Ce que le film «Soul» de Disney m'a appris

Publié le 27/01/2021 à 07:00

Ce que le film «Soul» de Disney m'a appris

Publié le 27/01/2021 à 07:00

Un homme heureux

Posons un regard différent sur les critères qui caractérisent le succès et ce qui nous motive à donner le meilleur de nous-mêmes. (Photo: Bruce Mars pour Unsplash)

BLOGUE INVITÉ. Le film Soul (Âme) de Disney m’a donné le goût de réfléchir à la place que j’accorde à mes passions. En effet, la morale véhiculée par ce nouveau film d’animation de Pixar nous apprend à les dissocier des raisons pour lesquelles on trouve que notre vie vaut la peine d’être vécue.

En effet, il nous arrive parfois d’être si engagés (pour ne pas dire obsédés) par nos passions que l’on perd de vue une vérité toute simple : bien que l’accomplissement de nos rêves soit magnifique, si le contexte et les événements nous amènent à revoir nos plans, ce ne sera pas un échec pour autant.

Je trouve que cette réflexion sur l’importance de trouver des moyens intrinsèques d’être heureuse tombe à point alors que nous sommes plus que jamais invités à revoir nos croyances et nos paradigmes ainsi que notre définition du succès.

Le film « Soul » nous rappelle également qu’être un leader de sa vie, implique d’être conscient de soi et de ce qui nous entoure en savourant l’instant présent qu’il soit agréable ou moins.

Sachant qu’il est pratiquement impossible de retourner à « l’avant COVID-19 » il serait malhonnête intellectuellement de continuer à être et faire les mêmes choses, de la même manière et en mesurant le succès avec les mêmes critères.

Je comprends bien sûr que ces nombreux changements, tous juxtaposés les uns aux autres peuvent être inquiétant et générer de l’anxiété à différents niveaux pour plusieurs, et ce, peu importe le niveau d’éducation et le rôle que l’on a au sein des organisations.

Il nous faut donc être bienveillant envers nous-mêmes et envers les autres. Il est temps d’apprendre à collaborer et à valoriser le but commun et le chemin vers l’excellence plutôt que de valoriser et rassurer nos egos avec des résultats à court terme qui ne font qu’entretenir des comportements encore plus malsains pour notre santé psychologique.

Saisissons l’opportunité de poser un regard différent sur les critères qui caractérisent le succès et ce qui nous motive à donner le meilleur de nous-mêmes peu importe le contexte économique, politique ou social.

Dans son plus récent livre, l’auteur Sinon Sinek appelle cette façon de regarder le monde « The infinite game ». Il nous invite à développer un état d’esprit où nous sommes généralement plus heureux (ou moins angoissés) d’évoluer perpétuellement sur un chemin parsemé d’embûches et d’opportunités.

Et si on se donnait chacun l’objectif d’être et d’agir en leader en développant un des aspects qui caractérise un état d’esprit infini?

Il me semble que ce serait un bel exemple que nous pourrions donner à nos enfants et un beau cadeau que nous pourrions offrir aux jeunes adultes qui nous regardent être et agir alors qu’ils entrent sur le marché du travail dans une ère où leurs attentes sont complètement chamboulées.

 

Voici donc les 5 caractéristiques d’un esprit infini:

1. Identifier une cause plus grande que vous-même à laquelle vous souhaitez contribuer.

2. Créer des liens de confiance avec vos coéquipiers. C’est souvent en faisant preuve de vulnérabilité, d’écoute, de compassion et de bienveillance lorsque les opinions divergent que ces liens deviennent forts.

3. Collaborer avec ceux que vous trouvez meilleurs que vous et qui, souvent, amènent votre ego à les critiquer. Ils font miroiter les points que vous pourriez améliorer, ou sur lesquels vous êtes complémentaires.

4. Faire preuve de flexibilité « existentielle ». Ainsi, nous prendrons des décisions parfois difficiles pour le bien de l’avancement de la cause, et parce que l’on vise l’excellence, plutôt que des décisions basées sur des résultats à court terme au nom de la sacro-sainte performance financière.

5. Avoir le courage d’être un leader de sa propre vie, et ce, peu importe notre rôle au sein des organisations. Cela implique de se connaître, de se respecter, de faire des choix conscients et d’en assumer la responsabilité.

 

À vous de voir si cet état d’esprit vous convient ou pas actuellement, et comment vous choisissez de naviguer dans cette ère de grands changements afin d’être heureux, motivé et en paix le plus souvent possible.

À propos de ce blogue

Vous faites face à des défis complexes ? Geneviève Desautels dévoile ici des cas réels auxquels des dirigeants ont été exposés. Et puisqu’il y a toujours une solution, la saine distance et l’expertise de la consultante, coach certifiée, présidente d'Amplio Stratégies, illuxi et Examen Dux, éclaireront votre prise de décision.

Geneviève Desautels

Sur le même sujet

COVID-19: les États-Unis «prêts» à vacciner les enfants de 5-11 ans

09:37 | AFP

La Maison Blanche a dévoilé mercredi son plan pour commencer dès le mois prochain la vaccination des enfants.

Pandémie: craintes de conséquences pour les patients vivant avec une MCV

La pandémie auraient eu comme effet de ne pas permettre aux patients vivant avec une MCV d'avoir les soins nécessaires.

Blogues similaires

Les «buzzwords» polluent-ils votre marketing?

11/03/2021 | Stéphanie Kennan

BLOGUE INVITÉ. Entre vocabulaire à la mode et langue de bois, il n’y a souvent qu’un pas...