Pouliot - Le cavalier congédiement de Jacques Daoust

Publié le 18/06/2013 à 09:27, mis à jour le 18/06/2013 à 09:49

Pouliot - Le cavalier congédiement de Jacques Daoust

Publié le 18/06/2013 à 09:27, mis à jour le 18/06/2013 à 09:49

Photo: Bloomberg

BLOGUE. C'est avec surprise qu'on a appris lundi le congédiement du président d'Investissement Québec, Jacques Daoust. Un remerciement cavalier, qui permet de s'interroger sur la façon dont doivent s'opérer les changements de garde dans l'appareil étatique.

Il y a quelques années, le hasard nous avait un midi amené à partager la table d'un nouveau patron.

Haut placé dans une société sœur, il avait soudainement vu arriver de nouveaux propriétaires. De sa propre initiative, dès la première rencontre, il avait ainsi abordé la question:« Écoutez, je comprends que vous puissiez vouloir installer des gens en qui vous avez déjà confiance. Si vous souhaitez négocier une séparation, je serai raisonnable car je comprends fort bien la situation. »

Non seulement le patron n'allait pas avoir à négocier de prime de séparation, mais il allait être promu.

SUIVRE SUR TWITTER: F_POULIOT

Lire aussi la chronique de René Vézina : Affaire Daoust: le PQ allergique aux banquiers?

L'approche nous était apparue être la meilleure à suivre. Elle permettait d'aborder lucidement et de façon honorable un processus qui n'est jamais plaisant pour personne.

Il est normal qu'un nouveau propriétaire cherche à mettre en place une direction qui partage sa vision. Il est déjà difficile de construire des choses dans un climat de confiance, ça peut vraiment devenir cauchemardesque lorsque la confiance n'y est pas.

On ne sait trop ce qui s'est dit entre monsieur Daoust et le Parti québécois, lors de l'arrivée au pouvoir du gouvernement.

La façon dont on met fin à son lien d'emploi envoie cependant le message d'une totale absence de civisme, causée par une précipitation désordonnée.

Monsieur Daoust est à la direction d'Investissement Québec depuis 2006. Personne ne s'est jamais véritablement élevé publiquement contre sa gestion, les rendements, où les interventions d'IQ. Il semble en outre avoir bien réussi l'intégration de la SGF.

Voilà que jeudi, après la nomination de trois nouveaux administrateurs à Investissement Québec (Éloïse Harvey de Mecfor, Dominique Bouchard de Rio Tinto, et Luc Dupont, ancien d'Atrium), le gouvernement lui demande de ne pas faire ses valises pour le Salon du Bourget parce qu'il est remercié. Six mois avant la fin de son contrat.

Une façon de faire difficilement défendable

À propos de ce blogue

Diplômé en droit de l'Université Laval, François Pouliot est avocat et commente depuis plusieurs années l'actualité économique et financière. Il a été chroniqueur au Journal Le Soleil, a collaboré au Globe and Mail et dirigé les sections économiques des différentes unités de Quebecor Media, notamment la chaîne Argent. Au cours de sa carrière, il a aussi fait du journalisme d'enquête ce qui lui a valu quelques distinctions, dont le prix Judith Jasmin. La Bourse Southam lui a notamment permis de parfaire son savoir économique à l'Université de Toronto. François a de même été administrateur de quelques organismes et fondation. Il est un mordu des marchés financiers et nous livre son analyse et son point de vue sur diverses sociétés cotées en bourse. Québec inc. sera particulièrement dans sa mire.

Blogues similaires

Bourse: à la recherche du «nouveau normal»

ANALYSE. En attendant la Fed le 21 septembre, le duel entre l'inflation et l'économie soulève des débats.

Shopify: prochaine victime de la malédiction boursière canadienne?

BLOGUE INVITE. Shopify est-elle différente des Nortel, Research in Motion, Valeant, Barrick Gold et autres?