3 jours, 3 semaines, 3 mois

Publié le 12/09/2011 à 22:28, mis à jour le 22/09/2011 à 13:36

3 jours, 3 semaines, 3 mois

Publié le 12/09/2011 à 22:28, mis à jour le 22/09/2011 à 13:36

BLOGUE. Dans mon dernier billet j’ai effleuré certaines conditions fondamentales pour réussir à prendre sa place lorsqu’on succède à un patron aimé et je vous ai promis de revenir avec la question du temps.

Combien de temps faut-il pour prendre sa place de patron? Qu’il s’agisse de notre première expérience comme gestionnaire, d’une mutation, d’une nomination ou d’une nouvelle étape dans notre ascension vers le sommet. Que l’on remplace une grande pointure ou non.

En général, on s’accorde à dire qu’en trois mois, un nouveau gestionnaire devrait être bien en selle pour que son leadership soit reconnu. Il n’y a donc pas de temps à perdre, mais il ne faut rien précipiter non plus. En voulant en faire trop, trop vite, on risque l’épuisement sans pour autant atteindre ses objectifs. Un faux départ est extrêmement difficile à rattraper, voire impossible dans certains cas.

Dans les tout premiers jours, le nouveau patron est souvent visité par le doute – « est-ce que j’ai pris la bonne décision »? Les premières semaines servent donc à prendre le pouls du nouvel environnement. C’est le temps de vous familiariser avec la culture en place et de permettre aux gens de vous connaître. Après trois semaines, vous devriez être en mesure de savoir si vous êtes ou non à la bonne place.

Pendant ce temps, et pendant les semaines qui vont suivre, vous aurez le sentiment d’être jugé. Et vous avez raison. Les autres vous observent en se demandant s’ils peuvent vous faire confiance. L’ennui, c’est que la confiance ne se construit pas en trois jours ou en trois semaines. Elle se bâtit au quotidien non seulement sur la base de vos compétences, mais essentiellement sur vos communications. Alors, mon conseil est de multiplier les occasions de communiquer.

Je ne pense pas uniquement aux communications formelles et fonctionnelles, mais à toutes les occasions que vous avez d’entrer en relation avec les joueurs-clés. Rendez-vous visible et accessible. Allez chercher le feedback des employés sur les choses qu’ils aimeraient voir changer. Pas en leur envoyant des courriels, mais en les rencontrant. Si vous êtes plus à l’aise dans les rencontres de groupes, voyez-les en groupes, mais si c’est dans le dialogue que vous vous sentez à votre mieux, préférez les rencontres individuelles. Optez pour des occasions d’échange qui correspondent à ce que vous êtes.

Rappelez-vous que la communication est un échange : on voudra vous entendre, connaître votre vision, mais on voudra aussi savoir si vous êtes capable d’écouter.

Pour en savoir un peu plus sur la question : Les 90 jours pour réussir sa prise de poste, de Michael Watkins.

-------------------

À propos du blogue Gestionnaires inspirants

Ce blogue tire son nom du plus récent ouvrage d’Isabelle Lord, Gestionnaires inspirants : les 10 règles de communication des leaders. Il souhaite éveiller les consciences sur les comportements de gestion nuisibles et fournir des pistes d’amélioration sous forme de conseils ancrés dans le quotidien des gestionnaires.

Formatrice et coach professionnelle possédant plus de 20 ans d’expérience comme experte et gestionnaire, l’auteure est présidente de Lord Communication managériale. Elle aide les gestionnaires à atteindre leurs objectifs en améliorant leurs habiletés de communication. Conférencière à HEC-Montréal, elle offre aussi des formations sur mesure en entreprise ainsi que des sessions publiques.

 

 

À propos de ce blogue

Isabelle Lord, présidente de Lord Communication managériale, est aussi auteure de plusieurs livres à succès dont «Le courage de dire». Conférencière et coach réputée, Isabelle Lord est reconnue pour son approche pragmatique et stimulante de la communication de gestion. Chaque billet de ce blogue est un instant de réflexion sur vos communications et une source de conseils éclairés et pertinents en mettre en pratique.

Isabelle Lord

Blogues similaires

Pierre Beaudoin défend Bombardier face aux fournisseurs qui poursuivent l'entreprise

Cormer réclame 12,4 M$ avec intérêts de Bombardier en compensation pour l'abandon du projet Learjet 85.