T'es-tu sûr?

Publié le 02/12/2011 à 15:48, mis à jour le 29/12/2012 à 11:43

T'es-tu sûr?

Publié le 02/12/2011 à 15:48, mis à jour le 29/12/2012 à 11:43

[Joe Rosenthal, Neighbours (2002), détail. Photo : Marie Gaudreau]

BLOGUE Il y a des questions qui nous mettent sur la défensive et qui nous donnent envie d’en dire – et d’en faire – le moins possible. Puis il y a des questions qui nous engagent, qui nous donnent envie de partager, de contribuer, d’aller plus loin. Ces dernières sont inspirantes pour un employé. Qu’est-ce qu’une question inspirante? Voici trois petites recommandations à mettre en pratique dès aujourd’hui.

1. Une question inspirante ne contient pas la réponse. Huit gestionnaires sur dix sont avant tout des experts – des informaticiens, des plombiers, des ingénieurs, des infirmières, des banquiers, bref, des spécialistes – qui avaient réponse à tout dans leur domaine d’expertise. Arrivés au poste de gestionnaire, ils doivent lutter contre cette tendance à toujours apporter les réponses s’ils veulent créer un environnement de travail stimulant. Si vous posez la question, c’est parce que vous ne connaissez pas la réponse et que vous désirez l’entendre.

2. Une question inspirante est une question ouverte, c’est-à-dire qu’on ne peut pas s’en sortir avec un oui ou un non. Plutôt que : « Avez-vous terminé l’étape x? », essayez : « Où est-ce que vous en êtes? Comment ça se passe? » Les questions ouvertes invitent votre interlocuteur à se responsabiliser. « Avez-vous terminé l’étape x? » signifie que c’est vous qui dictez la conduite, l’autre n’a qu’à exécuter ce que vous avez décidé. Et c’est ce qu’il se contentera de faire. « Où en êtes-vous? » force l’autre à s’engager d’avantage, à porter un jugement sur son propre travail, à signaler des problèmes, à proposer des solutions.

3. Une question inspirante ne porte pas de jugement. Si quelqu’un arrive avec une solution que vous-même n’auriez pas envisagée, assurez-vous de poser la bonne question si vous ne voulez pas passer à côté de, sait-on jamais, l’idée du siècle. En demandant « T’es-tu sûr? », vous dites à l’autre que vous doutez énormément de sa solution, en fait, vous n’y croyez pas du tout. Essayez plutôt : « Comment es-tu arrivé à cette solution? » Vous apprendrez peut-être quelque chose d’important, mais surtout, vous serez en train de dire à l’autre que vous reconnaissez sa compétence. Vous ferez plus de chemin ensemble qu’avec un « T’es-tu sûr? ». C’est sûr.

_________________________________

À propos du blogue Gestionnaires inspirants

Ce blogue tire son nom du plus récent ouvrage d’Isabelle Lord, Gestionnaires inspirants : les 10 règles de communication des leaders. Il souhaite éveiller les consciences sur les comportements de gestion nuisibles et fournir des pistes d’amélioration sous forme de conseils ancrés dans le quotidien des gestionnaires.

Formatrice et coach professionnelle possédant plus de 20 ans d’expérience comme experte et gestionnaire, l’auteure est présidente de Lord Communication managériale. Elle aide les gestionnaires à atteindre leurs objectifs en améliorant leurs habiletés de communication. Conférencière à HEC-Montréal, elle offre aussi des formations sur mesure en entreprise ainsi que des sessions publiques visant à habiliter les gestionnaires et aspirants gestionnaires à tenir des communications inspirantes.

À propos de ce blogue

Isabelle Lord, présidente de Lord Communication managériale, est aussi auteure de plusieurs livres à succès dont «Le courage de dire». Conférencière et coach réputée, Isabelle Lord est reconnue pour son approche pragmatique et stimulante de la communication de gestion. Chaque billet de ce blogue est un instant de réflexion sur vos communications et une source de conseils éclairés et pertinents en mettre en pratique.

Isabelle Lord

Blogues similaires

Les mises en chantier de logements seront inférieures aux cibles de 2030, dit la SCHL

L’Ontario, le Québec et la Colombie-Britannique devront doubler le nombre de mises en chantier.