La gestion ascendante, ou l'art d'être dans les bonnes grâces du patron (1)

Publié le 09/09/2021 à 15:16

La gestion ascendante, ou l'art d'être dans les bonnes grâces du patron (1)

Publié le 09/09/2021 à 15:16

(Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. Dans la plupart des postes au bas de l’échelle, la «gestion ascendante» ou la gestion de votre supérieur fait partie intégrante de l'avancement de votre carrière.

On peut cultiver cette compétence grâce à des interactions, des indices sociaux et des observations. Sans surprise, ce muscle s'entraîne mieux dans un espace de travail actif et en personne.

Cependant, avec l'apparition de la pandémie de COVID-19, la plupart des formes de sérendipité professionnelle ont disparu d'une journée de travail typique, chaque interaction étant désormais filtrée par une lumière bleue, une webcam et un microphone.

Avec l'arrivée des vaccins, de nombreux employés ont hâte de reprendre le rythme du métro-boulot-dodo, mais le retour au travail en personne pourrait être plus tardif que prévu (si jamais il a lieu).

Dans une enquête menée par le McKinsey Global Institute, 278 des chefs d'entreprise du monde entier ont déclaré qu'ils avaient l'intention de réduire de plus de 30 % les espaces de bureaux.

Une chose est donc claire: le travail à distance (ou une forme de travail à distance, du moins) ne sera pas délaissé de sitôt. Alors, comment continuer à construire et à gérer des relations derrière un écran ?

Pour mieux comprendre comment la relation et les échanges entre un employé et son gestionnaire ont changé dans le lieu de travail virtuel, nous avons interrogé 20 employés et une poignée de cadres en Amérique du Nord et en Europe.

Nous nous sommes concentrés sur l'industrie technologique, un secteur qui a mis en place et adopté le travail à distance avec une extrême efficacité. Grâce aux expériences de travail de ces répondants dans certaines des entreprises les plus en vue du secteur, comme Google, Facebook et Microsoft, nous avons identifié quelques pistes universelles pour aider à améliorer ses techniques de communication et à gérer efficacement cette relation.

 

1) Étudiez votre supérieur immédiat 

Mary Abbajay, présidente et fondatrice du Careerstone Group, souligne l'importance d'étudier son gestionnaire et d'apprendre à s'adapter à son énergie. Un cadre extraverti se déplace activement dans le bureau, demande l'avis des autres et crée une énergie que vous pouvez simplement ressentir, tandis qu'un cadre introverti respire le calme, réfléchit avant de parler et se concentre sur la profondeur de la conversation.

Avant la pandémie, on pouvait mesurer ces indicateurs par des rencontres formelles et informelles au bureau chaque jour. À distance, il est encore plus difficile d’étudier et d’apprendre à connaître la personnalité de votre supérieur, mais c'est en surmontant cette embuche que vous pourrez vous démarquer en tant qu'employé très performant.

Ke, une employée de Microsoft récemment diplômée nous a expliqué qu’elle a pris l'initiative d'organiser de «fréquents entretiens individuels» avec son patron, non seulement pour s'assurer qu'ils étaient sur la même longueur d'onde, mais aussi pour interagir avec lui en dehors d'un cadre collectif. Elle est ainsi en mesure d'évaluer son approche de travail, les habitudes et le comportement de son supérieur, ce qui l'aide à améliorer sa relation avec lui tout en s'adaptant à son style de travail. 

Ke a souligné qu'en veillant à ce que ces réunions soient courtes et davantage axées sur l'établissement d'une relation, votre cadre pourra en apprendre davantage sur vous et sur les difficultés personnelles que vous rencontrez, ce qui, avec le temps, permet d'établir une relation de confiance solide.

Arjun, un gestionnaire chez Facebook, a eu une réflexion similaire : « Il a été difficile de suivre [l’état de mes employés], alors j'apprécie vraiment quand quelqu'un prend le temps de prévoir une rencontre à mon calendrier pour discuter... Je sais que j'ai définitivement laissé ce genre de réunions passer à travers les mailles du filet depuis le début de la COVID-19. »

De part et d'autre, le verdict est clair: prenez le temps d'apprendre à connaître votre patron. N'ayez pas peur de prévoir une conversation rapide de 15 minutes au hasard.

En sachant comment il communique, individuellement et en groupe, en connaissant ses heures de travail et ses heures de repos (ce qui est encore plus important dans un environnement distant) et en vous adaptant à son comportement ce jour-là, vous jetterez les bases d'une relation confortable, naturelle et mutuellement bénéfique.

 

2) Prévoyez des rendez-vous avec votre patron

Avant la pandémie, les rencontres informelles au bureau ajoutaient non seulement du piquant à la journée, mais constituaient également un élément très important de la construction des relations.

Selon la Dr Marlene Neill de l'Université Baylor, que ce soit dans le couloir, dans la file d'attente pour le café ou dans le gymnase de l'entreprise, trouver des moments pour établir une connexion informelle avec un supérieur était extrêmement important.

Cela permettait de combler le fossé entre le cadre et son employé, et contribuait à ce qu'elle appelle des « coalitions informelles » qui impliquent des niveaux de soutien mutuel. Mais comment créer un tel scénario à travers un écran ?

Kyle Rubenok, responsable de programme chez Microsoft, a fait part de son expérience pendant et avant la pandémie, étant donné que son cadre a toujours résidé dans un autre État. « Nous ne nous sommes jamais rencontrés en personne. J’ai constaté que la mise en place de rencontres qui recréaient le fait de passer dans le bureau de quelqu'un nous a aidés à devenir assez confiants l'un envers l'autre. Cela peut être difficile à réaliser, mais lorsque cela fonctionne, c'est vraiment gratifiant», dit-il.

Le virtuel offre la possibilité de communiquer plus fréquemment et de manière plus ciblée que jamais auparavant, et en tirer parti de la bonne manière peut faire des merveilles.

Kyle n'est pas le seul à partager ce point de vue: Jennifer, une développeuse de logiciels chez Google, nous a mentionné que lorsqu'elle prévoit du temps avec son patron pour «discuter», cela contribue à éliminer une partie côté «sérieux» que peuvent prendre les appels Zoom entre employés et patron quand on n’a plus ces moments conviviaux comme les 5 à 7 ou les conversations informels au bureau. Il est important d'établir ce lien, et montrer à votre supérieur que vous êtes prêt à investir du temps dans votre relation, surtout en période d'isolement social. Cela peut vraiment faire la différence.

 

Plus de conseils 

Les troisième et quatrième conseils sur la gestion de votre patron consistent à tenir votre cadre au courant et à demander continuellement de la rétroaction.

Vous en saurez plus sur ces autres suggestions de gestion dans la deuxième partie de cette série consacrée à la génération Z, la semaine prochaine.

 

Karl Moore et Youcef Sahnoune. Karl est professeur agrégé dans la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill et Youcef est étudiant à l’université McGill.

 

À propos de ce blogue

Chaque semaine, Karl Moore, professeur agrégé à la Faculté de gestion Desautels de l’Université McGill, s’entretient avec des dirigeants d’entreprise de calibre mondiale au sujet de leur parcours, les dernières tendances dans le monde des affaires et l’équilibre travail-famille, notamment.

Karl Moore

Sur le même sujet