Warren Buffett : deux visions de l'investissement?

Publié le 06/02/2013 à 14:02, mis à jour le 06/02/2013 à 17:57

Warren Buffett : deux visions de l'investissement?

Publié le 06/02/2013 à 14:02, mis à jour le 06/02/2013 à 17:57

© Olgapshenichnaya | Dreamstime.com

BLOGUE. 

Lors d'un de nos récents blogues (cliquer ici pour visionner), un lecteur se questionna en ces termes : 

Bonjour, j'aimerais vous poser une autre question sur la manière de gérer son portefeuille. Vous est-il arrivé d'avoir le choix entre une entreprise d'exception à un bon prix et une entreprise banale à un prix incroyable ? Buffett dit qu'il faut prendre la meilleure entreprise même s'il faut attendre des années avant de voir le titre monter. Alors que pour la compagnie banale, il suffirait d'attendre quelques mois...C'est le choix qui se trouve devant moi. Que feriez-vous ?

 

Il s'agit d'une question fort pertinente, car le conseil que prodigue M. Buffett publiquement s'avère très valable. Investir dans des sociétés de qualité peut nous éviter bien des maux de tête. Toutefois, il arrive que l'on déniche une société qui ne se démarque point en termes de rentabilité, mais dont le prix est particulièrement alléchant. Devrait-on laisser passer systématiquement ces opportunités, et user de sagesse en demeurant investi dans les sociétés exceptionnelles?

 

En réalité, un investisseur qui scrute minutieusement toute la littérature disponible au sujet de Warren Buffett découvrira qu'il semble proférer deux discours différents. L'un s'adresse au grand public, et se veut un appel à la prudence et au gros bon sens. Ainsi, il met l'emphase sur la qualité des sociétés, l'investissement à long terme et sur le rapprochement entre les titres boursiers et les entreprises que ces derniers représentent. 

Blogues similaires

Bourse: la Fed souffle le chaud et le froid

BLOGUE. Le nouveau parcours des taux de la Fed est revenu hanter les marchés en passant par Londres.

Bourse: trois titres américains sous la loupe de François Rochon

30/09/2022 | Denis Lalonde

BALADO. L'indice S&P 500 se négocie à 16 fois les bénéfices prévus des 12 prochains mois, ce qui est trompeur.