L'humeur changeante d'un analyste sur Apple

Publié le 14/02/2015 à 12:29, mis à jour le 15/02/2015 à 10:32

L'humeur changeante d'un analyste sur Apple

Publié le 14/02/2015 à 12:29, mis à jour le 15/02/2015 à 10:32

(Photo: Bloomberg)

Le titre d'Apple (AAPL-Q) est souvent cité dans les manchettes ces temps-ci, avec un ton nettement positif. Nous nous rappelons qu'il n'y a pas si longtemps, le pessimisme régnait. Avec un gain en Bourse de plus de 60% en un an, il devient plus facile de s'emballer. Le cas de l'analyste Alex Gauna de JPM Securities s'avère éloquent. 

En août 2011, il émit ces commentaires au sujet d'Apple: «Cela ne peut pas s'améliorer. C'est le début de la fin». À l'époque, le titre se transigeait dans les 50$, en tenant compte du fractionnement de 7 pour 1 qui survint en juin 2014. Notons qu'à peine un an plus tard, le titre avait presque doublé. 

Au mois d'avril 2014, suite à l'annonce du fractionnement, M. Gauna recommanda de miser sur les fournisseurs d'Apple plutôt que sur la société elle-même, pour obtenir une meilleure diversification. Il nomma les sociétés ARM Holdings et Skyworks Solutions, ainsi que Knowles. Un investisseur aurait pu décider alors d'investir un tiers du montant qu'il détenait dans Apple dans chacun de ces titres à la place. Il aurait aujourd'hui engendré un gain de 19%. Le titre d'Apple a quant à lui procuré un rendement de 68% sur la même période (dividendes inclus)!

Un important changement d'humeur

À propos de ce blogue

Patrick Thénière et Rémy Morel sont associés et gestionnaires de portefeuille chez Barrage Capital, une firme montréalaise de gestion d'actifs. www.barragecapital.com

Les investigateurs financiers

Blogues similaires

Derrière le chaos des marchés, le retour à la normale?

Mis à jour le 30/06/2022 | Dominique Beauchamp

BLOGUE. Le stratège James Paulsen observe un lent retour à la normale que les investisseurs ne perçoivent pas encore.

Bilan mi-année: les marchés boursiers ont traversé une «tempête parfaite»

01/07/2022 | Denis Lalonde

BALADO. Le S&P 500 a connu, au cours des six premiers mois de 2022, son pire début d'année depuis 1962.