RSE: qu'attendez-vous pour vous doter d'une prime de durabilité?

Publié le 27/10/2021 à 14:31

RSE: qu'attendez-vous pour vous doter d'une prime de durabilité?

Publié le 27/10/2021 à 14:31

L’exemplarité des leaders pave la voie à la transformation vers une culture progressiste. (Photo: 123RF)

BLOGUE INVITÉ. La crise sanitaire a donné de l’ampleur à l’élan mondial en faveur du mouvement pour la responsabilité sociétale des entreprises (RSE). Ce mouvement milite pour que les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes.  

En adoptant des pratiques plus éthiques et plus durables dans leur mode de fonctionnement, les entreprises contribuent ainsi à l’amélioration de la société et à la protection de l’environnement.

Dans sa lettre annuelle, Larry Fink, PDG de BlackRock : «Plus votre entreprise pourra témoigner de son ambition de créer de la valeur à la fois pour ses clients, ses collaborateurs et les collectivités au sein desquelles elle exerce ses activités, plus elle sera en mesure d’être compétitive et de générer des bénéfices durables pour ses actionnaires.»  Il qualifie le tout d’une « prime de durabilité » sur la longévité de l’entreprise. 

Les entreprises qui intègrent la RSE avec succès ont mis en place certaines conditions préalables, dont les suivantes: 

 

1. Leadership

Une démarche portée par des leaders qui y croient vraiment, s’engagent sincèrement et allouent les ressources nécessaires pour permettre une mise en œuvre efficace. L’exemplarité des leaders pave la voie à la transformation vers une culture progressiste.

 

2. Alignement

Une démarche pérenne et cohérente avec la stratégie d’affaires.

 

3. Gouvernance

Un CA qui est gardien de la démarche et de la stratégie RSE. Il la protège et s’assure de son respect. Il exerce un rôle de surveillance sur l’accomplissement de la stratégie RSE et des risques associés.

 

4. Conformité

Une démarche qui se déploie dans le respect des obligations légales et règlementaires.

 

5. Imputabilité

Des leaders qui s’engagent envers les parties prenantes et rendent compte des impacts de l’entreprise sur la société, l’économie et l’environnement. Dans cette perspective, le concept de parties prenantes est beaucoup plus large que les employés, les fournisseurs, les actionnaires, les clients.

 

6. Transparence

Des leaders qui communiquent ouvertement des informations précises et fiables sur les impacts des activités de l’entreprise dans la société.

 

7. Éthique

L’éthique commande de prendre pleinement conscience de l’impact de ses actions et des conséquences sur la société. Les leaders sont les premiers ambassadeurs des valeurs de l’entreprise en adoptant un comportement éthique irréprochable.

 

8. Reconnaissance des intérêts des parties prenantes

Des leaders qui reconnaissent et prennent en compte les intérêts des parties prenantes internes et externes. L’établissement d’une relation de confiance avec les parties prenantes nécessite un dialogue sincère, fluide et ouvert.

 

9. Risques

Les risques sont indissociables de la responsabilité assumée. L’impact d’un manquement à cette responsabilité peut être lourd de conséquences notamment sur la réputation. La prise en compte des risques liés aux engagements RSE permet de prendre des décisions avisées et de protéger le patrimoine de l’entreprise.

 

10. Performance multidimensionnelle

L’engagement en RSE exhorte à revoir la notion de performance, la prise de conscience qu’elle n’est plus strictement financière. Elle intègre dorénavant l’impact de l’entreprise sur ses parties prenantes.

 

Plusieurs outils et certifications sont disponibles afin de mieux structurer les efforts des entreprises et leur bilan d’impact.

Quels que soient les choix effectués, ce qui importe est d’adopter des cibles et des actions concrètes qui permettront de bien mesurer et de rendre compte de façon transparente de l’impact positif de l’entreprise sur son écosystème.

Idéalement, la stratégie RSE devrait faire partie de l’ADN et non constituer un plan stratégique distinct de la stratégie d’affaires. Alors, qu’attendez-vous pour doter votre entreprise de cette « prime de durabilité »?

 

Cet article a été rédigé en collaboration avec Me Marie-France Veilleux, conseillère exécutive, porteuse de l’expertise RSE, chez Brio, boutique de management.

À propos de ce blogue

Passionnée de gouvernance, Joanne Desjardins cumule plus de 20 ans d’expérience. Elle est avocate, membre de l’Ordre de CRHA, certifiée en gouvernance (ASC et C. Dir.) et détentrice d’un MBA. Elle est associée chez Brio conseils et responsable du bureau de Québec. Son expertise est reconnue en stratégie, gouvernance et gestion des risques. Propulsée par son énergie contagieuse, elle carbure aux défis. À l’affût des tendances, elle s’abreuve d’idées nouvelles et partage ses réflexions dans le cadre de ce blogue destiné à la gouvernance.

Joanne Desjardins

Sur le même sujet

Les fondations doivent verdir leurs placements, plaide Karel Mayrand

Près de 92 milliards $ sont gérés pour le compte de fondations canadiennes.

Siège de l'ISSB: prix de consolation pour Montréal

La mission de l’ISSB sera d’établir les normes régissant la divulgation par les entreprises des informations ESG.

Blogues similaires

Nationaliser l’hydrogène vert serait une mauvaise idée

04/12/2021 | François Normand

ANALYSE. L'industrie n'a pas de problème, et on se priverait de capitaux privés, en plus d'assumer tous les risques.

On exige plus des administrateurs des OSBL en philanthropie

22/12/2020 | Jean-Paul Gagné

BLOGUE. Cette responsabilité est encore plus cruciale et exigeante pour les organismes oeuvrant en philanthropie.