

En mai dernier, le président de Tesla, Elon Musk, exprimait son vif mécontentement d’avoir été exclu de l’indice S&P500/ESG visant à évaluer la responsabilité sociale des organisations en raison des notes défavorables obtenues par Tesla dues à l’absence d’un plan de décarbonisation, aux allégations de racisme et des mauvaises relations de travail et à la tenue d’une enquête par la National Highway Transportation Safety Administration. Musk qualifiait cet indice de «démon incarné». Dans le style impétueux qu’on lui connaît, Musk a tweeté: «Exxon est classé parmi les dix meilleurs au monde pour les facteurs ESG par le S&P 500, tandis que Tesla ne figure même pas sur la liste!». Il renchérissait en écrivant que le concept «a été militarisé par de faux guerriers de la justice sociale…»

Cette réaction fulminante du célèbre milliardaire constitue un exemple de la perception que certains entretiennent en regard de l’importance du facteur environnement dans la triade ESG. La Banque des règlements internationaux qualifiait d’ailleurs de «sources intarissables de confusion» les résultats obtenus par le système d’évaluation ESG

Personnellement, je crois toujours que les facteurs ESG conservent globalement leur utilité pour évaluer la responsabilité sociale d’une organisation, soit un comportement environnemental, sociétal et de gouvernance qui soit équilibré.

À propos de ce blogue

Économiste, titulaire d’une maîtrise en administration des affaires, ainsi que d’une certification en gouvernance, Louise Champoux-Paillé se distingue par une carrière de pionnière dans le domaine des services financiers et professionnels, sa participation à plusieurs conseils d’administration et son engagement à la promotion de la saine gouvernance et de la représentation des femmes au sein des instances organisationnelles. Louise Champoux-Paillé a été présidente fondatrice du Bureau des services financiers, l’ancêtre de l’Autorité des marchés financiers. Elle enseigne la gouvernance et la gestion des risques à l’UQAM et a été nommée récemment co-directrice du Centre Lorenzetti (Université Concordia) dont l’objectif est de créer un carrefour d’expertise et de recherche durablement consacré aux femmes entrepreneuses et dirigeantes. À la recherche constante des nouvelles tendances en matière de gouvernance depuis quinze ans, Louise Champoux-Paillé parcourt quotidiennement différentes publications et études en accordant une attention particulière aux stratégies utilisées par les organisations pour intégrer les facteurs ESG dans leur vision, leur fonctionnement et leur plan de développement et ainsi répondre aux attentes des investisseurs, des actionnaires et de l’ensemble de leurs parties prenantes Louise Champoux-Paillé est membre de l’Ordre du Canada, chevalière de l’Ordre national du Québec, Fellow de l’ordre des administrateurs agréés du Québec et récipiendaire de prix de distinction de l’UQAM et de l’Université Laval. Elle a été admise au Cercle d’excellence de l’Université du Québec. Récemment, la médaille de l’Assemblée nationale du Québec lui était décernée pour l’ensemble de sa carrière.

Louise Champoux-Paillé
Sujets liés

ESG

Sur le même sujet

On réussit en affaires... en donnant!

30/11/2022 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Être un entrepreneur ce n’est pas uniquement vendre un produit, c’est aussi et surtout s’impliquer.

«L'énergie verte n'est pas encore au rendez-vous», dit Eric Reguly

25/11/2022 | Karl Moore

BLOGUE INVITÉ. «Il y a 20 ans, [l’énergie verte] se développait plus rapidement qu'aujourd'hui», observe le journaliste.

Blogues similaires

La nouvelle socialisation de l’économie chinoise

Édition du 09 Novembre 2022 | François Normand

ZOOM SUR LE MONDE. Le 20e congrès du Parti communiste chinois marque le déclin d’un modèle économique axé sur le privé.

Se donner les moyens de nos ambitions en alimentation

23/11/2022 | Éliane Brisebois

BLOGUE INVITÉ. La transition socioécologique des systèmes alimentaires du Québec nécessite des efforts collectifs.

Soyez prêts à faire face à une cyberattaque

BLOGUE INVITÉ. Les entreprises doivent mettre sur pied un cyberplan afin d'être prêtes en cas de cyberincident.