Plus qu'un vendeur de gadgets

Publié le 06/10/2011 à 09:18, mis à jour le 06/10/2011 à 09:18

Plus qu'un vendeur de gadgets

Publié le 06/10/2011 à 09:18, mis à jour le 06/10/2011 à 09:18

Photo : Bloomberg

BLOGUE. Qui suis-je pour faire l'hommage de Steve Jobs? Personne. Mais quel homme d'affaires! 

J'aurais énormément de difficulté à mieux décrire Steve Jobs que les rédacteurs de discours de Barack Obama: « Steve était l'un des plus grands inventeurs américains, assez courageux pour penser différemment, assez audacieux pour croire qu'il pouvait changer le monde, et assez talentueux pour le faire ».

Tristement, beaucoup de gens risquent de s'en souvenir comme étant l'inventeur du iPod et du iPhone. Ce serait une épitaphe dont nous rêverions tous, mais il y a tellement plus.

Plus parce que ce n'était pas un coup de chance, comme on pourrait à la limite le penser. Jobs n'était pas qu'un vendeur de gadgets.

Jobs a aussi pris une compagnie au bord de la faillite pour en faire celle avec la plus grande capitalisation boursière aux États-Unis. Une entreprise qui a même eu, à un certain moment et par un hasard qui n'aurait jamais dû se produire, plus de liquidités que le gouvernement américain.

Il a aussi fondé, comme une sorte d' « à côté » pendant que quelques hurluberlus le tenaient à l'écart d'Apple, Pixar, l'entreprise qui a réinventé le cinéma d'animation et est devenue en elle-même un succès incroyable.

C'est aussi l'homme qui a su se présenter devant les plus hauts dirigeants d'une industrie bornée, celle de la musique, et leur imposer sa loi. L'industrie de la musique n'est pas encore « sauvée », mais la bouée à laquelle elle s'accroche, elle la doit à Steve Jobs. Les gens du cinéma ont eu la bonne idée de s'y accrocher plus rapidement. Ceux des médias l'ont saisie avant même qu'elle ne soit lancée, même s'il est encore loin d'être établi qu'elle flottera cette fois.

L'homme qui avait compris l'Homme

Steve Wozniak, l'homme avec qui il a fondé Apple dans un légendaire garage, était de passage à Montréal plus tôt cette année pour recevoir un doctorat honorifique de l'Université Concordia. Wozniak a livré un discours intéressant aux jeunes ingénieurs en informatique assis devant lui, mais c'est devant les questions des journalistes par après qu'il a abordé le sujet de Steve Jobs et de leurs débuts.

« J'étais un ingénieur et j'étais très déterminé à l'être, avec tout ce que ça implique de pureté. Steve, lui, avait cette vision des vrais gens et de comment il fallait le plus possible masquer les concepts de bits, de pixels, etc. pour leur offrir un produit qui répondait à leurs besoins. C'est très important pour ces ingénieurs de se demander: Comment sont mes utilisateurs? Comme moi? C'est comme ça que Steve Jobs pense et c'est ce qui fait que je l'admire. »

L'une des grandes qualités de Jobs était en effet ce talent apparemment presque divin pour saisir les besoins de l'insaisissable « M. ou Mme Tout-le-Monde ». Les produits qu'il a conçus n'ont pas toujours été les meilleurs et surtout pas les moins chers. Mais ils avaient ce don de faire exactement ce à quoi on s'attendait d'eux, exactement de la façon dont on l'attendait et avec fiabilité.

Je n'étais pas du tout un passionné des ordinateurs et de l'informatique là première fois où je me suis assis devant un Mac, dans la classe d'informatique en secondaire 4. C'était en 1994 et le Macintosh Classic II posé devant moi affichait déjà son âge. Ce fut pourtant l'hameçon qui m'a accroché et me retient toujours 17 ans plus tard.

Chaque fois que j'ai utilisé des produits concurrents depuis, et Dieu sait que c'est souvent compte tenu de mon métier, j'ai toujours essayé, sans jamais y parvenir, de retrouver cet émerveillement. La force d'un produit Apple, à mon humble avis, a toujours été que quand on ne sait pas où trouver telle ou telle fonction, on n'a qu'à se demander: « Où est-ce que moi je l'aurais mise? » pour la trouver.

Un leader

Son autre grande qualité, c'était évidemment la vente. Jobs aurait pu faire fortune en vendant les proverbiaux réfrigérateurs aux proverbiaux Eskimos. Il a réussi à transformer de vulgaires conférences de presse au cours desquelles les journalistes ont l'habitude de s'emmerder en événements internationaux qui, s'ils avaient été télédiffusés à heure de grande écoute, auraient probablement pu rivaliser avec les plus grands événements sportifs du monde.

Quelqu'un annoncerait qu'il vient de trouver un remède universel à tous les maux du monde, disponible pour 1,99$, qu'il n'arriverait probablement pas à générer autant d'attrait que Jobs pouvait en générer pour une nouvelle gamme d'iPods avec de nouvelles couleurs.

Ultimement, Jobs sera reconnu comme l'un des plus grands hommes de ce siècle (et peut-être même du précédent). Du haut de mes trois décennies, je ne peux me souvenir avoir suivi, même à distance, les activités d'un homme ayant fait preuve d'autant de leadership et je ne peux qu'espérer en revoir un autre avant de disparaître à mon tour.

En apprenant la nouvelle, ma copine m'a envoyé un message texte, un peu à la blague: « Es-tu en deuil ? » À mon grand étonnement, j'ai été obligé de répondre: « Un peu. »

Lire mes billets précédents

PLUS :

Steve Jobs est mort

La mort de Steve Jobs attriste les fans québécois

L’action d’Apple en berne

Apple rend hommage à Steve Jobs

Steve Jobs, le visionnaire

Tim Cook salue un créateur de génie

Les dates clés de l'histoire d'Apple

Bill Gates profondément attristé

Tim Cook: Apple de changera pas

Avalanche de réactions sur les réseaux sociaux

Obama: le monde a perdu un visionnaire

Zuckerberg: Steve, merci d'avoir été un mentor et un ami

À la une

À surveiller: Metro, Canadian National Railways, Microsoft

Il y a 49 minutes | Charles Poulin

Que faire avec les titres Metro, Canadian National Railways et Microsoft? Voici quelques recommandations d’analystes.

Les nouvelles du marché

Mis à jour à 08:56 | Refinitiv

Économie américaine, hausse de revenus pour Rogers, McDonald's rate la cible, Russie et États-Unis, Tesla en croissance

Titres en action: McDonald's, Dow, STMicroelectronics, Nestlé

Mis à jour à 08:23 | AFP et La Presse Canadienne

Voici une sélection d'annonces qui ont fait (ou vont faire) bouger les cours de ces entreprises.