Devenir l'employeur que tout le monde cherche

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Janvier 2022

Devenir l'employeur que tout le monde cherche

Offert par Les Affaires


Édition du 19 Janvier 2022

(Photo: Brooke Lark pour Unsplash)

EXPERTE INVITÉE. La pénurie de main-d’œuvre persistera en 2022. Ce défi de recrutement et de fidélisation des employés limite la croissance des entreprises. Si la course aux talents préoccupe les recruteurs et les dirigeants, une philosophie mérite leur attention : être l’employeur que les candidats recherchent.

  

Un travail sur «soi»

Derrière cette philosophie se cache un but ultime: sortir de l’urgence de recruter en inversant la tendance. Il faut faire venir les bons candidats à soi au lieu de les chercher après une démission, par exemple. À moyen et à long terme, le recrutement sera facilité. Pour y parvenir, un employeur doit amorcer un travail de fond sur quatre premiers axes ayant chacun un objectif :

 

 

  • Une culture de confiance et de saine performance

 

Selon le neuroéconomiste Paul J. Zak dans son livre «Trust Factor: the science of creating high-performance companies», une culture où règne la confiance génère 76 % plus d’implication et 50 % plus de productivité chez les employés comparativement aux entreprises à faible confiance. Une implication sérieuse de la part de la haute direction et des gestionnaires est nécessaire. Leur objectif commun est de bâtir une culture qui donnera envie aux employés de s’investir dans l’entreprise et d’y rester.

 

  • La qualité de gestion et de leadership

Les gestionnaires de tous les échelons ont une influence sur la rétention, la culture, la performance, le bien-être des employés et la prévention des conflits. Pour que ce soit positif, il ne faut jamais laisser un gestionnaire apprendre aveuglément son rôle. L’entreprise doit les former sur deux thèmes importants : le leadership et la gestion bienveillante. L’objectif est de développer de bons gestionnaires qui inspireront les employés et attireront les candidats. 

 

  • Une expérience employé valorisante

Les programmes de reconnaissance, la flexibilité, la délégation de projets, le développement des compétences, le mentorat et d’autres facteurs contribuent à l’expérience employé. Comme employeur, le premier pas consiste à questionner les employés pour comprendre ce qui les satisfait au lieu de présumer connaître les réponses. Ceux-ci se sentiront alors valorisés, puis compris par l’entreprise. L’objectif est de générer une expérience qui développera leur bien-être, la collaboration et, finalement, la rétention. 

 

  • La technologie et la proactivité

Les technologies et les équipements désuets sont un irritant majeur et un motif de départ. « La technologie permet de capter l’information en temps réel. Cela est la clé pour prendre d’excellentes décisions et être proactif. Elle prend également en charge des tâches répétitives et permet de déléguer celles à valeur ajoutée aux employés. Grâce à elle, on peut viser la proactivité au lieu de la réactivité », mentionne Pablo Castro, directeur de projet à BlueKanGo Canada. L’objectif consiste alors à offrir des équipements de travail adéquats et d’utiliser la technologie pour être compétitif auprès des clients et les chercheurs d’emploi.

 

Comprendre le marché

Lorsque l’entreprise a tout pour plaire, il faut s’attarder au contexte extérieur. Comme le marché du travail est en pleine transformation, huit observations aident à bâtir une stratégie d’attraction distinctive :

1.     En situation de plein emploi, le recrutement traditionnel perd en efficacité.

2.     La guerre des salaires n’est pas une stratégie viable à long terme, car elle n’assure pas la rétention des employés ni leur épanouissement. Le besoin d’affiliation, de compétences et d’autonomie, oui.

3.     L’authenticité est la meilleure marque employeur.

4.     La qualité de gestion d’un leader influence le bien-être des employés et la performance de l’entreprise. Un leader bienveillant et dévoué à son équipe hissera la société au sommet.

5.     Les candidats cherchent des employeurs qui considèrent les employés comme une richesse et non comme une ressource.

6.     Personne ne se plaindra de travailler avec un bon gestionnaire.

7.     Les sites web doivent attirer autant les candidats que les clients.

8.     Les employeurs qui prennent soin des gens ont meilleure réputation. Cette dernière se crée notamment par les employés, les clients et les candidats non retenus. Ces derniers sont facilement ignorés par des entreprises.

 

Attirer, c’est d’abord communiquer

Le recrutement est aujourd’hui une question de qualité d’employeur et de communication constante. Il faut démontrer aux candidats potentiels que l’entreprise est un excellent choix pour leur carrière, leur bien-être, leurs talents respectifs, leur santé mentale et leur qualité de vie ; qu’une fois en poste, les gestionnaires sauront les écouter, les respecter, puis les faire grandir dans un environnement sain et sécuritaire. Voilà ce que désire un bon nombre de travailleurs chez un employeur. Après quelques mois de communication, de gestion de changement et de marketing RH, les candidats viendront plus facilement. L’entreprise aura mérité une place enviable : devenir un employeur de premier choix.

À propos de ce blogue

Jenny Ouellette est la présidente et cofondatrice de BonBoss, une entreprise spécialisée dans les innovations en management, en culture et en stratégies de recrutement. Diplômée de l’École des relations industrielles de l’Université de Montréal, elle développe diverses innovations pour aider les entreprises à «prospérer humainement». L’approche M.O.R.EMC ,le Culture Book© et le recrutement expérientielMC en sont des exemples. Jenny Ouellette cumule les distinctions depuis 2018: prix Nueva 2018 de Femmes Alpha et prix Leadership 2019 du Business Community 360. Depuis la fondation de sa seconde entreprise BonBoss, Jenny Ouellette agit comme conférencière et formatrice. Elle y partage les saines pratiques des gestions qui caractérisent ceux communément appelés: les bons boss. En 2019 et 2020, elle siège à la Table de dotation et gestion intégrée des talents de l’Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles agréés du Québec. Elle est aussi membre du CA du Centre d’hébergement multiservice de Mirabel: un organisme qui a pour mission d’aider à soulager la pauvreté auprès des jeunes adultes en situation d’itinérance.

Jenny Ouellette
Sujets liés

Ressources humaines

Sur le même sujet

Cessez de «snoozeRH»

13/05/2022 | Catherine Charron

RHÉVEIL-MATIN. Voici ce que vous avez (peut-être) raté cette semaine.

Le climat de travail intimement lié à la santé mentale

BLOGUE INVITÉ. Le climat de travail ne peut être au mieux lorsqu’il y a de la souffrance.

Blogues similaires

Les «buzzwords» polluent-ils votre marketing?

11/03/2021 | Stéphanie Kennan

BLOGUE INVITÉ. Entre vocabulaire à la mode et langue de bois, il n’y a souvent qu’un pas...

Cinq secondes pour un destin

27/04/2022 | Anne Marcotte

BLOGUE INVITÉ. Même en temps de crise, on devrait toujours aller de l’avant en ne s’éloignant jamais de l’essentiel.

L’importance de «l’équipe invisible»

17/05/2022 | Nicolas Duvernois

BLOGUE INVITÉ. Ceux qui partagent la vie d'un entrepreneur ont un grand rôle à jouer dans sa réussite.