Les mesures sanitaires étouffent le tourisme d'affaires

Publié le 09/09/2021 à 13:04

Les mesures sanitaires étouffent le tourisme d'affaires

Publié le 09/09/2021 à 13:04

«À l’aube de la saison des événements d’affaires, il nous apparaît urgent que la Santé publique révise sa position et adopte enfin une position cohérente et justifiée envers notre secteur.» (Photo: Chuttersnap pour Unsplash)

 

Un texte signé par une trentaine d’acteurs économiques de l’industrie dont la liste se trouve ci-dessous

  

COURRIER DES LECTEURS. Nous l’avons maintes fois répété, l’industrie touristique a été l’un des secteurs économiques les plus touchés par la pandémie. Alors que les gouvernements ont mis en place certains programmes, le tourisme d’affaires peine encore à se relever. Au cours des derniers mois, comme tous les Québécois, nous avons fait preuve de résilience et de créativité pour passer à travers cette période de crise et assurer les emplois et la survie de nos entreprises.

Avant la crise, notre secteur représentait 40 % des retombées économiques touristiques montréalaises et plus de 33 % pour l’ensemble du Québec. En 2017, 1,5 million de visiteurs hors Québec ont séjourné par affaires, pour des dépenses touristiques de 877 millions et 5,1 millions de nuitées.

Sur le marché intra-Québec, ce sont 7,6 millions de visiteurs qui se sont déplacés, générant 4 millions de nuitées et des dépenses de 962 millions. Sans compter les quelque 27 000 emplois directs et indirects qui s’y rattachent. Les chiffres sont éloquents: les rencontres d’affaires sont essentielles à la fois pour les entreprises elles-mêmes et pour l’activité touristique du Québec.

 

Des obstacles importants à la relance du secteur 

Au moment où l’on commence à insuffler de l’air à certains secteurs, leur permettant de se relever, les règles en vigueur nous coupent directement l’herbe sous le pied. Même si le secteur des expositions a aujourd’hui eu gain de cause, celui-ci ne représente qu’une partie de notre industrie, et un secteur majeur de notre métier reste encore trop restreint : celui des conférences et des congrès. Une reprise nous est quasi impossible à l’heure actuelle. Cela, alors que le taux de vaccination et les mesures comme le passeport vaccinal visent précisément à assurer la continuité d’activités comme les nôtres.

Nous y voyons une contradiction : en quoi une rencontre d’affaires encadrée pose-t-elle plus de risques qu’un concert, un festival ou une rencontre sportive ? Les capacités d’accueil autorisées pour les événements d’affaires, les formations, les conférences ou congrès nous semblent incohérentes avec celles d’autres secteurs.

La santé publique du Québec limite la capacité d’accueil d’un événement majeur comme C2 Montréal à 500 personnes au maximum à l’extérieur ou 250 à l’intérieur. Pour une même personne assistant au spectacle d’un chansonnier ou à une performance sportive professionnelle, la capacité va pourtant jusqu’à 15 000 personnes à l’extérieur.

Des exemples comme celui-ci, dans le monde des événements d’affaires, il y en a des centaines. Pensez à toutes les conférences, les symposiums, les congrès organisés autant par des organisations privées, d’ici et d’ailleurs, que des associations ou regroupements québécois d’importance. Nombreuses sont ces organisations, aujourd’hui, à ne plus savoir où donner de la tête.

 

 

La saison des événements d’affaires devrait débuter 

Cette approche nous semble totalement incohérente. Comment la santé publique et le gouvernement expliquent-ils le traitement différent de ces deux types de rassemblement ? D’autant plus que les événements d’affaires se déroulent dans des environnements hautement contrôlés.

À l’aube de la saison des événements d’affaires, il nous apparaît urgent que la Santé publique révise sa position et adopte enfin une position cohérente et justifiée envers notre secteur.

Notre industrie, comme toutes les autres, saura suivre les recommandations afin d’assurer la santé et la sécurité des participants et de nos employés comme nous l’avons fait jusqu’ici. Mais nous vous demandons de nous entendre et d’assurer une cohérence dans les règles en place, permettant enfin d’entamer la relance d’un secteur économique structurant.

 

 

Les signataires

Jacques-André Dupont, président et chef de la direction, C2

Michel Bourdon, directeur développement des affaires, MCI Montréal, Membre du comité de pilotage du RIEA

Caroline Lepage, Vice-présidente exécutive, Agora Opus3, Membre du comité de pilotage du RIEA

Brudis Limar, Head of Revenue, e180, Membre du comité de pilotage du RIEA

Pierre Marcoux, Président, Groupe Contex, Membre du comité de pilotage du RIEA

Stéphane Martel, président-directeur général, Yulism, Membre du comité de pilotage du RIEA

Stéphane Morin, Vice-président exécutif et copropriétaire, Groupe ABP, Membre du comité de pilotage du RIEA

Francis Aubin, Fonadateur, Les productions Créative Lab Inc

Raymond Bachand, Président, Conférence économique de l’industrie touristique québécoise

Martin Blanchard, Président, Expert’ease

Réal Boissonneault, Président, Autocar Excellence

David Carrier, Président Agnus Dei et Avec Plaisirs traiteur, Vice-Président de l’Association des Traiteurs professionnels du Québec

Guillaume Cloutier, Directeur général, Steel Space

Marjolaine de Sa, Directrice générale, Association hôtelière de la région de Québec

Jean-Paul de Lavison, Président, JPdL international

Denis Dessureault, Vice-président exécutif, Salon International de l’Auto de Montréal

Stéphane Dumont, Président, Fanslab

Philippe Dupont, Directeur régional Québec, Encore

Christiane Germain, CoPrésidente et cofondatrice du Groupe Germain

Elyna Kudish, Propriétaire, Planificatrice en chef, Elyna Kudish Events

Paule Labelle, Co-Fondatrice, Cavarose

Marie-France Lajoie, Présidente, Zeste Meetings & Incentives

Frédéric Lavoie, Frédéric Lavoie, propriétaire, Frédéric Lavoie photographe événementiel

Michel Leblanc, Président et chef de la direction, Chambre du Montréal Métropolitain

Geneviève Leclerc, Présidente et directrice générale, Meet4Impact

Andrew Lockhead, Chef de la direction et Cofondateur, Stay22

Thierry Marlier, Vice-Président Développement des Affaires, Altitude C

Maxime Martin, PDG, Agency M5

Helene Mazoyer, Présidente, Événements à Ciel ouvert

Gilber Paquette, directeur général, Tourisme d'Affaires Québec

Sébastien Pelland, Président fondateur, Kumpanni créateur d’événements

Xavier Poncin, Directeur général, Expo Canada France, Président, Association des professionnels en exposition du Québec

Yves Lalumière, Président-directeur général, Tourisme Montréal

Claudine Roy, C.M. C.Q. Auberge sous les arbres

Sébastien Vermette, Associé, Axe média

Carl Vosko, Président, Celebrations group

À propos de ce blogue

La réaction de Les Affaires réserve cet espace aux lecteurs qui voudraient réagir aux textes d’opinions et d’analyse publiés sur son site internet par ses chroniqueurs et ses experts invités. Seuls les textes respectueux et clairement argumentées seront considérés. Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs. Les personnes souhaitant publier une lettre d’opinion dans la rubrique Forum sont invitées à soumettre leur texte à redactionlesaffaires@groupecontex.ca

Sur le même sujet

Manifs antivaccins près des écoles et hôpitaux: Québec va déposer une loi spéciale jeudi

22/09/2021 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

L’objectif de la loi spéciale est de permettre aux policiers de donner des amendes aux manifestants.

À la une: trouver de nouvelles façons de s'approvisionner

Édition du 22 Septembre 2021 | Les Affaires

La pandémie a enrayé la machine bien huilée qu’étaient les chaînes logistiques mondiales...