AIG : des dangers apparemment indécelables?

Publié le 27/04/2013 à 12:06, mis à jour le 27/04/2013 à 12:28

AIG : des dangers apparemment indécelables?

Publié le 27/04/2013 à 12:06, mis à jour le 27/04/2013 à 12:28

Au 31 décembre 2007, ce ratio atteignait 10. Le portefeuille d'investissement comprend tout ce qui génère des revenus. Dans le cas d'AIG, les actifs de transport aérien servant à la location y étaient présents, ce qui gonfla quelque peu le ratio. Toutefois, nous jugeons que ce genre d'actif s'avère risqué. Il n'est pas étonnant que les compagnies aériennes soient régulièrement affligées financièrement. Certes, elles oeuvrent dans un domaine cyclique, mais tout comme dans bien des domaines où on doit effectuer de gros débours pour croître les opérations, ces compagnies empruntent beaucoup pour acquérir des nouveaux appareils. Ces emprunts les rendent vulnérables au moindre revirement négatif. 

Le ratio de levier d'AIG atteignait donc 10, mais il n'était que de 7,5 quelques années plus tôt. Aujourd'hui, il s'élève à 4,6. 

Un autre indice aurait dû semer des doutes : la complexité du bilan. Au 31 décembre 2007, on y retrouvait 28 postes différents du côté des actifs, contre 17 aujourd'hui. Or, on pourrait penser que la société jouissait d'une belle diversification. Nous voyons les choses autrement : elle révèle plutôt la complexité des opérations, ce qui augmente les risques globaux. 

Étant donné l'environnement macroéconomique dans lequel étaient plongés les États-Unis à l'époque, il fallait faire preuve de prudence. Autrement dit, en tant qu'investisseur, on devait exiger un ratio de levier ''plus bas'' qu'en temps normal. Or, celui-ci affichait des niveaux record. 

Jamais un rapport annuel n'indiquera noir sur blanc que la société prend trop de risques. Dans le cas des financières, la tâche présente de bons défis, car on peut difficilement analyser les ententes de contrats émis entre la société et ses contreparties. On doit donc user de son jugement, et tenter de déceler tout indice afin d'obtenir un doute raisonnable. Dans le cas d'AIG, nous sommes convaincus qu'il existait assez d'éléments pour exprimer ce doute. 

 

Au sujet des auteurs du blogue : Patrick Thénière et Rémy Morel sont propriétaires de Barrage investissement privé, une firme montréalaise de gestion d'actifs. www.barragecapital.com

À propos de ce blogue

Patrick Thénière et Rémy Morel sont associés et gestionnaires de portefeuille chez Barrage Capital, une firme montréalaise de gestion d'actifs. www.barragecapital.com

Les investigateurs financiers

Blogues similaires

Bourse: la Fed souffle le chaud et le froid

BLOGUE. Le nouveau parcours des taux de la Fed est revenu hanter les marchés en passant par Londres.

Bourse: éviter le piège de vouloir investir au creux

23/09/2022 | Denis Lalonde

BALADO. Le pire réflexe pour les invetisseurs serait de tenter de deviner quand le creux boursier surviendra.