La folie des mèmes fait son grand retour!

Publié le 15/05/2024 à 10:18

La folie des mèmes fait son grand retour!

Publié le 15/05/2024 à 10:18

Qu’est-ce qui motive cette nouvelle frénésie?

 

Tout d’abord il faut savoir que la frénésie des transactions sur les mèmes est détachée de la santé fondamentale de l’entreprise sur laquelle les investisseurs parient.

Ensuite, force est de constater que ces mouvements font écho à une tendance apparue au plus fort de la pandémie, lorsque les transactions boursières étaient facilitées par des applications à bas prix comme Robinhood.

À l’époque, le négoce d’actions était attribué à des investisseurs amateurs confinés chez eux, dépensant des chèques de relance, en croisade pour renverser Wall Street qui, selon eux, avaient truqué le système financier à leur détriment.

 

 

Pourtant, même si les restrictions liées à la pandémie ont été levées, les actions mèmes continuent d’attirer l’attention.

Après avoir fait profil bas depuis plusieurs mois alors que la tendance était tirée par les grandes capitalisations boursières, les investisseurs des mèmes sont également revenus sur le marché «flairant la bonne affaire».

 

Juste une illusion

Si on prend le cas emblématique de Bed Bath & Beyond, on a constaté que les actions cotées de la société (qui est radiée de la cote aujourd’hui) avaient progressé à un tel point qu’ils ont créé l’espoir que la société pourrait lever des fonds en émettant de nouvelles actions à ces prix «artificiels». Mais cela ne s’est pas produit.

 

 

De nombreux autres détaillants de briques et de mortier ont été liquidés devant le tribunal des faillites ces dernières années, notamment Toys «R» Us (radié de la cote aussi). Sears (aussi… radiée!) a été réduit en miettes par le tribunal des faillites. Les détaillants de briques et de mortiers surendettés et déficitaires sont notoirement difficiles à restructurer devant le tribunal des faillites, et la plupart d’entre eux finissent par être liquidés.

Et pourtant, les dépôts de bilan ont incité la foule des investisseurs en mèmes à enchérir sur les actions des entreprises après leur dépôt de bilan, dans l’espoir, de pouvoir au moins vendre ces actions.

Rappelons que les détenteurs d’obligations non garanties émises par les détaillants n’obtiennent généralement rien ou presque au tribunal des faillites. Les seuls à pouvoir bénéficier d’un quelconque gain sont ceux qui ont réussi (avec un risque non négligeable) durant les phases de volatilité à «capturer» un écart entre l’achat et la vente.

 

Quelles sont les actions mèmes?

Le type de cibles des mèmes reste le même qu’au plus fort de l’engouement. En général, l’accent est mis sur les sociétés dont le nombre d’actions en circulation est faible — ce qui facilite la volatilité sur les prix — ou sur les entreprises en difficulté contre lesquelles les investisseurs traditionnels ont parié.

Se rassemblant sur des plateformes de médias sociaux comme Reddit, les investisseurs des mèmes cherchent à faire grimper le prix de l’action, à punir ceux qui ont parié sur la disparition de leurs entreprises favorites et à se venger de ce qu’ils considèrent comme l’establishment.

Mais pas seulement. En effet, un nouveau phénomène est en train de voir le jour : des investissements sur des entreprises établies, mais qui pourraient connaître une forte volatilité telles que Tesla, Nvidia, AMD ou encore… AliBaba!

En détail, les titres les plus suivis par la communauté Reddit sont :

• GameStop • Virgin Galactic • BlackBerry • Sundial Growers • Beyond Meat • Nikola • Rivian • SunPower • AMC Entertainment • Tesla • AliBaba

 

 

Synthèse

Alors que l’on croyait la «communauté Reddit» morte et enterrée après l’euphorie de 2020 et de 2022, les investisseurs en mèmes sont de retour. Cette fois c’est cependant quelque peu différent puisqu’ils s’intéressent de plus en plus à des sociétés qui ne sont pas forcément au bord de la faillite. Leur influence pourrait être de plus en plus importante. Attention au FOMO (fear of missing out)!

 

 

Ce texte est tiré de l’infolettre quotidienne de John Plassard, gracieuseté de Mirabaud

 

** Veuillez prendre note que les visuels de notre expert sont présentés en anglais à titre informatif et ne peuvent être traduits par notre équipe. Merci de votre compréhension.

 

À propos de ce blogue

John Plassard a commencé sa carrière en 1998 chez Exane BNP Paribas en tant que co-responsable des actions. Il a ensuite pris la direction du courtier français Louis Capital Market à Genève. John Plassard est actuellement directeur chez Mirabaud Banque depuis 2012. Expert en macroéconomie avec plus de 25 ans d’expérience sur les marchés financiers, John Plassard est l’auteur du «Morning Insight» de Mirabaud et un contributeur reconnu des médias internationaux (CNBC, «Bloomberg», «Wall Street Journal», «Financial Times», etc.). Il anime chaque jour une émission économique sur la chaîne de télévision française BFM. Spécialiste de l’économie américaine, où il a passé de nombreuses années, il a publié plusieurs ouvrages.

John Plassard

Sur le même sujet

Bourse: les gagnants et les perdants du 14 juin

Mis à jour le 14/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Voici les titres d'entreprises qui ont le plus marqué l'indice S&P/TSX aujourd'hui.

À surveiller: Tesla, AtkinsRéalis et Alithya

14/06/2024 | Charles Poulin

Que faire avec les titres Tesla, AtkinsRéalis et Alithya? Voici des recommandations d’analystes.

OPINION Bourse: les gagnants et les perdants du 13 juin
Mis à jour le 13/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
Bourse: les gagnants et les perdants du 12 juin
Mis à jour le 12/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne
Bourse: les gagnants et les perdants du 11 juin
Mis à jour le 11/06/2024 | LesAffaires.com et La Presse Canadienne

Blogues similaires

Banque du Canada: jusqu'à cinq baisses de taux d'ici juin 2025

14/06/2024 | Denis Lalonde

BALADO. Les données américaines sur l’inflation pourraient conforter la Banque du Canada dans ses baisses de taux.

L'éloge de la lenteur

14/06/2024 | Philippe Leblanc

EXPERT INVITÉ. Même si on prend des vacances, nos sociétés n’arrêtent pas de travailler pour nous.

Une baisse des taux retardée?

21/05/2024 | Pierre Cléroux

EXPERT. Si plusieurs craignent une telle situation, il n’y a pourtant pas lieu de s’en inquiéter.