Perdre 20% sans broncher, est-ce possible?

Publié le 31/08/2010 à 12:21, mis à jour le 31/08/2010 à 12:36

Perdre 20% sans broncher, est-ce possible?

Publié le 31/08/2010 à 12:21, mis à jour le 31/08/2010 à 12:36

BLOGUE.

Dans notre blogue précédent, un lecteur s'interrogeait sur les mécanismes du marché qui ont été mis en place afin d'éviter qu'un titre s'effondre de façon brutale en peu de temps. Le 6 mai dernier, on se rappellera que P&G (Procter & Gamble) a perdu plus de 30% en quelques minutes. Évidemment, le titre a rebondi aussi vite, mais en laissant derrière une vague d'inquiétude au niveau de la volatilité des cours boursiers.

Aimons-nous investir dans un environnement pareil? Et bien, cela n'a aucune importance quand on considère les titres comme des parts d'entreprises, et non des jetons de casinos qui fluctuent selon l'humeur des investisseurs. Le prix que vous voyez en bourse, c'est ce que les investisseurs en général sont prêts à payer, et non ce que cela vaut dans la réalité.

Il ne peut en être autrement.  Certains titres sont surévalués, alors que d'autres se transigent à escompte. Si la valeur boursière correspondait tout le temps à la valeur réelle, il serait presque impossible pour des investisseurs comme Warren Buffett de battre les marchés avec autant de régularité.

Nous avons un exemple pertinent en tête : Becker Milk Company, en décembre 2008. Le titre se transigeait à 5$, alors que nous avions payé 12$ lors de nos premiers achats. Le dividende annuel de 60 cents par action procurait 5% de rendement au départ, mais 12% de rendement pour les actions acquises à 5$.

À ce moment-là, notre plus grand désir était d'en acheter le plus que possible. Après avoir acquis des actions à 5$, nous espérions en avoir à 4$ (malheureusement, le titre avait déjà cessé sa chute). Et nous nous disions qu'à 3$, nous allions vendre tout ce que nous avions en portefeuille, afin de tout concentrer dans ce titre. Étions-nous fous, téméraires ou ignorants?

À vous d'en juger. Toujours est-il que nous avions fait nos devoirs. Nous connaissions la valeur municipale des dépanneurs que détenaient l'entreprise, après avoir fait une visite à l'hôtel de ville de Toronto, où nous pouvions consulter les régistres municipaux. C'est pourquoi nous ne songions pas à l'argent que nous avions perdu depuis le début : nous préférions voir ce titre plonger afin de nous donner l'opportunité d'en acheter toujours plus. Et nous avons été bien récompensés sur ce titre : 5 mois plus tard, l'entreprise versa un dividende spécial de 2,00$ par action en sus du dividende régulier de 30 cents, soit un rendement de 46% pour les actions acquises au coût de 5$.

Pourquoi les investisseurs n'aiment pas la volatilité? C'est simplement parce qu'ils ne considèrent pas leurs actions comme étant des parts d'entreprises. Si un groupe d'investisseurs désirent ne plus voir Procter & Gamble fluctuer, ils n'ont qu'à acheter l'entreprise en entier! En devenant privée, elle ne serait plus cotée à la bourse, et hop! Comme par magie, finie la volatilité! Leur attention serait plutôt concentrée sur les profits de la compagnie, uniquement. Et nous parions fortement qu'ils penseraient à long terme. Les propriétaires d'entreprise n'ont pas l'habitude de se débarrasser de leur fonds de commerce dès la moindre petite inquiétude!

Voir les actions comme des parts d'entreprise, c'est adopter la philosophie de Benjamin Graham ainsi que celle de Warren Buffett. Autrement, on est constamment à la merci de l'humeur de M. Marché.

De façon générale, plus nous sommes sûrs de la valeur réelle d'un titre, moins nous sommes inquiétés par sa chute. À l'inverse, moins nous connaissons bien l'entreprise et ses risques, plus nous sommes inquiets lorsque le titre fluctue à la baisse (c'est le cas notamment pour les entreprises sur lesquelles il nous manque des informations pertinentes, comme BCB Holdings!).

 Nous croyons que cela résume bien le problème! 

À propos de ce blogue

Patrick Thénière et Rémy Morel sont associés et gestionnaires de portefeuille chez Barrage Capital, une firme montréalaise de gestion d'actifs. www.barragecapital.com

Les investigateurs financiers

Blogues similaires

Bourse: la Fed souffle le chaud et le froid

Mis à jour à 09:33 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le nouveau parcours des taux de la Fed est revenu hanter les marchés en passant par Londres.

Bourse: éviter le piège de vouloir investir au creux

23/09/2022 | Denis Lalonde

BALADO. Le pire réflexe pour les invetisseurs serait de tenter de deviner quand le creux boursier surviendra.